François Lartigue

photographe
François Lartigue
Naissance
Paris
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Directeur de la photographie
Photographe
Films notables La Guerre des boutons, Le Septième Jour (El séptimo día), Une chambre en ville, Buffet froid

François Lartigue est un directeur de la photographie et photographe[1] français né le à Paris.

BiographieModifier

"Né en 1949 à Paris, François baigne dans une famille d’artistes : arrière-petit-fils d'André Messager, petit-fils de Jacques Henri Lartigue et Maurice Pico, fils de Dany Lartigue et Jeanette Pico, frère de Martin et Olivier. Son univers s’appelle Montmartre. Pas le nid à touristes du XXIe siècle mais plutôt le quartier populaire qui vit certainement, à la fin des années cinquante, ses dernières heures authentiques. Avec l’appareil photo que son grand-père, Jacques-Henri Lartigue, lui a ramené du Japon, François va battre le pavé parisien à la recherche de l’image drôle, tendre ou insolite à figer.

Si sa passion pour la photo remonte à ses jeunes années, c’est sur le tournage de la Guerre des Boutons d’Yves Robert, dans lequel il joue le rôle de Grangibus, que François Lartigue prend réellement conscience de son amour pour l’image grâce à sa rencontre avec André Bac, directeur de la photographie et chef opérateur sur le film. La machine est en route et François ne tarde pas à passer de l’autre côté de la caméra. Assistant, cadreur, directeur photo, il va travailler avec les plus grands : Claude Sautet, Jacques Demy, Henri Verneuil, Philippe de Broca, Jacques Deray, Bertrand Blier, Richard Marquand, René Feret, Jacques Bral, Carlos Saura ou encore Marco Pico.

Puis, après vingt ans dans le monde du cinéma, doucement, comme une flagrante évidence, François Lartigue reviendra à ses premières amours : la photo. "François a l’âme sensible et l’œil prévenant. Le sordide, la malhonnêteté, le sulfureux, le tapageur ne l’intéresse pas. Lui, il recherche dans ce quotidien que l’on ne prend parfois même plus le temps de regarder, l’instant d’accalmie, la lumière qui réchauffe, le souffle délicat, l’émotion sincère, l’humanisme évident, la beauté spontanée. Ça ne durera peut-être que deux ou trois secondes, aucune importance, François est présent et ne rate pas la prise. Le vif, sans mise-en-scène, sans la moindre entourloupe. les photos de François ne trichent pas. Ce sont simplement les petits instantanés du jour qui vous ont échappé et que François a vu pour vous." Texte de David Ramolet

L'activité de photographe de François Lartigue a débuté dès 1963 avec un cliché de matelots au bord du bassin des Tuileries (collection du musée Nicéphore-Niépce).

Il est présenté par le site de l'AFC comme un « héritier de la photographie humaniste et de l’esthétique de réalisme poétique »[2].

CinémaModifier

Assistant opérateur
Cadreur
Directeur de la photographie

De 1985 à 1988 :

Acteur

TélévisionModifier

Cadreur
Directeur de la photographie

DocumentaireModifier

Directeur de la photographie
  • 1980 : Les Grands Photographes de Florence Gruère et Claude Gallot
  • 1995 : Brancusi de Patrice Rolet

ExpositionModifier

  • 1995 : Galerie Frédéric Roulette (Paris)
  • 1997 : Les Lartigue passionnément (Cavalaire)
  • 2000 : Galerie Philippe Gelot (Paris)
    • Festival Banlieues Blues (La Courneuve)
  • 2003 : la Kitchen Galerie (Paris)
  • 2005 : Les Lartigue, le talent en héritage (L'Isle-Adam)
  • 2010 : Galerie binôme (Paris)[3]
  • 2013 : Exposition L’objectif humaniste - Galerie Binôme (Paris)[4]
  • 2014 : Exposition "Fragments d'enfance" - Musée Marzelles (Marmande)
  • 2014 : Exposition "Génération Lartigue" - Villa Béatrix Enéa (Anglet)
  • 2017 : Exposition pour la sortie du livre Une ville, des vies - La Chambre claire (Paris)

Notes et référencesModifier

  1. « Dans la famille Lartigue trois générations d'artistes » sur sudouest.fr [1]
  2. « Exposition L’objectif humaniste 3 avril 2013 [2]
  3. Site de la Galerie Binôme [3]
  4. Site actuphoto [4]

Liens externesModifier