François Regnault

philosophe français

François Regnault, est un philosophe, écrivain et homme de théâtre (traducteur, théoricien, dramaturge, directeur) français né le à Paris.

François Regnault
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
(82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Maître de conférence à l'Université Paris VIII, il a dirigé de nombreuses thèses[1] et a été un proche de Michel Foucault, Louis Althusser et Jacques Lacan. Spécialiste de l'alexandrin, au théâtre, il a été professeur au CNSAD et a notamment travaillé aux côtés de Patrice Chéreau et de Brigitte Jaques[2].

Son œuvre se divise entre ouvrages sur la psychanalyse et ouvrages d’esthétique théâtrale.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Son père était architecte de Jean-Louis Barrault et son oncle, décorateur international renommé.[3]

Il fait ses études au lycée Louis-le-Grand puis à l'École normale supérieure où il se lie d'amitié avec Jacques-Alain Miller et Alain Badiou. Il passe ensuite son agrégation de philosophie (premier de sa promotion, 1962) et enseigne la philosophie au Prytanée militaire de La Flèche (professeur-soldat), puis au Lycée de Reims de 1964 à 1970.

CarrièreModifier

Philosophie et psychanalyseModifier

À l’université de Vincennes, François Regnault enseigne au département de philosophie (direction Foucault), à partir de 1970, puis en 1974 au département de psychanalyse de l'université de Paris-VIII. C'est là qu'il se forme aux théories lacanistes et écrit dans les Cahiers pour l’Analyse avec Jacques Lacan, Georges Dumézil, Jacques Derrida ou Claude Lévi-Strauss.

Théâtre et cinémaModifier

Il commence à travailler pour le théâtre en 1973, Patrice Chéreau lui demandant de traduire Toller de Dorst.[réf. nécessaire] Il sera son collaborateur artistique pendant plus de 10 ans. A l'occasion de la mise en scène de Les Paravents de Jean Genet par Chéreau, il co-écrit un livre sur l'oeuvre avec Bernard-Marie Koltès, La famille des Orties.

Il fonde quelques années plus tard la compagnie Pandora, avec Brigitte Jaques-Wajeman et prend la co-direction du théâtre de la Commune d’Aubervilliers de 1991 à 1997. Il participe notamment à la création d’Elvire Jouvet 40 avec Philippe Clévenot et Maria de Medeiros.

S'ensuivent de nombreux projets (traduction, collaboration, écrits) avec Emmanuel Demarcy-Mota, Anne Delbée, Lambert Wilson, Jean Liermier ou Roman Polanski.

À la suite de la publication de Dire le vers, écrit avec Jean-Claude Milner, il enseigne la diction au Conservatoire national d’art dramatique de Paris de 1994 à 2001 ayant notamment comme élèves Laure Calamy, Rachida Brakni, Guillaume Galienne, Elsa Lepoivre, Vincent Macaigne ou Micha Lescot.

En 1996, les éditions Théâtrales ont publié sa traduction de Peer Gynt. Cette traduction a été mise en scène par Patrice Chéreau, David Bobée, Eric Ruf, Stéphane Braunschweig et Patrick Pineau[4].

Ami de cinéastes, il écrit dans les Cahiers du cinéma puis apparait ou collabore aux films de Marguerite Duras, Pascal Bonitzer et René Allio. En 2008, il tient le rôle du psychanalyste dans le film Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin, donnant la réplique à Anne Consigny, plus tard, il sera dramaturge sur Les fantômes d'Ismaël.

Engagements politiquesModifier

François Régnault co-signe à plusieurs reprises de nombreuses tribunes et pétitions.

En 2017, il co-signe l’appel des psychanalystes contre Marine Le Pen[5].

La même année, il co-signe une pétition contre la réduction de Pasolini à l’état d’ « intellectuel organique ». La tribune est signée par des intellectuels dont BHL, Yann Moix ou Philippe Sollers[6].

Il co-signe également dans Libération une contre-pétition avec plusieurs personnalités dont Claude Lanzmann et Jacques Alain Millet, contre une précédente pétition de soutien à Renaud Camus[7].

Pétition du 26 janvier 1977Modifier

François Régnault fut également signataire d’une tribune favorable à la sortie de prison de trois hommes accusés d’attentat à la pudeur sur mineurs[8]. Pétition qu’il a signé aux côtés de personnalités dont Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Roland Barthes, Gilles Deleuze, Louis Aragon, Jack Lang ou Francis Ponge.

A la suite de l’affaire Gabriel Matzneff, cette pétition a resurgi en 2020, comme l’une des premières pétitions de ce genre, et Matzneff en étant l’auteur[9].

Vie privéeModifier

Il est le frère de la metteuse en scène et tragédienne Anne Delbée.

ŒuvreModifier

Théâtre[4]Modifier

Théâtre théorique[11]Modifier

  • Le Spectateur, Beba, 1986
  • Dire le vers (avec Jean-Claude Milner), Le Seuil, 1987[12]
  • Le Théâtre et la mer, Imprimerie nationale, 1989
  • La Doctrine inouïe. Dix leçons sur le théâtre classique français, Hatier, 1996
  • L’Une des trois unités, Isele, 1999
  • Théâtre-Équinoxes, Actes Sud, 2001
  • Théâtre-Solstices, Actes Sud, 2002
  • Hedda Gabler: Henrik Ibsen (avec Yves Steinmetz), 2002
  • "Percé jusques au fond du coeur": choix forcés dans "Le Cid" de Corneille, 2006
  • Gil Roman: Béjart ballet Lausanne (avec Jean-Pierre Pastori et Patrick Ferla), Favre, 2013
  • Une mémoire: Nouveaux écrits sur le théâtre, 2018

PhilosophieModifier

  • Mais on doit tout oser puisque, Navarin, 1981
  • Dieu est inconscient, Navarin, 1986
  • Conférences d’esthétique lacanienne, Agalma, 1997
  • Notre objet a, Verdier, 2003

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Toxicomanie et champ freudien », (consulté le 31 mars 2020)
  2. Posted in Publications et Sorties de livres premier rang, « Claudel avec Lacan | ECF » (consulté le 28 septembre 2019)
  3. « François Regnault », sur Editions Verdier (consulté le 28 septembre 2019)
  4. a et b « François Regnault », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 28 septembre 2019)
  5. « Signez la pétition », sur Change.org (consulté le 6 janvier 2020)
  6. « Pétition contre la réduction de Pasolini à l’état d’«intellectuel organique» », sur La Règle du Jeu, (consulté le 6 janvier 2020)
  7. « Renaud Camus, contre-pétition. - Libération », sur next.liberation.fr (consulté le 6 janvier 2020)
  8. « À PROPOS D'UN PROCÈS », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020)
  9. (de-CH) Tribune de Genève, Tamedia Espace AG, « Ces intellectuels français qui cosignaient une pétition pro-pédophilie », sur www.tdg.ch (consulté le 6 janvier 2020)
  10. « Machinations », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 28 septembre 2019)
  11. « Librairie Mollat Bordeaux - Auteur - François Regnault », sur Librairie Mollat Bordeaux (consulté le 28 septembre 2019)
  12. « Dire le vers », sur Editions Verdier (consulté le 28 septembre 2019)

Liens externesModifier