Ouvrir le menu principal

François Boux de Casson

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Casson.
François Boux de Casson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Conseiller général de la Vendée
-
Député de la Vendée
-
Adjoint au maire
Challans
Biographie
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Membre de

François, Olivier, Marie Boux de Casson est un homme politique né le à Vannes, dans le Morbihan, et décédé le à Paris.

Sommaire

BiographieModifier

François Boux de Casson est le fils d'Olivier Boux de Casson, maire de Challans, et d'Anne Marie Ernestine Le Mintier de Léhélec. Après avoir terminé ses études, il s'installe au château de la Vérie, à Challans, pour exploiter le domaine familial.

Il adhère aux Croix-de-Feu, du colonel de La Rocque.

En 1935, il devient adjoint au maire de Challans. Il est ensuite élu député de la Vendée sous l'étiquette conservatrice de la Fédération républicaine, le 3 mai 1936, à l'âge de 28 ans[1], dans la deuxième circonscription des Sables-d'Olonne, contre le député sortant Charles Gallet, Démocrate populaire[1]. Il est alors proche du Parti social français du colonel de La Rocque[1]. Il ajoute à ces mandats une élection comme conseiller d'arrondissement en 1938.

Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain [1] et la même année, sous l'occupation allemande, il est nommé délégué départemental à l'Information par le gouvernement de Vichy[1].

Il ne retrouve pas de mandat de parlementaire après la Libération en dépit de trois tentatives en 1951 (battu au premier tour sous l'étiquette Défense des libertés)[1], en 1956 (comme candidat poujadiste[1]) et en 1958[1] mais demeure fortement impliqué dans la vie locale et regagne un siège de conseiller général en 1955[1], battant à l'occasion le candidat sortant, Armand de Baudry d'Asson, issu du Centre national des indépendants et paysans. Il retrouve également le conseil municipal de Challans en 1959[1]. Il participa à l'Union des intellectuels indépendants présidé par Jacques Isorni[1].

Il a par ailleurs fondé la Foire-exposition de Challans dont il a été longtemps le président. Il est président également de la Société des Courses.

Il fut inculpé en février 1973 dans le vol du cercueil de Philippe Pétain, le commando ayant enlevé le cercueil à l'île d'Yeu ayant fait une étape dans son château de la Vérie où il ne se trouvait alors pas. Il niera avoir été informé de cette opération alors que le chef du commando Hubert Massol indiquera qu'il avait son accord[2]..

Armoiries de la famille Boux de CassonModifier

d'or au sautoir de gueules accompagné de 4 merlettes de sable.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j et k « M. BOUX DE CASSON », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 8 février 2017)
  2. Documentaire On a volé le maréchal (réalisateur : Cédric Condom, auteur : Jean-Yves Le Naour), 2012, 52 min.

Voir aussiModifier

SourcesModifier

  • « François Boux de Casson », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, Paris,2007 - p.50.
  • Edition du journal Ouest-France des 6 et 7 septembre 1969 consacrée à l'inauguration de la XVIe foire-exposition de Challans.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier