Fraction (groupe)

groupe de rock identitaire français

Fraction, créé en 1994 en région niçoise, est un groupe de rock identitaire français (RIF), partisan de l'idéologie nationaliste-révolutionnaire.

Fraction
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical RIF, punk hardcore, thrash metal, heavy metal, oi!
Logotype de Fraction, qui reprend celui du Front noir.
Logo de Fraction.

Historique

modifier

Dès son début en 1994, Fraction Hexagone s'est voulu un groupe politique décidé à utiliser le support musical pour diffuser une idéologie nationaliste-révolutionnaire[1],[2]. Fraction, que certains ont considéré comme sa continuation, est considéré comme un des groupes phares de la scène musicale identitaire. Son style de musique évolue globalement entre oi! et hardcore[3] mais le groupe s'est approprié divers styles musicaux tels que la oi!, le hardcore, le thrash metal et le metal en général[4].

Le groupe chante par exemple contre « le sionisme international » et « le métissage institutionnel »[5]. L'emblème du groupe est l'union d'un marteau et d'un glaive, logotype du Front noir[2].

En 1998, les membres du groupe sont mis en examen pour « Complicité de provocations non suivies d'effets à des atteintes volontaires à la vie et à l'intégrité de la personne » pour avoir composé et interprété la chanson Une balle. Convoqués chez le juge Jean-Paul Valat, premier juge d'instruction au tribunal de grande instance de Paris, leur avocat, Éric Delcroix, fait arrêter la procédure à la suite d'un vice de procédure[6],[7].

En mai 2000, Fraction est lancé avec la sortie de l'album intitulé Le son d'histoire. Cette nouvelle production est beaucoup plus orientée metal que les albums précédents. Les titres font ressortir des influences très diverses puisqu'on peut y déceler des influences allant du hardcore, au viking metal, en passant par le punk et le death metal.[réf. nécessaire]

Le groupe n'a alors plus beaucoup de liens humains ou musicaux avec la précédente formation : seul le bassiste Fabrice fait le lien. Arrivent un nouveau chanteur, Philippe (qui prend aussi une part importante dans l'écriture des textes), et de nouveaux guitaristes, Brice et Alex.

Fraction est dissous provisoirement en juin 2004 ; deux ans après, ses membres décident de reformer le groupe et produisent l'album Europa qui sort en juillet 2006.

Deux de ses membres, Philippe Vardon et Fabrice Robert, ont été membres du MNR et sont fondateurs du Bloc identitaire. Philippe Vardon a également été candidat aux élections municipales et législatives de Nice sous l'étiquette « Nissa Rebela », soutenu par le MNR.[réf. nécessaire]

En 2021, le groupe se reforme pour sortir l'album Réveille-toi ! et se dote à cette occasion d'un nouveau chanteur en remplacement de Philippe Vardon, Pascal de los Rios, un ancien skinhead devenu propriétaire d'un salon de coiffure sur la Côte d'Azur. Le groupe fait notamment un morceau contre les mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19[2].

En 2023, le groupe est la tête d'affiche d'un concert effectué dans le cadre du rassemblement annuel en commémoration de Sébastien Deyzieu. Le flyer de l'événement fait référence à la devise de la SS « Mon honneur s'appelle fidélité ». Le nouveau chanteur du groupe, Pascal de los Rios, effectue un salut de Kühnen lors du concert[7].

Membres

modifier

Anciens membres

modifier
  • Pascal « Skual » (chant)
  • Greg (guitare)
  • Stéphane (guitare)
  • Ghislain (guitare)
  • Benjamin (guitare)
  • Brice (guitare)
  • Chris (guitare)
  • Thierry (batterie)
  • Nicolas (batterie)
  • Christophe (batterie)

Discographie

modifier

Split album

modifier

Notes et références

modifier
  1. Devenir, no 21, été 2002, « Fraction passe à l'interrogatoire », p. 30
  2. a b et c Donatien Huet, « Le défilé néonazi de Paris s’est achevé par un concert de « rock aryen » dans une salle Simone-Veil »  , sur Mediapart, (consulté le )
  3. Rock Haine Roll. Origines, histoires et acteurs du Rock Identitaire Français, une tentative de contre-culture d'extrême droite, mai 2004, Collectif, Éditions No Pasaran, p. 39
  4. Jeune Résistance, no 25, hiver 2001, « Interview : Fraction », p. 28
  5. Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Marine Le Pen démasquée, Grasset, Le Livre de Poche, 2011, p. 288.
  6. Devenir, no 21, été 2002, « Fraction passe à l'interrogatoire », p. 31
  7. a et b Nicolas Dumas et Fanny Rocher, « Un concert de groupes néonazis organisé dans une salle Simone-Veil à l'issue de la manifestation d'ultradroite à Paris »  , sur BFMTV, (consulté le )

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • Thierry Bouzard, Le Rock identitaire français, Paris, Éditions Diffusia, coll. « Les ABC de la musique », 2018, 78 p. (ISBN 978-2-9156-5613-8).

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :