François-Joseph Navez

peintre belge néoclassique

François-Joseph Navez né le à Charleroi (Belgique) et mort le à Bruxelles est un peintre néoclassique belge.

François-Joseph Navez
Image dans Infobox.
François-Joseph Navez, Autoportrait,
Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Belge
Pays-Bas autrichiens (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Formation
Maîtres
Lieux de travail

BiographieModifier

Élève à l'Académie de Bruxelles du peintre Pierre-Joseph Célestin François à partir de 1803, François-Joseph Navez remporte le premier prix de peinture d'histoire en 1812, ce qui lui permet de se rendre à Paris, de 1813 à 1816, dans l'atelier de Jacques-Louis David. Il passe ensuite quatre années en Italie entre 1817 et 1821. Avec ses camarades Victor Schnetz et Léopold Robert, il peint des scènes de genre à l'italienne.

Il excelle dans l'art du portrait, où il acquiert sa renommée. Il peint aussi de nombreuses scènes mythologiques et historiques. Son atelier à Bruxelles attire de nombreux élèves. Un de ceux-ci, Jean-François Portaels, épousera sa fille en 1852.

Il fonde en 1810, avec d'autres peintres classiques de renom comme Antoine Brice, Antoine Cardon ou Charles Verhulst, la Société des amateurs d'arts.

Directeur de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles de 1835 à 1862, il forme de nombreux artistes, dont l'orientaliste Jean-François Portaels (son gendre) ainsi qu'Alfred Stevens.

Il est membre fondateur de la Commission royale des Monuments créée en 1835.

Une rue porte son nom à Schaerbeek et à Charleroi.

Il compte Alfred Cluysenaar, Fanny Corr et Auguste Danse parmi ses élèves.

François-Joseph Navez est inhumé au cimetière de Laeken[1].

ŒuvresModifier

 
Théodore Jonet et ses deux filles (1832), localisation inconnue.
 
Les Fileuses (1845), Munich, Neue Pinakothek.

Notes et référencesModifier

  1. Derniers Domiciles Connus.
  2. www.latribunedelart.com du 6 juillet 2019, Grenoble achète un tableau de Navez.
  3. Musée de Gand, Nymphe.
  4. Bulletin Trimestriel de l'Institut Archéologique du Luxembourg, 2017 N° 1/2, Arlon, p 85.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Louis Alvin, Fr. J. Navez, Sa vie, ses œuvres et sa correspondance, Bruxelles, Bruylant-Christophe et Cie, 1870.
  • Abbé Brinck, L'Intermédiaire des Généalogistes, 1969, n° 385.
  • Alain Jacobs, “ François-Marius Granet et le peintre belge François-Joseph Navez. Correspondance de 1822 à 1849 conservée à la Bibliothèque royale Albert Ier à Bruxelles ”, dans Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, année 1996, Paris 1997, p. 113-141.
  • Alain Jacobs, “ Les tableaux du peintre F.-J. Navez au Musée du Louvre ”, dans Revue du Louvre, 4, , p. 46-58.
  • Denis Coekelberghs, Alain Jacobs et Pierre Loze, Catalogue de l'exposition, François-Joseph Navez, la nostalgie de l'Italie, Musée des Beaux-Arts de Charleroi, Musée de La Chaux-de-Fonds, Musée de Coutances, 2000.
  • Alain Jacobs, “ La Scène de brigands de François-Joseph Navez ”, dans cat. Autour de la vieille Italienne de Géricault (sous la direction d’A. Haudiquet et A. Esnault), Flers, Musée du Château (- ) & La Havre, Musée des Beaux-Arts (juin – nov. 2002- ?), p. 32-37.
  • Denis Coekelberghs et Éric Bertin, « Lettres d'Alexandre Bénard, architecte, peintre et amateur d'art, à François-Joseph Navez (1822-1829), Quelques apports nouveaux sur Ingres et son temps », dans Les cahiers d'Histoire de l'Art, pages 95–117, n° 4, 2006, I. S. S. N. 1763-0894,
  • Alain Jacobs, "Lettres d’amis sculpteurs français adressées à Navez", dans Cahiers de l’IRHiS, n° 2, Université Charles de Gaulle – Lille 3, 2007.
  • Alain Jacobs, « La gravure d’interprétation et de la photographie dans l’univers artistique du peintre Joseph-François Navez et de ses correspondants. Témoignages », dans Monte Artium. Journal of the Royal Library of Belgium, 1, 2008, p. 73-99.
  • France Trinque, « Un émouvant tableau ex-voto de Navez pour sa fille malade », Revue M du musée des beaux-arts de Montréal,‎ , p. 17 (ISSN 1715-4820)

Liens externesModifier