Ouvrir le menu principal
François Mustel
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
RouenVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Distinction

François-Georges Mustel, né le à Rouen, où il est le , est un agronome normand.

Sommaire

BiographieModifier

Ancien capitaine des dragons de la Légion royale, membre des académies de Rouen, de Dijon et Châlons, de la Société des Arts de Londres et de plusieurs Sociétés d'agriculture, François Mustel encourage la culture de la pomme de terre en Normandie au milieu du XVIIIe siècle. C'est ainsi qu'en 1766, la pomme de terre est cultivée à Alençon, puis à Lisieux et dans la baie du Mont-Saint-Michel. Antoine Parmentier le qualifie de « premier Apôtre des pommes de terre en France, connu par d'excellents ouvrages[1] » mais c'est lui qui obtient la reconnaissance royale avec son expérience de culture de la pomme de terre à grande échelle dans la plaine des Sablons en 1786 alors que Mustel regrette de n'avoir eu, en tant que pionnier, qu'une carrière locale[2].

HonneursModifier

PublicationsModifier

  • Mémoire sur les pommes de terre et sur le pain économique, lu à la Société royale d’agriculture de Rouen, Rouen : chez la Ve Besongne et chez Machuel, et Paris : chez Saillant, 1767, in-8° ou in-12, 51 p. ; éd. en 1769 ; autre éd. en 1793, même lieu ; annonce dans le Journal économique, juillet, novembre 1768 & décembre 1769 (on cite, dans le second article, les noms de MM. de la Michodière et de Crosne, avec qui Mustel a fait ses expériences, en Normandie, près de Rouen)[3]
  • On lui doit aussi un Mémoire sur la culture des pommes de terre (Rouen et Paris, 1770), une Recherche sur l'économie rurale et le Traité théorique et pratique de la végétation ou Expériences et démonstrations sur l'économie végétale et la culture des arbres (Rouen et Paris, 1781-1784).

Notes et référencesModifier

  1. Antoine Augustin Parmentier, Le parfait boulanger ou traité complet sur la fabrication & le commerce du pain, De l’Imprimerie Royale, (lire en ligne), p. 579
  2. François-Georges Mustel, « Réponse de M. Mustel à la lettre de M. Dambourney », Journal de Normandie, no 17,‎ , p. 94-95
  3. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (13.5. 1767)

SourcesModifier