Frédérick Lemaître

acteur français

Antoine Louis Prosper Lemaître, dit Frédérick Lemaître, né au Havre le [1] et mort à Paris le , est un acteur français.

Frédérick Lemaître
Frédérick Lemaître by Carjat.png
Portrait photographique par Étienne Carjat.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Antoine Louis Prosper Le MaîtreVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Talma des boulevardsVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Frédérick LemaîtreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Œuvres principales
Tombe de Frederick Lemaitre (division 28).JPG
Tombe de Lemaître au cimetière Montmartre.

Il compte au nombre des plus célèbres acteurs du boulevard du crime[2].

BiographieModifier

Lemaître a passé son enfance au Havre où son père était architecte et et chargé des fonctions de professeur à l’école gratuite de dessin[3]. Celui-ci remarquant le gout décidé de son fils pour la déclamation, l’a fait concourir, vers 1819, au Conservatoire de Paris[n 1].

À la mort de son père, il monte à Paris où il vit de petits travaux. Attiré par le théâtre, il s’inscrit au Conservatoire de musique et de déclamation. Après ses études, il se choisit le prénom de scène de « Frédérick ».

Refusé dans un premier temps à l’Odéon[n 2], il signe un engagement aux Variétés-Amusantes pour une pièce à trois acteurs, Pyrame et Thisbé. Il y jouait le rôle du lion, avec son costume fauve et sa longue crinière. Après ces débuts à quatre pattes, il a été engagé par Bertrand aux Funambules, dont il est devenu le meilleur sujet. On lui confie des rôles importants dans le Soldat laboureur et dans Catherine de Stenberg[4].

Des Funambules il est passé au Cirque, avant de réussir enfin à entrer à l’Odéon, au commencement de 1823. Se sentant guindé dans les rôles tragiques que lui offrait cette annexe de la Comédie-Française, il est passé, au bout de cinq mois, à l’Ambigu, qui marque son entrée dans la carrière d’acteur de mélodrames sur le boulevard du crime. Ayant débuté, le , dans l’Auberge des Adrets, la pièce, mal reçue a été sifflée à outrance, jusqu’à ce que, le lendemain, transforme le personnage de Robert Macaire, en s’inspirant d’un personnage grotesque, à la mine dépenaillée, aperçu, la veille, sur le boulevard. Son collègue Serres ayant effectué la même métamorphose analogue pour le rôle de Bertrand, la pièce a obtenu un succès à tout rompre[n 3]. De ce jour, ses appointements ont été élevés à un chiffre considérable[n 4].

 
Illustration de Daumier pour Robert Macaire, agent d’affaires.

Lorsqu’on lui a proposé de quitter l’Ambigu pour la Porte-Saint-Martin, il y a créé Georges de Germany, dans Trente Ans ou la Vie d’un joueur[4]:21. Après cette pièce, il a joué l’Écrivain public, Edgard de la Fiancée de Lamermoor. Il a ensuite pu donner libre cours à son génie dans le drame de Faust[4]:25[n 5]. Retourné à l’Ambigu, il a interprété les Comédiens, puis Peblo, avec Marie Dorval[4]:29. Retourné à l’Odéon, avec un riche engagement, il y a interprété le Maréchal d’Ancre, les Vêpres siciliennes, Othello, le Moine, la Mère et la Fille et le Napoléon Bonaparte d’Alexandre Dumas, avant de reprendre, vers la fin de 1835, l’Auberge des Adrets aux Théâtre des Folies-Dramatiques[4]:29.

Victor Hugo le distribue également dans des rôles de jeunes premiers sensibles, Ruy Blas ou le jeune Gennaro dans Lucrèce Borgia, à la Porte Saint-Martin[4]:44. Il a aussi créé le rôle de Kean d’Alexandre Dumas, aux Variétés[4]:55, et fait découvrir au public français Hamlet de William Shakespeare. Entré à la Comédie-Française, il a débuté, rue Richelieu, dans Frédégonde et Brunehaut, suivi d’Othello, mais l’homme, avec ses gouts de cabotinage, son manque de tenue, ses habitudes bachiques, était trop dépaysé dans la maison de Molière, qui a dû le rendre au boulevard[4]:75.

