Frýdlant

commune tchèque

Frýdlant
Fridland-en-Bohême
Frýdlant
Le château de Frýdlant.
Blason de Frýdlant
Administration
Pays Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Région Flag of Liberec Region.svg Liberec
District Liberec
Région historique Bohême
Maire Dan Ramzer
Code postal 464 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Population 7 476 hab. (2020)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 55′ 16″ nord, 15° 04′ 43″ est
Altitude 295 m
Superficie 3 162 ha = 31,62 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte administrative de Tchéquie
City locator 14.svg
Frýdlant
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte topographique de Tchéquie
City locator 14.svg
Frýdlant
Liens
Site web www.frydlantvc.cz

Frýdlant (en allemand : Friedland), parfois appelée Frýdlant v Čechách (Fridland-en-Bohême), est une ville du district et de la région de Liberec, en Tchéquie. Sa population s'élevait à 7 476 habitants en 2020[1].

GéographieModifier

 
Vue sur Frýdlant et les monts de la Jizera en hiver.

Frýdlant est située dans le nord de la région historique de Bohême, au pied des monts de la Jizera, dans ce qui était autrefois la région des Sudètes. Elle se trouve sur les rives de la rivière Wittig (Směda), à 18 km au nord de Liberec et à 105 km au nord-est de Prague[2].

La commune est limitée par Višňová et Bulovka au nord, par Krásný Les et Raspenava à l'est, par Oldřichov v Hájích, Mníšek et Nová Ves au sud, et par Chrastava, Heřmanice, Dětřichov et Kunratice à l'ouest[3].

HistoireModifier

La région de Fridland avait été peuplée depuis le VIe siècle. Au début du XIIe siècle, elle constitue la partie la plus sud du pays de Bautzen (Budissin), la future Haute-Lusace, et était la possession des margraves de Misnie (Meissen) résidant à Zawidów (Seidenberg). Après le décès du margrave Conrad Ier en 1157 la seigneurie a été attribuée aux souverains de ducs de Bohême. À partir de 1188, les évêques de Meissen ont acquis les domaines. La ville et son château furent mentionnés pour la première fois en 1278, lorsqu'ils passent aux seigneurs de Bieberstein.

 
L'église paroissiale.

À partir de 1526, le royaume de Bohême et donc Fridland font partie de la monarchie de Habsbourg. De 1558 à 1620, la seigneurie est administrée par les Redern, notamment par le maréchal impérial Melchior von Redern (1555-1600). Sa famille de la noblesse convertie au protestantisme est dépossédée de ses biens au cours de la Contre-Réforme après la bataille de la Montagne-Blanche. Le château de Fridland avait servi de refuge à Joachim Andreas von Schlick, l'un des chefs de files des États protestants de Bohême, jusqu'à son arrestation le . L'empereur Ferdinand II de Habsbourg donne les domaines à son général Albrecht von Wallenstein, titré prince (en 1625) puis duc (en 1627) de Fridland. La souveraineté (alors toute nominale) du franc fief (friedland) est révoquée à cette époque. Après l'assassinat de Wallenstein en 1634, la possession revendit à son adversaire Matthias Gallas et ses descendants.

Au XIXe siècle, la Bohême faisait partie de l'empire d'Autriche, puis de la monarchie austro-hongroise. À noter que ce n'est pas dans cette ville mais à Friedland en Prusse-Orientale que se déroula la célèbre Napoléonienne bataille de Friedland du .En 1875, la ligne de chemin de fer Liberec (Reichenberg) - Fridland - Zawidów (Seidenberg) est mise en service.

Après la Première Guerre mondiale, la ville appartient à la nouvelle République tchécoslovaque. Elle est nommée officiellement d'après son nom tchèque. Proche de l'État de Saxe allemand, elle était essentiellement peuplée d'habitants germanophones (9 % des 6 314 habitants en 1930). A la suit des accords de Munich, la région fut annexée par l'Allemagne nazie comme le Reichsgau Sudetenland. Après la capitulation du Troisième Reich, les décrets Beneš de 1945 conduisirent à l'expulsion des Allemands.

AdministrationModifier

La commune se compose de trois quartiers :

  • Albrechtice u Frýdlantu (en allemand : Olbersdorf)
  • Frýdlant (en allemand : Friedland)
  • Větrov (en allemand : Ringenhain)

JumelagesModifier

 
La mairie de Frýdlant.

Frýdlant fait partie d'un réseau de huit communes du même nom allemand, avec :

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier