Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brentano.
Franz Brentano
Franz Brentano portrait.jpg
Naissance

Marienberg
Décès
(à 79 ans)
Zurich
Nationalités
Langue maternelle
Formation
École/tradition
Principaux intérêts
Idées remarquables
Œuvres principales
De la diversité des acceptions de l'être chez Aristote, Psychologie d'un point de vue empirique
Influencé par
A influencé
Père
Christian Brentano (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Emilie Brentano (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Parentèle
Adolf Lieben (beau-frère)
Richard Lieben (d) (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata

Franz Clemens Brentano, né le à Marienberg près de Boppard le long du Rhin et mort le à Zurich), est un philosophe et psychologue catholique allemand, puis autrichien. Il est surtout connu pour sa remise au premier plan du concept médiéval d'intentionnalité, qu'il tire notamment de l'interprétation d'Aristote par Thomas d'Aquin et les philosophes médiévaux. Il tente à partir de ce concept de fonder la psychologie comme science positive et empirique, s'interroge sur l'immortalité de l'âme et développe une métaphysique de type réaliste.

Sommaire

BiographieModifier

Professeur de philosophie à l'université de Vienne, il quitte ses fonctions en 1880 pour s'adonner à l'enseignement libre. Sa chaire universitaire est ensuite occupée par Ernst Mach. Brentano a été le professeur de Edmund Husserl et de Sigmund Freud[1]. D'autres de ses étudiants essayent, outre Husserl, de développer sa théorie de l'intentionnalité : Kazimierz Twardowski, Alexius Meinong. Il est connu pour avoir éveillé l'intérêt du jeune philosophe Martin Heidegger à la question du sens de l'Être avec sa dissertation De la diversité des acceptions de l'être chez Aristote datant de 1862. Heidegger l'avait reçu en cadeau en 1908. Brentano est à la fois le précurseur de la phénoménologie et de la philosophie analytique[2].

Franz Brentano est le neveu du poète et romancier allemand Clemens Brentano et de sa sœur Bettina von Arnim. Son frère est l'économiste et réformateur social Lujo Brentano.

ŒuvresModifier

  • (de) Psychologie des Aristoteles, insbesondere seine Lehre vom nous poietikos, Mainz, 1867.
  • (de) Psychologie vom empirischen Standpunkt, 1874.
  • (de) Vom Ursprung sittlicher Erkenntnis, Leipzig, Duncker & Humblot, 1889.
  • (de) Von der Klassifikation der psychischen Phänomene, Leipzig, Duncker & Humbol, 1911.
  • (de) Von der mannigfachen Bedeutung des Seienden nach Aristoteles, 1862.
  • (de) Wahrheit und Evidenz, éd. O. Kraus, Leipzig, Meiner, 1930, réimpr. Hamburg, Meiner, 1974.
  • (de) Zukunft der Philosophie, éd. Meinner, Hölder, Vienne, 1893.

Œuvres traduites en françaisModifier

  • Franz Brentano, Aristote : les diverses acceptions de l'être (1862), Paris, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 1992.
  • Franz Brentano, Essais et conférences I : sur l'histoire de la philosophie, Paris, Vrin, 2018.
  • Franz Brentano, L'Origine de la connaissance morale, suivi de La Doctrine du jugement correct (1889), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de philosophie », 2003.
  • Franz Brentano, Psychologie descriptive, Paris, Gallimard, 2017.
  • Franz Brentano, Psychologie du point de vue empirique (1874-1911), Paris, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2008. (Éditions Aubier 1944)

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jocelyn Benoist, « Brentano et son école », Les Études philosophiques, no 64,‎ , p. 144 (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2018).
  • Michael Dummett, Les Origines de la philosophie analytique, Gallimard, « NRF Essais », 1991.
  • Lucie Gilson, Méthode et métaphysique selon Franz Brentano, Vrin, Paris, 1955.
  • Lucie Gilson, La Psychologie descriptive selon Franz Brentano, Vrin, Paris, 1956.
  • Edmund Husserl, Carl Stumpf, Christian von Ehrenfels, Alexius Meinong, Kazimierz Twardowski, Anton Marty, À l'école de Brentano. De Würzbourg à Vienne, Paris, Vrin, « Bibliothèque des Textes Philosophiques », 2007.
  • (en) Dale Jacquette (éd.), The Cambridge Companion to Brentano, Cambridge UP, 2004.
  • Franca Madioni, La Psychanalyse interroge la phénoménologie : Recherches freudiennes à partir de Brentano, Paris, L'Harmattan, « Psychanalyse et civilisations », 2008.
  • Les Études philosophiques, n°64, 2003, « Brentano et son école ».
  • Revue philosophique de la France et de l'étranger n°4, 2017, « Franz Brentano », dirigée par Yvon Brès et Dominique Merllié.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :