Françoise Thom

historienne, soviétologue et universitaire française

Françoise Thom, née en 1951 à Strasbourg, est une historienne et soviétologue française, maître de conférences honoraire en histoire contemporaine à l'université Paris-Sorbonne. Spécialiste de la Russie postcommuniste, elle est l'auteur d'ouvrages d'analyse politique sur le pays et ses dirigeants.

Françoise Thom
Françoise Thom Forum France Culture Histoire 2015.jpg
Françoise Thom lors du forum « L’année vue par l’histoire » organisé par France Culture le 25 avril 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

BiographieModifier

Fille de René Thom, mathématicien et médaille Fields, connu pour sa théorie des catastrophes, et de Suzanne Helmlinger, Françoise Thom est agrégée de russe[1]. Elle vit trois ans en Union soviétique, puis est professeure de russe dans l'enseignement secondaire à Ferney-Voltaire et à Calais. Elle est attachée de recherche à l'Institut français de polémologie. Elle soutient en 1983 une thèse intitulée La Langue de bois soviétique : description, rôle et fonctionnement, dirigée par Alain Besançon à l'École des hautes études en sciences sociales[2], puis elle est nommée maître de conférences en histoire contemporaine à l'université Paris-Sorbonne. Elle présente en 2011 un mémoire d'habilitation universitaire intitulé De l’URSS à la Russie (1929-2011). Politique intérieure, politique étrangère, les imbrications, dont Olivier Forcade est le garant, à l'université Paris-Sorbonne[3].

Activités de recherche et éditorialesModifier

Elle publie sa thèse dans un ouvrage intitulé La Langue de bois, en 1987[4],[5]. Elle a également publié L'École des barbares, avec Isabelle Stal, en 1985, Le Moment Gorbatchev (1989)[6] ou Les Fins du communisme (1994). En 1998, elle est coauteur, avec notamment Jean Foyer, Jacques Julliard et Jean-Pierre Thiollet, du livre La Pensée unique — Le vrai procès. Elle a recueilli, traduit, préfacé et annoté les mémoires et les analyses de Sergo Beria, fils de Lavrenti Beria, parus en 1999 sous le titre Beria, mon père : au cœur du pouvoir stalinien[7]. En 2013, elle a enfin publié une biographie de Beria, sous le titre Beria. le Janus du Kremlin[8]. En 2018, elle publie Comprendre le poutinisme, dans lequel elle rappelle l'ancienne appartenance de Poutine au KGB et étudie la « propagande du pouvoir russe »[1].

En avril 2005, elle a épousé l'historien Guiorgui Mamoulia.

PublicationsModifier

Comme auteureModifier

  • L'École des barbares, avec Isabelle Stal, Julliard, 1985
  • Les fins du communisme, Critérion, 1994
  • Le Moment Gorbatchev, Hachette, 1989
  • « Les Occidentaux devant la fin de l’Union soviétique », Commentaire, no 118,‎ , p. 373-382 (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2019).
  • Beria : Le Janus du Kremlin, Cerf, 2013 924 p. (ISBN 978-2204101585)
  • Géopolitique de la Russie, avec Jean-Sylvestre Mongrenier, Puf, coll. « Que sais-je ? », 2016
  • « Le parti russe en France », Commentaire,‎ , p. 432-436 (lire en ligne, consulté le 29 octobre 2019).
  • Comprendre le poutinisme, Paris/Perpignan, Desclée De Brouwer, , 240 p. (ISBN 978-2-220-09426-7).

Comme éditrice scientifiqueModifier

  • Sergo Beria, Beria, mon père : au cœur du pouvoir stalinien, Plon/Critérion, 1999, 448 p. (ISBN 9782259190169)

RéférencesModifier

  1. a et b Isabelle Mandraud, « Françoise Thom, la procureure de Poutine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  2. Thèse de 3e cycle, École des hautes études en sciences sociales, 1983, notice du Sudoc, [lire en ligne]
  3. « Mme Françoise Thom Mamulia - De l’URSS à la Russie (1929-2011). Politique intérieure, politique étrangère, les imbrications. [HDR] », sur lettres.sorbonne-universite.fr, (consulté le 28 octobre 2019).
  4. [compte rendu] Basile Kerblay, « Françoise Thom. Le moment Gorbatchev », Politique étrangère, vol. 54, no 4,‎ , p. 788-790 (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  5. [compte rendu] Gérard Lenclud, « Parler bois. A propos d'un ouvrage de Françoise Thom », Études rurales, nos 107-108,‎ , p. 257-268 (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  6. [compte rendu] Marianne Gourg, « Françoise Thom, le Moment Gorbatchev,1991 », La Revue russe, no 5,‎ , p. 101-104 (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  7. [compte rendu] Jean-Claude Chesnais, « Beria, mon père. Au cœur du pouvoir stalinien, éd. Françoise Thom », Politique étrangère, vol. 64, no 3,‎ , p. 752 (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).
  8. Paul-François Paoli, « Les mystères Beria », sur lefigaro.fr, (consulté le 28 octobre 2019).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Isabelle Mandraud, « Françoise Thom, la procureure de Poutine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 octobre 2019).

Liens externesModifier