Françoise Brochard-Wyart

physicienne française

Françoise Brochard-Wyart, née en 1944 à Saint-Étienne en France, est une physicienne française, théoricienne de la matière molle, professeure émérite de l'Université Pierre et Marie Curie et chercheuse à l'Institut Curie.

Françoise Brochard-Wyart
Françoise Brochard-Wyart.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Françoise BrochardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfants
Claire Wyart
Matthieu Wyart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions

BiographieModifier

Élève de l'École normale supérieure de Cachan de 1964 à 1968, elle obtient son DEA de physique des solides en 1967 et son agrégation de physique en 1968[1]. Elle entame alors une thèse sous la direction de Pierre-Gilles de Gennes sur les cristaux liquides au Laboratoire de physique du solide à Orsay[1]. Elle obtient son doctorat en 1974.

Elle poursuit ses recherches au Collège de France travaillant sur la dynamique des polymères. En 1986, elle devient professeur de chimie physique à l'Université Pierre et Marie Curie à Paris et s'intéresse au mouillage et aux interfaces. En 1991, elle intègre l'Institut Curie où elle mène des recherches en biophysique. Elle est membre de l’Institut Universitaire de France. Un séminaire et jubilé en son honneur intitulé 'From soft matter to cell biophysics: Be Simple!' a réuni plus d'une centaine de participants à La Chapelle-Gauthier en octobre 2018[2].

FamilleModifier

Françoise Brochard-Wyart est issue d'une famille de scientifiques: son oncle était le cristallographe professeur à la Sorbonne Jean Wyart, tandis que son père Pierre Wyart fut ingénieur chargé de la construction de barrages hydroélectriques dans les Alpes pour une compagnie qui a préfiguré la création d'EDF. Par sa mère, elle est aussi l'arrière petite-nièce du célèbre chimiste Charles Gerhardt[1].

Elle est la mère de six enfants, deux qu'elle a eus avec Dominique Brochard et quatre qu'elle a eus avec Pierre-Gilles de Gennes[1].

TravauxModifier

Au début de sa carrière scientifique à Orsay puis au Collège de France, Françoise Brochard-Wyart a étudié les cristaux liquides, en particulier les dispersions "ferronématiques" de particules magnétiques[3], ainsi que des questions sur la physique des polymères comme leurs conformations en mauvais solvant[4] ou dans des écoulements[5]. Elle a aussi interprété les fluctuations thermiques des globules rouges[6] et la dynamique des pores dans des vésicules lipidiques[7]. À l'Institut Curie, elle a commencé par des recherches de physico-chimie sur les propriétés statiques et dynamiques de mouillabilité des surfaces solides mais aussi liquides (démouillage liquide-liquide[8]), avant de se tourner vers des questions biophysiques au début des années 2000. Ainsi est-elle reconnue pour avoir fait des analogies audacieuses mais efficaces entre la physique du mouillage de gouttes liquides et l'adhésion entre des cellules biologiques au sein d'une tumeur cancéreuse[9]. Elle a introduit en particulier le concept de "matière active enchevêtrée" pour décrire le phénomène de visco-élasticité aussi bien de tumeurs que d'agrégats formés par les fourmis-feu du Brésil[10].

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d (en) Laurence Plévert, Pierre-Gilles de Gennes, a life in science., World Scientific, (lire en ligne), p. 154
  2. « GDR 3070 : Annual meeting 2018 and workshop in honor of Françoise Brochard-Wyart », sur nonlineaire.univ-lille1.fr (consulté le 10 mai 2020)
  3. F. Brochard et P.G. De Gennes, « Theory of magnetic suspensions in liquid crystals », Journal de Physique, vol. 31, no 7,‎ , p. 691–708 (DOI 10.1051/jphys:01970003107069100, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  4. (en) C Williams, F Brochard et H L Frisch, « Polymer Collapse », Annual Review of Physical Chemistry, vol. 32, no 1,‎ , p. 433–451 (ISSN 0066-426X et 1545-1593, DOI 10.1146/annurev.pc.32.100181.002245, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  5. (en) F Brochard-Wyart, « Deformations of One Tethered Chain in Strong Flows », Europhysics Letters (EPL), vol. 23, no 2,‎ , p. 105–111 (ISSN 0295-5075 et 1286-4854, DOI 10.1209/0295-5075/23/2/005, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  6. F. Brochard et J.F. Lennon, « Frequency spectrum of the flicker phenomenon in erythrocytes », Journal de Physique, vol. 36, no 11,‎ , p. 1035–1047 (DOI 10.1051/jphys:0197500360110103500, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  7. Françoise Brochard-Wyart, Pierre-Gilles De Gennes et Olivier Sandre, « Transient pores in stretched vesicles: role of leak-out », Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, vol. 278, nos 1-2,‎ , p. 32–51 (DOI 10.1016/S0378-4371(99)00559-2, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  8. Francoise Brochard Wyart, Pascal Martin et Claude Redon, « Liquid/liquid dewetting », Langmuir, vol. 9, no 12,‎ , p. 3682–3690 (ISSN 0743-7463, DOI 10.1021/la00036a053, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  9. (en) Stéphane Douezan, Karine Guevorkian, Randa Naouar et Sylvie Dufour, « Spreading dynamics and wetting transition of cellular aggregates », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 108, no 18,‎ , p. 7315–7320 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 21504944, PMCID PMC3088609, DOI 10.1073/pnas.1018057108, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  10. (en) D.L. Hu, S. Phonekeo, E. Altshuler et F. Brochard-Wyart, « Entangled active matter: From cells to ants », The European Physical Journal Special Topics, vol. 225, no 4,‎ , p. 629–649 (ISSN 1951-6401, DOI 10.1140/epjst/e2015-50264-4, lire en ligne, consulté le 10 mai 2020)
  11. « Prix Jean Ricard - Société Française de Physique », sur sfpnet.fr (consulté le 10 mai 2020)
  12. « Les membres - Institut Universitaire de France », sur www.iufrance.fr (consulté le 12 septembre 2020)
  13. « Les arrêtés de nomination des jurys - Institut Universitaire de France », sur www.iufrance.fr (consulté le 12 septembre 2020)
  14. « Prix ROBERVAL - Le Palmarès depuis 1987 », sur prixroberval.utc.fr (consulté le 10 mai 2020)
  15. « 544 décorés dans la promotion du 14 juillet de la Légion d'honneur | La grande chancellerie », sur www.legiondhonneur.fr (consulté le 10 mai 2020)
  16. (en) « ETH Day 2017 », sur ethz.ch (consulté le 10 mai 2020)

BibliographieModifier

Liens externesModifier