Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Francisco Javier Gómez Noya

Gómez Noya est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Gómez ; le second, maternel, souvent omis, est Noya.
Page d'aide sur l'homonymie Pour le karatéka suisse, voir Javier Gomez.

Francisco Javier Gómez
image illustrative de l’article Francisco Javier Gómez Noya
Contexte général
Sport Triathlon
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (35 ans)
Lieu de naissance Bâle (Suisse)
Taille 1,78 m (5 10)
Poids de forme 69 kg (152 lb)
Club E.C. Sartrouville Triathlon
Entraîneur José Rioseco

Francisco Javier Gómez Noya (né le à Bâle en Suisse) est un triathlète espagnol, quintuple champion du monde de triathlon.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Javier Gomez débute par le football mais pris de lassitude, il abandonne ce sport à 11 ans pour se lancer dans la natation suite aux encouragements d'un ami. Il s'inscrit donc au club de natation de Ferrol. À cette occasion, il rencontre son premier et actuel entraîneur Jose Rioseco avec lequel il remporte de nombreux titres de champion dans les catégories régionales infantiles, junior et espoir en nage libre (200, 400 et 1 500 mètres) et quatre nages (200 et 400 mètres). Il est finaliste aux championnats d'Espagne dans différentes catégories. En 1998, il fait la connaissance de triathlètes qui nagent avec lui et décide de concourir. Il fait ses débuts au triathlon M de Castropol (Asturies) à l'âge de 15 ans, en s'entraînant à peine pour les épreuves cycliste et course-à-pied. Malgré cela, il termine à la seconde place juste derrière Iván Raña.

Carrière en triathlonModifier

Javier Gómez est champion du monde de triathlon en 2008[1], 2010, 2013[2], 2014[3] et 2015[4], deuxième en 2007, 2009 et 2012 ainsi que troisième en 2011 sur la distance olympique (1 500 m de natation, 40 km de vélo, 10 km de course à pied). En distance sprint, Gómez est deuxième du championnat du monde 2011[5] et 2012[6].

Sélectionné pour les Jeux olympiques de 2008 il se classe quatrième[7] pour cette première participation. Il remporte la médaille d'argent aux jeux olympiques d'été de 2012 à Londres lors de sa deuxième sélection.

En 2014, il remporte le titre de champion du monde d'Ironman 70.3 à Mont Tremblant au Canada[8].

Qualifié pour les Jeux olympiques de Rio en 2016, il annonce son forfait en juillet un mois avant la compétition, après avoir subi un accident à la fin d'un entraînement à vélo. Malgré une chute à faible vitesse, il est transporté à l’hôpital où les radiographies confirment une fracture du bras. Cet abandon forcé annihile les espoirs et le but qu'il s'était fixé depuis plusieurs années. Dans son communiqué, il confirme son immense déception sans renoncer pour autant à la suite de cette mésaventure, à se fixer d'autres objectifs ambitieux[9].

En 2017, de retour sur longue distance, il gagne son second titre de champion du monde d'Ironman 70.3, à l'issue d'une épreuve très disputée qu'il remporte grâce à ses grandes qualités en course à pied. Il sort de l'eau avec une légère avance de cinquante seconde et en compagnie d'un autre spécialiste de la courte distance, l'Américain Ben Kanute. Ensemble le duo, va prendre ses distances à la sortie de la première transition avec les premiers poursuivants, le Britannique Tim Don, l'Australien Sam Appleton et le tenant du titre 2016, l'Australien Timothy Reed. La partie vélo est entièrement menée par Ben Kanute qui creuse de bons écarts avec l'Espagnol et le groupe de chasse. Au terme d'un cavalier seul, où il exprime son talent dans la spécialité, l'Américain pose son vélo à la seconde transition avec trois minutes cinquante d'avance sur un groupe de poursuivants dans lequel Javier Gomez s'est intégré. l'Espagnol dont les qualités pédestres sont mondialement reconnues va refaire son retard sur l'Américain qui ne peut l’empêcher de prendre la tête de course au 13e kilomètres du semi-marathon. Malgré ses efforts, Javier Gomez ne cédera plus une seconde et passe la ligne victorieusement pour la seconde fois. La troisième place est remportée par l'Anglais Tim Don[10],[11].

