Ouvrir le menu principal

François Henri Faureau

peintre français
François Henri Faureau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

François Henri Faureau, né le 27 novembre 1902 à Aubusson et mort en 1997 à Aubusson, est un artiste peintre français, peintre cartonnier en tapisserie d'Aubusson.

Henri François Faureau, dit François Faureau, suit les cours de l’E.N.AD. (École nationale d'art décoratif d'Aubusson) à partir de 1917. Comme ses collègues Elie Maingonnat et Georges Rougier, il est sensible aux théories du directeur, Antoine Marius Martin, qui veut déjà favoriser les compositions modernes et revenir à un emploi modéré des couleurs, pour renover l’art de la tapisserie. À la même époque, il complète sa formation en travaillant dans l’atelier de tapisserie de Léon Tabard. Son goût pour le dessin et pour l’histoire de l’art fait qu’il devient d’abord un peintre, même si ses compétences de lissier sont également reconnues. À 22 ans, il expose ses premières tapisseries au musée Galliéra. Il décroche une médaille d'argent lors de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs de 1925 grâce à plusieurs travaux :

Paravent François Faureau.jpg
  • deux compositions décoratives sous forme de cartons de tapisseries, dont un remarquable paravent à trois feuilles
  • deux œuvres tissées : un panneau "Solitude verdure" tissé en 1923, un écran de cheminée "canards" tissé en 1925 présenté dans une étonnante et imposante monture en métal de Pierre Chareau[1].

Après trois années passées aux États-Unis dans une manufacture de tapisseries, il revient à Aubusson où il installe son propre atelier et sa propre teinturerie. Il répond à de nombreuses commandes, notamment pour l’exposition de 1935 à Bruxelles et pour celle de 1937 à Paris. En 1965, il reçoit le titre de Meilleur Ouvrier de France.

Notes et référencesModifier

  1. Ces différentes informations proviennent de l'ouvrage "Tapisseries 1925", ouvrage collectif sous la direction de Jehanne Lazaj et Bruno Ythier, éditions Privat, en particulier p. 104 à 109, 116 à 118, 126 et 129.

Lien externeModifier