Ouvrir le menu principal

François Jules Hilaire Chambrelent

agronome français
Jules François Hilaire Chambrelent
Abbaye-école de Sorèze - Jules Chambrelent.jpg
Buste de Jules Chambrelent dans la salle des Illustres de l'abbaye-école de Sorèze
Fonction
Inspecteur général des ponts et chaussées (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nom dans la langue maternelle
François Jules Hilaire ChambrelentVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Jules François Hilaire Chambrelent est un agronome français, né le à Saint-Pierre en Martinique et mort le à Paris.

BiographieModifier

Jules Chambrelent est le fils de Louis Théodore Chambrelent (1773-1844), négociant à Senlis avant de s'installer à la Martinique où il a épousé Anne Pauline Aimée Lechevalier dont le père était un négociant venu de France.

Il arrive en France avec son frère André en 1827. Ils étudient au collège de Sorèze dès leur arrivée. Il quitte le collège de Sorèze en 1834 et poursuit ses études à Paris, entre à l’École polytechnique à 17 ans (promotion X1834) puis à l’École nationale des ponts et chaussées. Élève des ponts et chaussés, il est élevé au grade d'aspirant en 1839, il est ingénieur ingénieur ordinaire des ponts et chaussées en 1841, chef ingénieur en 1865 et inspecteur général en 1879. Il est notamment chargé de l’irrigation en Gironde.

Il est l’un des instigateurs des plantations de pins de la région des Landes à la suite de Nicolas Brémontier en faisant planter des arbres sur 800 000 hectares, ce qui lui vaut le surnom de "Rédempteur des Landes". Il a aussi diriger les études de la dérivation des eaux du Rhône pour permettre l'irrigation du Languedoc.

À la suite d'un orage s'étant produit le 21 juillet 1882 dans la vallée de l'Isère, Jules Chambrelent, alors inspecteur général des ponts et chaussées et de l'hydraulique remet un rapport au ministre de l'Agriculture en 1883 préconisant le reboisement pour fixer les torrents.

Il a pris sa retraite en 1882.

Il est membre de l'Académie d'agriculture de France en 1879 et de la section d’Économie rurale de l'Académie des sciences en 1891[1].

FamilleModifier

  • François Chambrelent (1735-1825), procureur au baillage et présidial de Senlis, marié en 1771 avec Françoise Philippine Sallentin
    • Louis Théodore Chambrelent (1773-1844) marié en 1814 avec Anne Pauline Aimée Lechevalier
      • André Louis François Chambrelent (1815-1875)
        • Paul André Jacques Jules Chambrelent (1858-1892) marié à Louise Camille Madeleine Angélanie Delorme
          • André Auguste Paul Chambrelent[2] (1886- ), homme de lettres
      • Jules François Hilaire Chambrelent (1817-1893) marié en premières noces, avec Marie Émery, marié en secondes noces, en 1853, avec Louise "Eudora" Gras
        • Arthur Chambrelent (1850- )
        • Jean Baptiste Paul François Jules Chambrelent[3] (1854-1922), professeur de médecine[4]
        • André Chambrelent
      • Françoise Catherine Sainte-Maxence Chambrelent (1818- )
      • Louis François Théodore Chambrelent (1820- )
      • Maxence Appoline Chambrelent (1822-1881)

PublicationsModifier

  • Les Landes de Gascogne : leur assainissement, leur mise en culture, exploitation et débouchés de leurs produits, Paris, Baudry et Cie, , 125 p. (lire en ligne)
  • Les irrigations agricoles faites en France de 1866 à 1886 , Gauthier-Villars et fils imprimeurs-libraires, Paris, 1888 (lire en ligne)
  • « Le reboisement et les travaux publics », dans Revue des eaux et forêts, 1883, tome 22, p. 359-368 (lire en ligne)
  • « Fixation des torrents et boisement des montagnes », dans Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1893, p. 469-475 (lire en ligne)

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier