Maurice Gaït

journaliste français
(Redirigé depuis François Tavera)
Maurice Gaït
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonymes
Fabricius Dupont
Hugues Saint-Cannat
Scrutator
François Tavera
Dominique VicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Maurice Gaït, né le et mort le , est un journaliste français. Commissaire général à la Jeunesse sous le régime de Vichy, il est directeur de Rivarol de 1973 à sa mort.

BiographieModifier

Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie (1935)[1], il avait été le condisciple notamment de Maurice Bardèche, de Robert Brasillach, de Thierry Maulnier, de Jean Nocher et de René Château. Il collabore à La Flèche de Gaston Bergery.

Directeur de l'École nationale des cadres civiques (1941-1942), directeur de cabinet d'Abel Bonnard, ministre de l'éducation nationale (1942-1943), et commissaire général adjoint (1940-1942), puis commissaire général à la Jeunesse (1944), il est après guerre incarcéré et poursuivi pour son implication dans le Régime de Vichy. Il bénéficie d'un non-lieu pour « faits de résistance » le 18 novembre 1947[2].

En 1948, il signe sous le nom de plume de « Fabricius Dupont » un Manifeste des inégaux. Il a aussi utilisé les pseudonymes « Hugues Saint-Cannat », « Scrutator », « François Tavera » et « Dominique Vico »[3].

Après avoir dirigé La Fronde, il se joint à l'équipe de l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol fondé en janvier 1951 par René Malliavin. Gaït en fut le rédacteur en chef et l'éditorialiste à partir de 1973 jusqu'à sa mort (Camille Galic lui succède alors qu'il succédait lui-même à Pierre Dominique, décédé en 1973).

En 1973-74, il appuie les négociations entre Ordre nouveau et Jean-Marie Le Pen relatives à la création du Front national[4].

Lors du retour en politique de Charles de Gaulle durant la guerre d'Algérie, Gaït compta parmi ses critiques les plus acharnés. Il meurt en fonctions le .

OuvrageModifier

  • « Fabricius Dupont », Manifeste des inégaux, Paris, Les Gazettes, 1948 (notice BnF no FRBNF34191123).

RéférencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier