Francisco de la Maza (sculpteur)

sculpteur espagnol

Francisco de la Maza est un sculpteur espagnol originaire de Meruelo (Junta de Siete Villas) qui a travaillé à Valladolid, connu à partir de 1566, mort vers 1585.

Francisco de la Maza
Naissance
Activité

Il a été un suiveur de Juan de Juni. Il a été le premier sculpteur originaire de Cantabrie qui s'est installé à Valladolid. Avec Esteban Jordán et Juan Bautista Beltrán, il a assuré la relève de Juan de Juni.

BiographieModifier

Il était marié avec Juana Hernández de Munar dont il a eu deux fils, Manuel et Diego. En 1585, sa fille Isabel est baptisée dans l'éflise paroissiale de San Andrés de Valladolid, avec pour parrain Juan de Nates.

Le , il a passé un contrat avec don Rodrigo Manuel pour réaliser quatre statues de pierre pour le jardin de sa maison de Valladolid.

Le , Juan de Anchieta lui donne un pouvoir.

En 1569, il intervient comme témoin dans le testament de Juan Bautista Beltrán.

En 1571, il est intervenu sur le retable de la Piedad de l'église paroissiale de Simancas.

Il a réalisé un Christ en Croix qui se trouve dans l'église paroissiale de Villabáñez (Valladolid) dont le contrat est signé en et terminé en 1572[1].

Entre 1577 et 1580, il a travaillé sur le Chemin du Calvaire du grand retable de l'église de Santa María de Torrelobatón[2] En 1578, il fait avec Andrés de Rada l'évaluation du retable de la grande chapelle (capilla mayor) réalisé par les sculpteurs (entalladores) étrangers Claudio et Isaac (Isaac de Juni ?) et les peintres Benito Rabuyate et Simón de Isla pour le monastère de San Francisco de Valladolid[3].

Il passe un contrat le pour l'exécution du tombeau avec gisant du religieux Antonio Romero terminé en 1579 et se trouvant l'église paroissiale de Traspinedo (province de Valladolid).

Il est un des sculpteurs qui sont intervenus sur le retable du maître-autel de l'église paroissiale de la Asunción de Tudela de Duero. Les autres intervenants son Manuel Álvarez et Gregorio Fernández qui l'a complété[4].

Le musée diocésain de Valladolid expose une Pietà qu'il a réalisée.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • María del Carmen González Echegaray, Angel Aramburu-Zabala Higuera, Begoña Alonso Ruiz, Julio J. Polo Sánchez, Artistas cántabros de la Edad Moderna: su aportación al arte hispánico: Diccionario biográfico-artístico, p. 395-396, Editorial Universidad de Cantabria, 1991 ; p. 774 (ISBN 978-8487412585) (voir)
  • Jesús María Parrado de Olmo, Datos ineditos de Francisco de la Maza (lire en ligne)
  • José Martí y Monzó, Estudios Histórico-Artísticos relativos principalmente a Valladolid basados en la investigación de diversos archivos, p. 194, 357-358, 485, Valladolid, Madrid, 1898-1901 (lire en ligne)
  • Miguel Angel Aramburu Zabala, La formacion de los talleres de escultura romanista en Cantabria (retablos de Miera, Ajo y Guriezo), p. 355-366 (lire en ligne)
  • Carlos Manuel Martín Jimenez, Abelardo Martín Ruiz, Retablos Escultóricos: renacentistas y clasicistas, Diputación de Valladolid, Valladolid, 2010
  • Juan José Martín González, La estancia de Juan de Anchieta en Valladolid, p. 469-476 (lire en ligne)
  • Jesús Urrea, El chantre de Traspinedo esculpido por Francisco de la Maza, p. 355-358, Boletín del Seminario de Estudios de Arte y Arqueología, 1996, no 62 (ISSN 0210-9573) (lire en ligne)