François-Ignace Derendinger

François-Ignace Derendinger
Naissance
Achern, Autriche antérieure (Pays de Bade, Saint-Empire)
Décès
Haguenau, département du Bas-Rhin (France)
Nationalité Margraviat de Bade, Électorat de Bade, Grand-duché de Bade, France
Pays de résidence France
Profession
Restaurateur, brasseur
Activité principale
Restauration, Brasserie
Autres activités
Introducteur du houblon en Alsace
Ascendants
Francois-Joseph Derendinger, aubergiste, et Marie-Madeleine Ernstin
Famille
Derendinger devenu de Rendinger

François-Ignace Derendinger, né en 1775 à Achern dans l'Autriche antérieure (pays de Bade, Saint-Empire) et mort le à Haguenau, est un restaurateur, cultivateur et brasseur à Haguenau qui fut en 1805 l'introducteur de la culture du houblon dans le département du Bas-Rhin[1].

BiographieModifier

Origines familialesModifier

Fils de Francois-Joseph Derendinger, aubergiste à Achern, et de Marie-Madeleine Ernstin, il est issu d'une famille alsacienne fixée au XVIIIe siècle dans le Margraviat de Bade où ses parents étaient hôteliers[2].

Restaurateur et brasseur à HaguenauModifier

En 1802, il s'installa à Haguenau où il épousa le Marie-Elisabeth Pfohl[2], une veuve de brasseur[3] et devint restaurateur[4] [5] à l'enseigne « Au lion d’or »[6].

Introducteur de la culture du houblon dans le département du Bas-RhinModifier

En 1805, il y eut pénurie de houblon. On ne pouvait s'en procurer que par importation et les 50 kilogrammes se payaient alors 600 francs[7], François-Ignace Derendinger rompit avec la tradition d'importer du houblon nécessaire au brassage de la bière qu'il débitait à sa clientèle[4] et alla chercher en Bohême 800 pousses de houblon pour acclimater la plante en Alsace[3].

François-Ignace Derendinger fut suivi par d'autres brasseurs d'Haguenau qui plantèrent à leur tour du houblon. Dans les premiers temps les brasseurs de Strasbourg dédaignèrent leur production parce qu'ils étaient habitués au houblon étranger et qu'il n'étaient pas encore au fait de cette culture à laquelle beaucoup d'entre eux finirent par renoncer. Mais à partir de 1820 le renom du houblon alsacien devint grandissant[8].

François-Ignace Derendinger fut naturalisé français le (la publication de l'ordonnance au Bulletin des lois lui donne le nom « de Rendinger », bien qu'il continua ainsi que ses enfants à porter le nom « Derendinger »[2],[9]).

Après sa naturalisation, il céda sa brasserie à son fils, pour se livrer entièrement à la culture du houblon[7].

Le , le conseil municipal de la ville de Haguenau, en témoignage de sa reconnaissance, consigna dans une délibération spéciale, qu'elle déclarait François-Ignace Derendinger introducteur de la culture du houblon dans l'arrondissement de Haguenau[7].

DescendanceModifier

Il eut pour fils François-Ignace Derendinger, né le à Haguenau et décédé le en cette même ville, marchand de vin à Haguenau, marié le à Gunstett avec Marie-Antoinette Kuhn[2].

Parmi ses petits-fils nous pouvons citer François Ignace Derendinger (1837-1904), général de division, marié à Marie Hoërter (1853-1929). Ils ont un fils Jean-Robert Derendinger, également appelé de Rendinger, qui épouse à Versailles le Simonne Henriette Lucie Bellot de Busy (née à Versailles le , morte à Paris le ). Jean-Robert de Rendinger (né à Paris le , mort à Paris le ) est général de division, comme son père, grand-officier de la Légion d'honneur[10], de la couronne de Roumanie, de Léopold de Belgique, de l'Étoile Noire, du Cambodge, Commandeur de l'Aigle Blanc, du Ouissam alaouite.[réf. nécessaire].

Il est l'aïeul d'Antonia de Rendinger, comédienne et humoriste française.

Notes et référencesModifier

  1. Édouard Sitzmann, Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l'Alsace : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Tome 1, page 365.]
  2. a b c et d Pierre-Marie Dioudonnat, Le simili-nobiliaire francais, Sedopols, 2002 : Cette famille alsacienne était fixée au XVIIIe siecle en pays de Bade. Ses representants écrivaient alors leur nom Derendinger et exercaient la profession d'hôtelier. Fils de Francois Joseph et de Marie Madeleine Ernstin, mariés en 1769, Francois Ignace naquit en octobre 1775 à Achern. Il s'installa a Haguenau, dans le département du Bas-Rhin, comme brasseur et introduisit la culture du houblon en Alsace ; autorisé en 1804 a établir son domicile en France, il obtient le 15 juillet 1820 des lettres de déclaration de naturalité, document où il figure sous le nom de de Rendinger. L'orthographe Derendinger se maintient cependant chez ses descendants, parmi lesquels plusieurs généraux et officiers supérieurs. C'est au cours de la seconde moitié du XXe siecle que des décisions judiciaires avalisent la forme de Rendinger : jugement du tribunal de Versailles de 1965 ; decision du procureur de la République pres le tribunal de grande instance de Paris qui, le 28 avril 1975, rectifie l'acte de décès du géneral Francois Ignace Derendinger (Paris, 7 novembre 1904) et le défunt à s'appeler "de Rendinger" et non pas "Derendinger".
  3. a et b Agnès Acker, Encyclopédie de l'Alsace, Editions Publitotal, 1984, Volume 6, page 3679.
  4. a et b Bulletin historique et littéraire de la société de l’histoire du protestantisme français, Volumes 122 à 123, 1975, page 593.
  5. L'administration temporelle des paroisses Saint-Georges et de Saint-Nicolas de Haguenau: (1810-1870), Société savante d'Alsace et des régions de l'Est, 1981, page 239.
  6. Charles Monselet, Les souliers de Sterne récits et tableaux de voyage, 1874, page 210.
  7. a b et c Mémoires d'agriculture, partie 1, Académie d'agriculture de France, 1846, page 83 à 85.
  8. Adolphe Le Reboullet, Eugène Seinguerlet, Charles Mehl, Revue alsacienne, volume 4, Nancy, Berger-Levrault et cie, 1890, page 540.
  9. Bulletin des lois de la République française, 1821, page 157
  10. https://www.saint-cyr.org/medias/editor/files/1900-1902-85e-promotion-du-tchad.pdf

BibliographieModifier

Liens externesModifier