En 2018, Francisco Javier Gómez prend part à son premier Ironman. Il termine à la seconde place de l'Ironman Cairns en Australie en h 56 min 39 s[12].

DistinctionModifier

En juin 2016, il reçoit le prix Princesse des Asturies en sport[13].

PalmarèsModifier

Les tableaux présentent les résultats les plus significatifs (podium) obtenus sur le circuit international de triathlon depuis 2006[14].

Année Compétition Pays Position Temps
2018 Ironman Cairns   Australie   h 56 min 39 s
2017 Championnats du monde - Classement général   4311 points
Championnat du monde Ironman 70.3   États-Unis   h 49 min 44 s
2016 Championnat d'Europe   Portugal   h 49 min 30 s
2015 Championnat du monde - Classement Général  
2014 Championnat du monde - Classement Général  
Championnat du monde Ironman 70.3   Canada   h 41 min 30 s
2013 Championnat du monde - Classement Général  
Championnats d'Europe de triathlon moyenne distance   Espagne   h 5 min 7 s
2012 Championnat du monde - Classement Général  
Jeux olympiques - Londres   Royaume-Uni   h 46 min 36 s
Championnat du monde Xterra - Maui   États-Unis   h 26 min 50 s
Championnat d'Europe   Israël   h 55 min 48 s
2010 Championnat du monde - Classement Général  
Championnat d'Europe   Irlande   h 45 min 4 s
2009 Championnat du monde - Classement Général  
Championnat d'Europe   Pays-Bas   h 44 min 14 s
2008 Championnat du monde   Canada   h 49 min 48 s
Coupe du monde - Classement Général  
2007 Championnat du monde   Allemagne   h 43 min 22 s
Championnat d'Europe   Danemark   h 51 min 58 s
Coupe du monde - Classement Général  
2006 Coupe du monde - Classement Général  
Victoires en Ironman 70.3
Année Nombres Étapes
2018 1 Barcelone
2017 2 Championnat du monde d'Ironman 70.3, Dubai
2015 1 Staffordshire
2014 2 Championnat du monde d'Ironman 70.3, Panama
Total 6
Victoires en Challenge
Année Nombres Étapes
2018 1 Wanaka
Total 1

Notes et référencesModifier

  1. (es) « Gómez Noya logra el oro mundial en triatlón », sur 20minutos.es,
  2. « Gomez champion du monde », sur www.lequipe.fr, (consulté le 15 septembre 2013)
  3. « 4e titre de Champion du monde pour Javier Gomez », sur lematin.ch,
  4. « Le vésulien Luis finit la saison sur le podium », sur estrepublicain.fr (consulté le 20 septembre 2015).
  5. (en) « 2011 Lausanne ITU Elite Sprint Triathlon World Championships : Elite Men : Results », sur triathlon.org (consulté le 13 juillet 2012)
  6. (en) « Vincent Luis troisième du sprint », sur Francebleu.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  7. (es) « Gómez Noya y Raña se quedan a las puertas del metal », sur marca.com, .
  8. « Javier Gomez et Daniela Rif 2014 », sur trizone.com (consulté le 13 septembre 2014)
  9. (en) Liz Hichens, « Javier Gomez Out Of 2016 Rio Olympics », sur triathlon.competitor.com, (consulté le 14 juillet 2016).
  10. (en) « Mondiaux Ironman 70.3 Chattanooga : Ryf et Gomez, comme prévu », sur redaction.triathlete.fr, (consulté le 11 septembre 2017).
  11. (en) Timothy Carlson, « Gomez wins his second Ironman 70.3 Worlds », sur slowtwitch.com, (consulté le 11 septembre 2017).
  12. Adrien Midon, « Ironman de Cairns : Braden Currie devant Javier Gomez », sur redaction.triathlete.fr, .
  13. (es) « Francisco Javier Gómez Noya Princess of Asturias Award for Sports 2016 », sur www.fpa.es (consulté le 8 juin 2016).
  14. « ITU : Javiez Gomez Noya », sur Triathlon.org (consulté le 9 octobre 2014).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :