François Chaize

évêque français
François Chaize
Fonctions
Vicaire apostolique
Archidiocèse de Hanoï
à partir du
Évêque catholique
à partir du
Évêque titulaire
Alabanda (d)
à partir du
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
HanoïVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Consécrateurs
Membre de

François Chaize, né le à Mornant (Rhône) et mort le à Hanoï, est un missionnaire français qui fut vicaire apostolique d'Hanoï en Indochine française.

BiographieModifier

François Chaize naît de parents viticulteurs[1] dans une bourgade près de Lyon.

Il fait ses études secondaires au petit séminaire de Verrières.

Il est ordonné prêtre en juin 1905. Il part en août 1905 en mission pour Hanoï dans le Tonkin occidental. Il y apprend la langue, devient professeur de seconde en latin au petit séminaire, puis au grand séminaire en tant que professeur de philosophie. Il est ensuite professeur de dogme.

Il est spécialiste du droit canonique et maîtrise parfaitement la langue vietnamienne[2].

Il est choisi parmi treize candidats en 1924 pour devenir coadjuteur de Pierre-Marie Gendreau, vicaire apostolique du Tonkin occidental qui change de nom la même année, pour devenir vicariat apostolique d'Hanoï (aujourd'hui archidiocèse d'Hanoï) et le 22 novembre 1925, il succède à Louis Bigolet à ce poste.

Il est sacré évêque in partibus d'Alabanda en 1935, succédant à Gendreau.

Il ordonne le bienheureux Maurice Tornay le 24 avril 1938, venu le rejoindre des marches du Tibet au bout d'un mois de voyage.

Il connaît la fin de la période coloniale d'Indochine française.

L'arrivée du Vietminh, le 19 août 1945, après la reddition japonaise et l'indépendance proclamée le 2 septembre marque le début de la guerre.

Les religieux et religieuses européens sont expulsés. Le choléra et la famine de 1945 frappent Hanoï et les provinces du nord avant que les troupes françaises reprennent Hanoï.

Sa démission est refusée en 1946 par le Saint-Siège pour permettre au clergé catholique du vicariat et à son coadjuteur de se préparer à sa succession. C'est finalement un successeur vietnamien qui est choisi par Rome, pour lui succéder, Joseph-Marie Trinh-nhu-Khuê.

Il meurt d'une angine de poitrine à l'âge de soixante-sept ans, de retour de l'église des Martyrs.

Il est enterré à la cathédrale d'Hanoï, premier évêque à y être inhumé (Pierre-Marie Gendreau et ses deux prédécesseurs avaient été enterrés à la mission de Ké-So).

Notes et référencesModifier

  1. Garcia, op. cité, p. 59
  2. Garcia, op. cité, p. 60

BibliographieModifier

  • François Chaize, mep, Une mission dans la tourmente, in Revue des Deux Mondes, Paris, juillet 1943
  • Luc Garcia, Quand les missionnaires rencontraient les Vietnamiens, Paris, Karthala, 2008

Voir aussiModifier

Liens externesModifier