À la Porte Saint-Martin, il a joué dans la reprise de Ruy-Blas. Dans la Tour de Nesle, il a donné un cachet tout nouveau au rôle de Buridan, créé par Bocage. Le Barbier du roi d’Aragon, la Dame de Saint-Tropez et Don César de Bazan ont eu un grand succès, principalement les deux derniers drames. Il a étudié avec beaucoup de soin le rôle de Robert Macaire honnête créé par Félix Pyat, dans le Chiffonnier de Paris[n 6]. Avec le drame de Félix Pyat et celui des Mystères de Paris, qui l’a suivi, il a connu de grands succès dans Mademoiselle de la Vallière, dans Michel Brémond et Fabien dans le Docteur Noir d’Anicet-Bourgeois et Dumanoir ()[4]:78.

Pendant ses congés, il s’est rendu plusieurs fois à Londres, où il a donné la Mère et la Fille, la Dame de Saint-Tropez, Don César de Bazan, les Mystères de Paris et Robert Macaire[n 7]. Après 1848, Tragaldabas d’Auguste Vacquerie a connu une chute dont elle ne s’est pas relevée. Il a également joué dans Vautrin[n 8]Albert, les Aventuriers, Cartouche, Cagliostro, la Bonne Aventure, le Corregidor, le Chasseur noir, Lisbeth, Mirabeau, Nathalie, la Nuit des noces, les Remords, Robespierre, le Roi des drôles, Sept heures, Scipion, Taconnet, etc[4]:94, Caporal Simon dans Le Caporal et la Payse ou Le Vieux Caporal de Dumanoir et Adolphe d'Ennery, théâtre de la Porte-Saint-Martin (), André Gérard, dans la pièce homonyme, Odéon ()[5].

Usé par la fatigue, par l’âge et par les excès, il a joué jusqu’en 1875, jusqu’à ce qu’un cancer de la gorge le force à quitter les planches. Il n’avait plus d’organe mais son attitude était si expressive, ses gestes si vrais, son regard si parlant, que les spectateurs pouvaient saisir et comprendre tout ce que sa voix n’exprimait plus. Dans sa dernière création, le Vieux Caporal, tous les journalistes ont assuré qu’il ne s’était jamais élevé plus haut, et, dès le second acte, il en avait été réduit, pour ainsi dire, à la mimique pure et simple[4]:94.

Marié, le avec l’actrice Sophie Halligner[6], dont il a eu quatre enfants, dont Charles Lemaître, comédien lui aussi, mort en se défenestrant dans un accès de démence due à une forte fièvre[n 9],[n 10]. Durant treize ans, il a été l’amant d’Atala Beauchêne et Clarisse Midroy[7]. Il a été enterré au cimetière de Montmartre[8].

RéceptionModifier

Hugo, qui voit en celui dont le succès durable qu’il a connu au Boulevard, qui lui a valu le surnom de « Talma des boulevards », un acteur de génie. Il a dit de lui : « Les autres acteurs, ses prédécesseurs, ont représenté […] les héros, les dieux ; lui, grâce à l’époque où il est né, il a été le peuple. […] Étant le peuple, il a été le drame, […] il a été la tragédie et il a été aussi la comédie. […] Frédérick Lemaître avait ce double don ; c’est pourquoi il a été […] le comédien suprême[9]

Alexandre Dumas reconnaît dans le comédien des débuts « plein de défauts, mais aussi plein de qualités. » Il ajoute que « le génie de la violence, de la force, de la colère, de l’ironie, du fantasque, de la bouffonnerie était en lui », mais que le jeune Talma lui était supérieur[10].

Un jour, il s’oublia jusqu’à s’exclamer au public : « Allez, vous êtes des mufles. » Celui-ci réclamant des excuses, il est resté boudeur à sa place, nullement enclin à céder, puis a essayé de reprendre son rôle, tandis qu’on entendait de tous côtés le public réclamant, avec toujours plus de véhémence qu’auparavant « Des excuses ; des excuses ! » Comme la pièce ne pouvait pas continuer, il a fini par s’exécuter de très mauvaise grâce en disant sur un ton contrit, mais avec des pauses qui en altéraient la signification : « J’ai dit que vous étiez des mufles… c’est vrai. Je vous fais des excuses… je le regrette. Je ne le referai plus… j’ai tort[11]. »

PostéritéModifier

 
Statue sur le canal Saint-Martin.

