Ouvrir le menu principal

François Forestier

journaliste et écrivain français
François Forestier
Nom de naissance Jacques Zandrowicz
Naissance (71 ans)
ParisDrapeau de la France France
Activité principale
Romancier, journaliste
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

  • Rue des Rats
  • 101 Nanars, une anthologie du cinéma affligeant (mais hilarant)

François Forestier, né Jacques Zandrowicz le [1] à Paris[2], est un journaliste au Nouvel Observateur. Il a collaboré à de nombreuses publications, dont L'Express, VSD, ELLE, Première, Studio magazine et Vogue.

BiographieModifier

Titulaire d'une licence ès lettres obtenue en 1969 à la faculté de Censier, François Forestier est rédacteur en chef du Film Français de 1969 à 1972. Il est par la suite critique de cinéma à L'Express de 1975 à 1993 puis au Nouvel Observateur[2]. Il intervient également sur France Culture dans diverses émissions consacrées au septième art[3].

En 1981, il publie son premier roman, La Manducation. Il est par la suite l'auteur de plusieurs romans, essai et textes divers et notamment de l'une des premières anthologie sur les nanars, des films qualifiés d'autant « hilarants » qu'« affligeants » et publié en 1997[4] puis de nouveau en 2016 dans une nouvelle version[5]. Cette anthologie est constituée d'une partie de ses articles[2].

François Forestier reconnait, sans difficulté, sa qualité de nègre littéraire, en revendiquant l'écriture d'une cinquantaine d'ouvrages signé par un autre auteur. Le journaliste a débuté cette fonction en novélisant une série de la télévision, suite à une demande de l'éditeur Michel Lafon. Interviewé par une journaliste du quotidien Ouest-France, au sujet de cette carrière particulière, François Forestier ajoute avec un certain humour avoir été « gangster, flic, vedette de cinéma, chanteuse, drogué, homosexuel et même navigateur solitaire. »[6],[7]

BibliographieModifier

 
François Forestier est l'auteur de deux ouvrages sur John F. Kennedy

Dans les médiasModifier

Il est également invité par Laurent Ruquier dans son émission On n'est pas couché, le 31 mai 2008 pour présenter son livre Marylin et JFK et évoquer de nombreuses anecdotes[8]. Il est également invité à l'émission des Grosses Têtes sur RTL par Philippe Bouvard, le 17 février 2011, durant laquelle le journaliste est présenté comme « critique, et nègre notoire dans l'édition »[9].

Sur l'antenne de la radio française Europe 1, il dénonce les « talibans du cinéma » et déclare que Louis de Funès est « un des comiques les moins drôles de l'histoire du cinéma »[10].

Notes et référencesModifier

  1. « François Forestier (auteur de Marilyn et JFK) - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le 13 mars 2018)
  2. a b et c Mesplède, Claude, 1939-2018, Dictionnaire des littératures policières, Joseph K, impr. 2007 (ISBN 9782910686444, 2910686442 et 9782910686451, OCLC 470985177, lire en ligne), p. 767
  3. « François Forestier : biographie, actualités et émissions », sur France Culture (consulté le 11 septembre 2019)
  4. Site livres-cinema.info, page sur le livre « 101 nanars », consulté le 11 septembre 2019
  5. Jean-Baptiste Morain, « Pourquoi les "nanars" de François Forestier ont bien mal vieilli », sur Les Inrocks, (consulté le 11 septembre 2019)
  6. François Simon, « J'ai écrit 50 bouquins sous le nom d'un autre », sur ouest-france.fr, (consulté le 11 septembre 2019)
  7. François Forestier, « Moi, nègre », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2019)
  8. Vidéo Youtube "François Forestier - On n’est pas couché 31 mai 2008", consulté le 11 septembre 2019
  9. Site de la maison d'édition de La loupe, page sur François Forestier, consulté le 11 septembre 2019
  10. Vidéo Youtube "François Forestier : Il y a des talibans de cinéma", consulté le 11 septembre 2019

Liens externesModifier