François III de La Rochefoucauld

aristocrate français

François III de La Rochefoucauld
Illustration.
Portrait de François III de La Rochefoucauld
Fonctions
Comte de La Rochefoucauld, et Prince de Marcillac
Prédécesseur François II de La Rochefoucauld
Successeur François IV de La Rochefoucauld
Comte de Roucy
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris Royaume de France Royaume de France
Date de décès (à 51 ans)
Lieu de décès Paris Royaume de France Royaume de France
Nature du décès Assassiné
Parti politique Huguenot
Conjoint Sylvie Pic de la Mirandole, puis
Charlotte de Roye
Enfants François IV de La Rochefoucauld
Famille Maison de La Rochefoucauld

François III de La Rochefoucauld

François III, comte de La Rochefoucauld, prince de Marcillac, comte de Roucy, baron de Verteuil, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, est l'un des chefs protestants assassiné le jour de la Saint-Barthélemy.

Il fut l'un des favoris du roi Henri II, puis de Charles IX par son humour et son intelligence. Il fut également l'ami et le témoin de mariage de Charles de Téligny et Louise de Coligny.

BiographieModifier

Fils du comte François II de La Rochefoucauld, il est un brillant homme de guerre, il se distingue pendant les trois premières guerres civiles. Dans sa jeunesse, Brantôme insiste sur la faveur qu'il connaît auprès d'Henri II. Chevalier de l'ordre du Roi, il fait partie de l'entourage du roi et a une carrière militaire assez dense.

En 1552 il prend part au siège de Metz comme capitaine de chevau-légers.

Il fut prisonnier à la bataille de Saint-Quentin (10 août 1557) avec le connétable de Montmorency. Il y conduisait la compagnie de gendarmes du duc de Lorraine avec le titre de lieutenant[1].

Il songea à quitter la Cour pour l'Allemagne en 1560, alors que sa position n'est plus tenable en raison de son engagement protestant, mais la mort de François II et les prières de Catherine de Médicis l'en empêche.

Il prend la tête du parti huguenot dès 1562 et participe dorénavant à tous les combats importants des trois premières guerres de religion[2].

Il prend le parti de la Maison de Bourbon contre la Maison de Lorraine et participe avec le Prince de Condé, son beau-frère (respectivement maris de deux filles de Charles de Roye comte de Roucy : Charlotte et Éléonore), à la Surprise de Meaux avec une immense cavalerie, le 28 septembre 1567. Il prit d'assaut Beaugency et Pons. Après la paix d'août 1570, il retourne à la Cour, où le roi Charles IX, âgé de vingt ans s'attache à lui. Son esprit et sa plaisante conversation en font un intime du roi, qui ne peut plus se passer de lui[3].

Installé à Paris la veille du Massacre de la Saint-Barthélemy, le roi Charles IX tente de le convaincre de demeurer au Louvre et lui suggère de coucher avec ses valets de chambre, mais ce dernier décline en lui répondant: "les pieds leur puent". Le lendemain, le 24 août 1572 les catholiques viennent trouver le comte de La Rochefoucauld et le sorte du palais. Avec les autres nobles protestants, il est tué dans les rues avoisinantes. Son corps est dénudé et jeté dans la Seine[4].

Faits d'armesModifier

Mariages et successionModifier

 
Portrait de sa seconde épouse, Charlotte de Roye (1537-1569)

Il épouse en premières noces Sylvie Pic de la Mirandole, parente du philosophe Jean Pic de la Mirandole, avec qui il eut un fils François IV de La Rochefoucauld.

Le , il épouse en secondes noces Charlotte de Roye (1537-1569), comtesse de Roucy, belle-sœur du prince de Condé, avec qui il eut six enfants, qui portèrent le nom et les armes de Roye devant celle de La Rochefoucauld par contrat de mariage.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Nicolas Le Roux, La faveur du roi: mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Champ Vallon, 2001, pp. 73-74.
  2. Nicolas Le Roux, La faveur du roi: mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Champ Vallon, 2001, p. 73.
  3. Nicolas Le Roux, La faveur du roi: mignons et courtisans au temps des derniers Valois, Champ Vallon, 2001, p. 74.
  4. François Crouzet, « Enquête sur un massacre : la Saint-Barthélemy », L'Histoire, no 75,‎ , p. 94-101

BibliographieModifier

  • Jules Delaborde, « François de la Rochefoucauld », Paris, Bulletin historique et littéraire. Société de l'histoire du protestantisme français, tome XXIII, deuxième série, neuvième année, 1874, p. 434-451.
  • P. Moret de la Fayole, Histoire généalogique de la maison de Roucy et de Roye, Coustelier, Francois, 1675, chapitre XXV.
  • Denis Crouzet, «Enquête sur un massacre : la Saint-Barthélemy », L'Histoire, no 175, mars 1994, p.  94-101