François Cevert

pilote automobile
François Cevert
Description de cette image, également commentée ci-après
François Cevert en 1973
Biographie
Nom complet Albert François Cevert Goldenberg
Surnom « Le petit prince »
Date de naissance
Lieu de naissance Paris 13e, France
Date de décès (à 29 ans)
Lieu de décès Watkins Glen, États-Unis
Nationalité Drapeau de la France France

Carrière
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Tyrrell
Statistiques
Nombre de courses 46 (F1)
Podiums 13 (F1)
Victoires 1 (F1)

François Cevert est un pilote automobile français né le à Paris (France) et mort le sur le circuit de Watkins Glen lors des essais qualificatifs du Grand Prix des États-Unis.

BiographieModifier

Les débutsModifier

Après son service militaire au 5e régiment de hussards, à Weingarten, en Allemagne en 1965, il devient lauréat du Volant Shell en 1966 devant Patrick Depailler. François Cevert devient champion de France de Formule 3 en 1968 sur une Tecno-Ford. Il court en Formule 2 en 1969 toujours chez Tecno (troisième du championnat d'Europe) et remporte le Grand Prix de Reims de Formule 2, devant Jackie Stewart ; Ken Tyrrell le remarque dès lors.

FamilleModifier

Sa sœur, Jacqueline Cevert, a épousé Jean-Pierre Beltoise[1],[2]. Ils ont eu deux enfants, Anthony Beltoise et Julien Beltoise, tous deux devenus aussi pilotes automobile.

Formule 1Modifier

Les deux côtés du casque de François Cevert.

En 1970, quand Johnny Servoz-Gavin abandonne la compétition, Tyrrell, qui fait alors courir des March Engineering en championnat du monde de Formule 1, choisit Cevert pour le remplacer dans son écurie, tant pour ses talents de pilote que pour plaire à son commanditaire français Elf Aquitaine.

Aux côtés de son coéquipier britannique Jackie Stewart qui joue le rôle de mentor pour le jeune Français, Cevert montre rapidement son talent. En 1971, première année où Tyrrell fait courir ses propres voitures, Cevert termine troisième du championnat du monde des pilotes et participe activement au titre de champion du monde des constructeurs de l'écurie. En fin d'année, il remporte, à Watkins Glen, son premier succès en Formule 1, mettant fin à une période de treize ans sans victoire française. Il est lauréat du Prix Roland Peugeot de l'Académie des sports du plus bel exploit automobile français de l'année en 1971. Jeune, beau, cultivé, très populaire, François Cevert est le symbole du renouveau du sport automobile français.

 
François Cevert au volant de sa Tyrrell 006 (no 6) derrière Carlos Pace (no 24), Jackie Stewart dans la Tyrrell 005 no 5 et Ronnie Peterson (no 2) au Grand Prix des Pays-Bas 1973.

La saison 1972 est mitigée, avec toutefois deux deuxièmes places. Cevert revient au plus haut niveau en 1973 où il termine six fois deuxième, dont trois fois derrière Stewart, jouant ainsi le rôle du coéquipier modèle puisque, de l'aveu du pilote britannique, Cevert aurait pu lui contester la victoire. La retraite de Stewart à l'issue de la saison 1973 étant un secret de polichinelle, beaucoup d'observateurs s'accordent à faire de Cevert le futur leader de Tyrrell et l'un des favoris de la saison 1974. Le 6 mai 1973, il remporte le 33e Grand Prix de Pau en Formule 2.

Lors des essais qualificatifs de la dernière manche de la saison de Formule 1, le Grand Prix des États-Unis sur le circuit de Watkins Glen, où il a gagné deux ans auparavant, il se tue lors d'une sortie de route dans le virage du « S du Club House » le samedi peu avant midi, à l'âge de 29 ans. L'équipe Tyrrell se retire de la course et Jackie Stewart ne courra jamais son centième Grand Prix.

Champion des champions de L'Équipe en 1973, à titre posthume, François Cevert est enterré dans le village de Vaudelnay en Maine-et-Loire.

EnduranceModifier

 
François Cevert au Nürburgring en 1973, au volant de la Matra 670 qu'il partageait avec son beau-frère, Jean-Pierre Beltoise.

En parallèle à sa carrière en Formule 1, François a aussi couru en Sport-prototypes, sur Matra ; deuxième des 24 Heures du Mans 1972, il a longtemps détenu le record du tour sur le circuit du Mans.

En 1973, il participe à l'ensemble de la saison du championnat du monde des voitures de sport au cours de laquelle il réalise six pole positions et mène quasiment toutes les courses avant d'abandonner sur casse mécanique. Il remporte cependant les 6 Heures de Vallelunga le . Il a couru également dans le championnat américain CanAm, remportant également une course.

HommagesModifier

RésultatsModifier

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Saison Ecurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Meilleurs tours Podiums Victoires Points inscrits Classement
1970 Tyrrell Racing Organisation March 701 Ford-Cosworth V8 Dunlop 9 0 0 0 1 22e
1971 Elf Team Tyrrell Tyrrell 002 Ford-Cosworth V8 Goodyear 11 1 4 1 26 3e
1972 Elf Team Tyrrell Tyrrell 002
Tyrrell 006
Ford-Cosworth V8 Goodyear 12 0 2 0 15 6e
1973 Elf Team Tyrrell Tyrrell 006
Tyrrell 005
Ford-Cosworth V8 Goodyear 14 1 7 0 47 4e
Total 46 2 13 1 89

Victoire en championnat du monde de Formule 1[5]Modifier

# Année Manche Date Grand Prix Circuit Position de départ Écurie Voiture Résumé
1 1971 11/11 États-Unis Watkins Glen International 5e Elf Team Tyrrell Tyrrell 002 Résumé

Résultats aux 24 Heures du Mans[6]Modifier

Année Équipe Voiture Équipier Résultat
1970   Équipe Matra Simca Matra Simca MS650   Jack Brabham Abandon
1972   Équipe Matra Simca Shell Matra Simca MS670   Howden Ganley 2e
1973   Équipe Matra Simca Shell Matra Simca MS670B   Jean-Pierre Beltoise Abandon

Résultats aux 12 Heures de SebringModifier

Année Équipe Voiture Équipier Résultat
1970   Équipe Matra-Elf Matra Simca MS650   Dan Gurney 12e

PalmarèsModifier

 
François Cevert lors de la Rothmans World Championship Victory Race en 1971.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :