François Jean Clary

homme politique français du XIXe siècle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clary (homonymie).
François Jean Clary
François Jean, comte Clary (1814-1889).jpg
Fonctions
Maire de Savigny-le-Temple (d)
-
Sénateur du Second Empire
-
Maire de Savigny-le-Temple (d)
-
Maire de Savigny-le-Temple (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Paris IXe
Sépulture
Nationalité
Activités
Famille
Père
Mère
Malcy Anne Jeanne
Fratrie
Conjoint
Sidonie Talabot
Autres informations
Propriétaire de
Château de la Grange (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parti politique
Distinctions
Blason fam fr Clary.svg
blason
Père-Lachaise - Division 24 - Clary 03.jpg
Vue de la sépulture.

François Jean, 2e comte Clary (Paris[1], Paris IXe, ), est un homme politique français du XIXe siècle.

BiographieModifier

Fils de Nicolas Joseph Clary (1760 - 1823), armateur, négociant, échevin de Marseille et pair des Cent-Jours, François Jean était le neveu des sœurs Clary : Julie, qui épousa Joseph Bonaparte et Désirée, mariée avec le maréchal Bernadotte[3].

Possesseur d'une grande fortune[3] dont il fit un « noble usage » en venant en aide aux malheureux[2], le comte Clary s'occupa d'abord d'agriculture et « fut décoré, en [4], par Louis-Philippe Ier, comme agriculteur »[3].

 
Le château de La Grange la Prévôté

Le comte et la comtesse Clary vivaient à Paris, rue d'Aumale, et au château de La Grange à Savigny-le-Temple (Seine-et-Marne)[2]. Maire de sa commune de Savigny jusqu'en 1846, le comte se tint à l'écart de la politique[2] nationale jusqu’en 1849.

Élu, cette même année 1849, lieutenant-colonel de la 1re légion de la garde nationale de Paris, il défendit alors la politique du prince-président, mais, « des nuages avaient semblé se mettre entre lui et l'Elysée, et nuire à leur bonne intelligence[5] ». Nommé sénateur le [3], cette dignité fut « sans doute le signe d'une réconciliation complète[5] ». Le comte Clary ne fut pas très assidu aux séances du Sénat et « consacra les meilleures années de sa vie à l’éducation de ses filles »[2]. Il vota néanmoins la loi ouvrant des crédits pour la construction du nouvel Opéra Garnier (1861).

Il était officier de la Légion d'honneur de la promotion du [3].

RécapitulatifModifier

TitreModifier

DistinctionsModifier

   

ArmoiriesModifier

Image Blasonnement
 
Armes de famille Clary

D'or, à l'aigle de sable, au chef d'azur, ch. d'un soleil d'or[6].

Ou 
D'or, à une aigle au vol abaissé de sable, becquée et membrée de gueules, et un chef d'azur, chargé d'un soleil d'or que l'aigle regarde[6].

Ascendance & postéritéModifier

François Jean Clary était le fils aîné de Nicolas Joseph, comte Clary (1760-1823), pair des Cent-Jours, et de Malcy Anne Jeanne (vers 1791 - Paris 29 août 1820), fille de Marie François, baron Rouyer (1765-1824), général de division.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.