Ouvrir le menu principal

Francis Ambrière

homme de lettres et journaliste français
Francis Ambrière
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
OiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Madeleine Ambrière (d) (époux)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Œuvres principales

Francis Ambrière, pseudonyme de Charles Letellier, né le à Paris et mort le à Bonvillers, est un homme de lettres, romancier, journaliste et éditeur français[1].

BiographieModifier

Francis Ambrière se fait connaître pour son roman Les Grandes Vacances qui raconte la vie des prisonniers de guerre français en 1939-1945, notamment ceux du Stalag 369 où il est détenu en tant que sous-officier. Cet ouvrage est récompensé par le prix Goncourt 1940 qui est réservé et décerné en 1946 en raison de la Seconde Guerre mondiale.

De 1945 à 1972, il est directeur de la collection des Guides bleus aux éditions Hachette[2]. Il est l'auteur de plusieurs Guides bleus par exemple sur Paris en 1949 puis sur la Grèce en 1957 ou sur l'Italie, paru en 1960.

Dans la même période, il dirige la revue Connaissance du Monde[2] et devient vice-président du prix Albert Londres de 1972 à 1989.

Francis Ambrière est directeur de l'Université des Annales de 1947 à 1971, ainsi que des Annales politiques et littéraires qui en publient les conférences[2].

Il obtient le prix Premier-Empire 2008 à titre posthume pour son ouvrage Talma ou L'histoire au théâtre.

Il était marié à Madeleine Ambrière, née Fargeaud (1925-2014), professeur à l'Université de Paris-Sorbonne, spécialiste de Balzac.

Ouvrages (sélection)Modifier

  • Joachim du Bellay, Firmin-Didot, 1930
  • Estaunié, John Charpentier, Francis Ambrière, Firmin-Didot, 1932
  • Les grandes vacances, 1939-1945, Les Éditions de la nouvelle France, 1946, (rééd. Éditions du Seuil, 1956) - Prix Goncourt 1940 (réservé, décerné de manière rétrospective en 1946)
  • Le solitaire de la Cervara, V. Attinger, 1947
  • Le Maroc, Les Documents d'art, 1952
  • Théâtre et collectivité, Flammarion, 1953
  • Le Siècle des Valmore, Seuil, 1987 (compte-rendu, par Claude Sicard) - Prix Chateaubriand 1987.
  • Mademoiselle Mars et Marie Dorval : au théâtre et dans la vie, Seuil, 1992 - Prix Roland de Jouvenel[3] 1993[4].
  • Talma, ou l'histoire au théâtre, Madeleine Ambrière, Francis Ambrière, Éditions de Fallois, 2007, (ISBN 978-2-87706-638-9)

RéférencesModifier

  1. Notice de la BNF
  2. a b et c « Le Fonds Madeleine et Francis Ambrière. Manuscrits et archives des 19e et 20e siècles. », sur www.bibliotheque-institutdefrance.fr (consulté le 19 février 2019).
  3. « Prix Roland de Jouvenel | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 10 septembre 2019)
  4. « Francis AMBRIÈRE | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 10 septembre 2019)

Liens externesModifier