Frédérique Lenger

mathématicienne belge
Frédérique Lenger
Naissance
Arlon (Belgique)
Décès (à 83 ans)
Molenbeek-Saint-Jean (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Domaines Mathématiques
Renommé pour Pédagogie dite mathématiques modernes

Frédérique Lenger est une mathématicienne et pédagogue belge. Elle et son mari Georges Papy (1920-2011) sont considérés ensemble comme les parents du renouveau pédagogique des mathématiques modernes à partir du milieu des années 1950.

BiographieModifier

En 1954, elle publie ses Réflexions sur l'enseignement des mathématiques aux enfants dits « peu doués »[1].

En 1958, avec Willy Servais, préfet de l’Athénée Royal de Morlanwelz, elle entreprend la rédaction du premier programme expérimental de « mathématiques modernes » destiné aux Écoles normales gardiennes (après consultation de Georges Papy, professeur à l'Université libre de Bruxelles (ULB), qui deviendra plus tard son mari).

Le 1er octobre 1960, Frédérique Lenger épouse Georges Papy.

De 1963 à 1966, elle publie avec son mari Georges, un programme pédagogique en six volumes pour les mathématiques de l'enseignement secondaire : Mathématique moderne. Ils y proposaient d'unifier les grands thèmes du programme en s'appuyant sur la théorie des ensembles, le concept d'application et les structures algébriques.

De 1967 à 1968, elle mène avec d'autres des expériences pédagogiques auprès d'enfants de 6 ans.

Le 8 décembre 1968, elle soutient sa thèse de doctorat « Sur le premier enseignement de la mathématique et une méthodologie de la formation continue des enseignants » à la Faculté des Sciences de l’Université Libre de Bruxelles.

En juillet 1971, elle contribue à la création du Groupe international de recherche en pédagogie de la mathématique (GIRP), à Luxembourg. Elle en prend la présidence, et sera réélue d'année en année jusqu'à sa démission en 1981.

DiversModifier

En mai 2012, la ville d'Arlon baptise une nouvelle voie « rue Frédérique Lenger[2],[3] ».

ÉcritsModifier

NotesModifier

  1. Frédérique Lenger, Réflexions sur l'enseignement des mathématiques aux enfants dits « peu doués », Mathematica & Paedagogia, N. 5, 1954 -1955, pp. 20 - 23.
  2. La journée du souvenir sur l'avenir.net
  3. Mère de la mathématique moderne sur l'avenir.net

SourcesModifier