Frances Yates

historienne anglaise

Frances Amelia Yates, née à Southsea le [1] et morte à Surbiton le , est une historienne britannique des arts et des idées, spécialiste de la pensée magique de la Renaissance.

BiographieModifier

Benjamine d'une fratrie de quatre enfants, son père, James Yates, architecte naval et constructeur de cuirassés, a travaillé sur plusieurs chantiers anglais pendant son enfance[2]. Elle publie son premier article dans le Glasgow Herald à l'âge de 13 ans[1]. Après des études de français à l'Université de Londres, elle entre en 1941 à l'Institut Warburg aux côtés de Panofsky et Gombrich pour y mener des recherches avant d'y être nommée professeur en 1956[3]. Sa thèse porte sur « Le théâtre politique en France au XVIe siècle »[1].

En 1934, elle publie son premier ouvrage John Florio. The Life of an Italian in Shakespeare's England, brisant dès son premier ouvrage les cloisonnements entre les disciplines[4], travaillant sur les aspects socio-politiques, religieux, philosophiques, artistiques et littéraires de son sujet. Cet ouvrage reçoit le Prix Rose Mary Crawshay en 1937[5].

Son ouvrage L'Art de la mémoire publié en 1966 est considéré par la Modern Library comme l'un des « 100 plus grands ouvrages de nonfiction du XXe siècle »[6]. Il a aussi inspiré de nombreux auteurs contemporains tel Italo Calvino, Carlos Fuentes ou encore, Philip Pullman[7].

Elle s'intéresse à la pensée magique à la Renaissance et à son impact sur les sciences de l'époque, en particulier dans Giordano Bruno et la tradition hermétique en 1964[8]. Cela ne sont pas seulement un ensemble de « pratiques occultes » ou à l'alchimie mais à un courant de pensée datant de la traduction du Corpus Hermeticum par Marsile Ficin[8].

DistinctionsModifier

ŒuvresModifier

Ouvrages traduits en françaisModifier

  • Les Académies en France au XVIe siècle (1947), Paris, PUF, 1996.
  • Giordano Bruno et la Tradition hermétique (1962), Dervy, 1997. [1]
  • L'Art de la mémoire (1966), Paris, Gallimard, 1987.
  • La Lumière des Rose-Croix : l'illuminisme rosicrucien (1972), Paris, Culture, art, loisirs, 1978.
  • Astrée, le symbolisme impérial au XVIe siècle (1975), Paris, Belin, 2000.
  • Les Dernières Pièces de Shakespeare : une approche nouvelle (1975), Paris, Belin, 2000.
  • La Philosophie occulte à l'époque Elisabéthaine (1979), Paris, Dervy, 1987.
  • Raymond Lulle et Giordano Bruno (1982), Paris, PUF, 1999.
  • Science et tradition hermétique (1967-1977), Paris, Allia, 2009. Extraits de Collected Essays t. III (Ideas and Ideals in the North European Renaissance), 1984.
  • Fragments autobiographiques, Paris, Allia, 2009.
  • Le Théâtre du monde, Paris, Allia, 2019.

Ouvrages en anglaisModifier

  • John Florio. The Life of an Italian in Shakespeare's England, Cambridge, 134.

RéférencesModifier

  1. a b et c Robert Maggiori, « Frances Yates, rayon Dame », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. André Burguière et Bernard Vincent, Un siècle d'historienne, Paris, Des Femmes - Antoinette Fouque, , 346 p. (ISBN 978-2-7210-0634-9), p. 335
  3. Encyclopædia Universalis, « FRANCES AMELIA YATES », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 27 avril 2018)
  4. Jean-François Maillard, « In Memoriam. Frances Amelia Yates et la Renaissance des courants ésotériques de la Renaissance », Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, vol. 15, no 1,‎ , p. 5–6 (ISSN 0181-6799, DOI 10.3406/rhren.1982.1282, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  5. (en) « The Rose Mary Crawshay Prize, list of winners 1916-1999 »
  6. (en) « 100 Best Nonfiction «  Modern Library », sur www.modernlibrary.com (consulté le 27 avril 2018)
  7. (en-US) Laura Miller, « Remembering Frances Yates », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne, consulté le 27 avril 2018)
  8. a et b « "Science et tradition hermétique" et "Fragments autobiographiques", de Frances A. Yates », sur Le Monde.fr (consulté le 27 avril 2018)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Daniel Arasse, « Frances A. Yates ou les labyrinthes d'une histoire occulte », Le Débat, 1982/5, no 22
  • Ernst Gombrich, « In Memorium F. A. Yates », in Frances A. Yates 1899-1981, The Warburg Institute, Londres, 1982
  • Marjorie G. Jones, Frances Yates And the Hermetic Tradition, Lake Worth, Floride, Ibis Press, 2008
  • J. B. Trapp « Yates, Dame Frances Amelia (1899-1981 », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford, Oxford University Press, 2004 http://www.oxforddnb.com/view/article/31863

Articles connexesModifier

Liens externesModifier