François IV du Plessis de Richelieu

diplomate français

François IV du Plessis, seigneur de Richelieu (1548, Richelieu - , Gonesse) est un capitaine français et un grand officier de la couronne.

François du Plessis de Richelieu
Fransua de Richelieu.jpg
Fonction
Grand prévôt de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Louis du Plessis de Richelieu (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Françoise de Rochechouart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Conflit
Distinctions

C'est le père du cardinal de Richelieu.

BiographieModifier

Issu d'une ancienne famille du Poitou qui a tiré son nom et son origine de la terre du Plessis, il est le fils cadet d'un officier, Louis du Plessis de Richelieu, et de Françoise de Rochechouart. Le fils aîné, Louis, à la suite d'une querelle de voisinage, est tué par le seigneur de Mausson qui est ensuite tué à son tour par François [1],[2]. François fut élevé parmi les pages de François II et de Charles IX et se distingua à la bataille de Montcontour.

Selon Gabriel Hanotaux, il suivit et devint l'homme de confiance du duc d'Anjou (futur Henri III), comme plénipotentiaire en Pologne, pour recevoir la Foi des seigneurs polonais[3]. Hildesheimer, la biographe du cardinal de Richelieu, affirme que rien ne permet d'établir la présence de François en Pologne[1]

En 1578, il devient Grand prévôt de France et, en 1585, fut élevé à la distinction de chevalier des ordres du roi.

Il joua un rôle primordial lors des États de Blois, et, bien qu'il fût un catholique zélé, resta fidèle au roi Henri III contre la Ligue et se rallia au parti d'Henri IV. Plus tard, il assista aux combats d'Arques et d'Ivry. En récompenses de ses services, Henri IV lui donna une gratification de 20 000 écus et le nomma capitaine de la troisième compagnie de ses gardes du corps.

Il avait été conseiller du Roi en ses conseils d’État et Privé et lieutenant de la compagnie d'ordonnance du Prince de Dombes. Richelieu avait également négocié un traité avec le prince Casimir et ses reîtres.

Il meurt le à 42 ans d'une fièvre pernicieuse[4].

MariageModifier

Il épousa Suzanne de La Porte, fille de François de La Porte, célèbre avocat au Parlement de Paris, et de Claude Bochart ainsi que sœur d'Amador de la Porte. Ils sont les parents de[5] :

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Françoise Hildesheimer, Richelieu, Flammarion 2004, p. 18
  2. Mousnier 1992, p. 17
  3. « http://www.mediterranee-antique.info/Auteurs/Fichiers/GHI/Hanotaux/Richelieu/T10/T10_2.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. Hildesheimer, Op. Cit. p. 21
  5. Mousnier 1994
  6. Max Gallo, Richelieu, la foi dans la France, Villeneuve d'Ascq & Mayenne, XO éditions, , 370 p. (ISBN 978-2-84563-381-0), 1 "1585-1608", « 1 (pages 22&20) ».

SourcesModifier

  • Roland Mousnier (ill. Éric Schlumberger), L'homme rouge : la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1994), XVI-905 p., Broché, 13,3 × 19,7 cm (ISBN 2-221-06592-1, notice BnF no FRBNF35510620)  
  • « Richelieu (François du Plessis de) », dans Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, 1863-1890, 15 vol. [détail des éditions].
  • Maximin Deloche, Les Richelieu : le père du Cardinal ; François du Plessis, grand prévost de France, Paris, Perrin, 1923.