Ouvrir le menu principal

Françoise Guégot

personnalité politique française

Françoise Guégot
Illustration.
Fonctions
3e vice-présidente du Conseil
régional de Normandie

chargée de l'enseignement supérieur
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 27 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Hervé Morin
Députée de la 2e circonscription de
la Seine-Maritime

(10 ans)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
Législature XIIIe et XIVe
Groupe politique UMP (2007-2015)
LR (2015-2017)
Prédécesseur Pierre Albertini
Successeur Annie Vidal
Maire de Mont-Saint-Aignan

(6 ans, 11 mois et 26 jours)
Prédécesseur Pierre Albertini (UDF)
Successeur Pierre Léautey (PS)
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Oullins (Rhône)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Les Républicains
Diplômée de École polytechnique féminine de Paris
université Paris IX Dauphine
Profession Ingénieur
Site web Site officiel

Françoise Guégot, née le à Oullins, est une femme politique française, membre des Républicains.

Parcours universitaireModifier

Françoise Guégot est ingénieur diplômée de l'École polytechnique féminine de Paris et docteur en informatique des sciences de l’organisation de l’université Paris IX Dauphine.

FamilleModifier

Françoise Guégot est mariée et a trois enfants.

CarrièreModifier

Françoise Guégot est membre de l'UMP. Elle a été élue député en 2007 à la suite de l'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République.

Maire de Mont-Saint-Aignan de 2001 à 2008, sa liste a été battue aux élections municipales de 2008 par celle du conseiller général socialiste Pierre Léautey.

Elle soutient la candidature de François Fillon pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012. Elle est nommée porte-parole de sa campagne.

Dans le cadre de son mandat de Députée, elle remet, en mars 2011, un rapport au Président de la République intitulé "L'égalité hommes-femmes dans la fonction publique"[1]. Ce rapport, fondateur, constitue la première proposition d'introduction d'objectifs contraignants de recrutement de femmes aux postes d'encadrement supérieur et dirigeant de la fonction publique. Il sera traduit par les dispositions de la loi du 12 mars 2012 dite loi Sauvadet [2].

Le 9 décembre 2014, Nicolas Sarkozy, élu président de l'UMP, la nomme secrétaire nationale de l'UMP chargée des cadres du mouvement[3].

En février 2015, elle obtient l'investiture pour être chef de file UMP aux élections régionales de 2015 en Normandie, en tandem avec la députée de l'Orne Véronique Louwagie[4]. À la suite d'un accord avec l'UDI, c'est finalement Hervé Morin qui devient tête de liste.

Le 8 janvier 2016, elle devient conseillère politique des Républicains[5].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[6]. Le 29 août, elle est nommée coordinatrice adjointe de campagne avec Roger Karoutchi et Guillaume Larrivé.

Elle figure en 22e position sur la liste de l'Union de la droite et du centre (Les Républicains) pour les élections européennes de 2019.

MandatsModifier

Autres activités professionnellesModifier

Conseil auprès des entreprises dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier