Ouvrir le menu principal

François de Tessan

homme politique français

François de Tessan
Illustration.
François de Tessan en 1936.
Fonctions
Député 1928-1940
Gouvernement IIIe République
Groupe politique RRRS
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Hilaire-du-Harcouët
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Buchenwald
Parti politique PRS
Résidence Seine-et-Marne

François de Tessan (François-Jules-Armand-Delphin Dortet de L'Espigarié de Tessan), issu d'une famille[1] de l'aristocratie Cévenole, du Vigan, est un journaliste, homme de lettres et homme politique radical-socialiste français, né le à Saint-Hilaire-du-Harcouët (Manche) et mort en déportation le à Buchenwald (Allemagne).

Sommaire

BiographieModifier

Il fait son service militaire et termine sa licence de lettres en 1903 puis part l'année suivante aux États-Unis pour une étude sur les mouvements féministes. En 1906, il devient correspondant de presse en poste à Londres où il se lie d'amitié avec Maurice Dekobra.

En 1908, il fréquente les milieux de Montmartre et quelques-uns de ses poèmes sont mis en musique.

Grand reporter (1909-1914), il est journaliste du journal La liberté, correspondant du journal Le Matin à New-York et est alors très lié au milieu franco-américain de San Francisco. En 1910, il se marie avec Suzanne Verdier qui sera la dernière héritière de la City of Paris, un grand magasin de San Francisco aujourd'hui repris par le groupe Neiman Marcus[2].

Nommé en 1913 secrétaire général de la section française de l’Exposition Panama Pacific, il est mobilisé comme sergent lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale. Il termine capitaine de réserve en 1919. Aide de camp du maréchal Joffre en mission avec Viviani en 1917, il rend compte de cette mission dans tous les médias français ou américains. Très proche de l'État-major de Pershing, il restera après guerre le porte-parole des milieux franco-américains[3].

En 1920, il repart en Indochine avec Joffre.

Il devient homme politique en 1928. Il fait alors partie du groupe des jeunes turcs élus cette année-là comme député de Seine-et-Marne (Meaux - 2e circonscription) (1928-1942). Il devient aussi sous-secrétaire d'État au ministère du Travail et de la Prévoyance sociale du gouvernement Joseph Paul-Boncour (décembre 1932 - janvier 1933), sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement Albert Sarraut (1) (octobre - novembre 1933), sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement Camille Chautemps (2) (novembre 1933 - janvier 1934) et délégué de la France à la Société des Nations (SDN).

Sous-secrétaire d'État à la présidence du conseil du gouvernement Léon Blum (1) (mai 1936 - juin 1937), Président du Conseil général de Seine-et-Marne[4] (octobre 1937-1942), sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement Camille Chautemps (3) (juin 1937 - janvier 1938), sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement Camille Chautemps (4) (janvier - mars 1938) il est encore sous-secrétaire d'État à la présidence du conseil du gouvernement Léon Blum (2) (mars - avril 1938).

Franc-maçon initié aux États-Unis pendant son séjour en Californie en 1912, il rencontra lors d'une convention maçonnique américaine Franklin D. Roosevelt qui devient son ami. Celui-ci vient à plusieurs reprises en France à Meaux où réside François de Tessan. Il fréquente nombre de loges à Paris et à Meaux entre les deux guerres.

Entré en résistance, arrêté et déporté, François de Tessan est mort pour la France et officier de la Légion d'honneur. En souvenir, une sépulture fut édifiée dans le cimetière de Nanteuil-les-Meaux, surplombée d'une flamme, symbole de l'âme, le corps ne s'y trouvant pas.

ŒuvresModifier

  • Promenade au far-west, Plon, 1912
  • Quand on se bat, Plon, 1916
  • Notes d'un témoin, Les Grands Jours de France en Amérique, Mission Viviani-Joffre (Avril-Mai 1917), Paris, Plon, 1917,
  • Les grands jours de France en Amérique, 1917
  • Par les chemins japonais: essais sur le vieux Japon, Plon, 1918
  • De Verdun au Rhin, Renaissance du Livre, 1918-1919
  • « S.M. Kha-Dinh, empereur d'Annam » in La Revue de Paris, 29e année, no 13, 1922
  • « L'éducation financière des annamites » in L'Opinion, 11 mars 1922
  • « Les Chinois en Indochine » in La Revue de Paris, 15 mai 1922 ; in l'Asie qui s'éveille, 1923
  • Le Japon mort et vif, Baudinière, 1928
  • Le Président Hoover et la politique américaine, 1931
  • Franklin Roosevelt, Baudinière, 1932
  • Le Drame espagnol, 1936
  • Voici Adolphe Hitler, Flammarion, 1936
  • Loti en Amérique. Bois de Dignimont, s. d.

HommagesModifier

  • Une Avenue de Nanteuil-les-Meaux porte son nom.
  • Une école élémentaire de Nanteuil-les-Meaux porte son nom.
  • Une école élémentaire de Dammarie-les-Lys[5] porte son nom.
  • Une rue François de Tessan à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne).
  • Une place François de Tessan à Châteaudun (Eure-et-Loir).

BibliographieModifier

  • Hommage dans le Magazine du Pays de Meaux, no 19

Notes et référencesModifier

  1. La famille de Tessan sur Geneanet
  2. Jean-Louis Duffet, « Sur les traces de François de Tessan 1883-1914, journaliste publiciste », Bulletin de la société historique de Meaux et sa région,‎ (ISSN 1775-8882)
  3. Jean-Louis Duffet, « François de Tessan, écrivain-combattant 1914-1919 », Bulletin de la société historique de Meaux et sa région,‎ prévu en 2019 (ISSN 1775-8882)
  4. « Archives de Seine-et-Marne »
  5. « Les écoles de Dammarie-lès-Lys », (consulté le 15 février 2014)

Liens externesModifier