Proust le célèbre dans le Côté de Guermantes : « Elle avait pour faire parler ainsi un objet inanimé, l’art à la fois génial et patient d’Irving et de Frédérick Lemaître[12]. »

Expliquant une particularité de la célèbre pièce de Jean Genet, Les Bonnes, Sartre se souvient de Frédérick Lemaître et rend hommage à son talent en ces termes : « Ce qu’il faut éviter avant tout, c’est que le spectateur se laisse prendre au jeu comme ces enfants qui crient au cinéma : « Ne bois pas ; c’est du poison ! » ou comme ce public naïf qui attendait, dit-on, Frédérick Lemaître à la sortie des artistes pour lui casser la figure[13]. »

La rue Frédérick-Lemaître, dans le 20e arrondissement de Paris, et le square Frédérick-Lemaître, du 10e portent son nom. Là, à l’angle du quai de Jemmapes, dans la partie à ciel ouvert du canal Saint-Martin, une statue à la mémoire du comédien, réalisée par Pierre Granet en 1898, a été érigée. Sa ville natale l’a honoré d’une rue, ainsi que la ville de Maromme dans le même département. Pierrefitte-sur-Seine a donné son nom à une école élémentaire et à une rue.

FictionModifier

Frédérick Lemaître est devenu, sous la plume de Jacques Prévert, un personnage dans le film Les Enfants du paradis de Marcel Carné, interprété par Pierre Brasseur. Il est également devenu un personnage du ballet Les Enfants du paradis à l’Opéra de Paris[14] où le rôle de Lemaître est créé par le danseur Alessio Carbone. Éric-Emmanuel Schmitt en a également fait le héros romancé de sa pièce Frédérick ou le Boulevard du Crime, créée par Jean-Paul Belmondo.

GalerieModifier

NotesModifier

  1. « Travaillez, travaillez ! vous deviendrez sûrement un artiste de premier ordre » lui aurait répondu, selon Mirecourt, op. cit., l’examinateur après l’avoir laisser réciter une vingtaine de vers.
  2. Seul Talma aurait protesté contre cette exclusion, selon Mirecourt, op. cit..
  3. Seuls les auteur étaient désespérés de voir leur pièce ainsi transformée en bouffonnerie par Lemaître.
  4. Il avait l’excentricité de se faire payer, tous les samedis, par l’administration du théâtre, en pièces de cent sous. Il offrait alors gratis à la foule, qui l’attendait à la porte du théâtre, le spectacle de sa sortie, le sac énorme renfermant ses honoraires de la semaine, chargé sur ses épaules.
  5. Mirecourt rapporte qu’il a testé l’effet produit par le rire qu’il avait inventé pour Méphistophélès à sa fenêtre. Une femme l’ayant vu s’étant évanouie, il a dit : « Bien ! Ma grimace est bonne !
  6. Mirecourt rapporte que Lemaître avait chargé l’allumeur du théâtre de porter son costume pendant trois semaines, afin que celui-ci acquît une malpropreté convenable.
  7. La reine et son époux ont, à cette occasion, assisté à une représentation des Mystères de Paris.
  8. Pièce dans laquelle il s’était grimé de manière à ressembler à Louis-Philippe, ce qui l’a fait interdire.
  9. Il jouait, huit jours avant, le rôle de Maffio Orsini dans Lucrèce Borgia, à la Porte Saint-Martin. La petite vérole l’avait cloué dans son lit. Depuis trois jours, son état s’était compliqué d’un érysipèle à la tête. Il habitait seul, 40, boulevard de Strasbourg, au quatrième étage. Il avait à son service une bonne à laquelle on venait d’adjoindre une garde-malade. Cette garde avait dit, la veille, à la domestique de Mme Cornélie, la tragédienne, qui habitait la même maison : « Je suis vraiment inquiète. M. Lemaître parle de se jeter par la fenêtre, et je crains que, même à deux, nous n’ayons pas la force de l’en empêcher. » On ne prêta malheureusement aucune attention ce propos. À six heures et demie, la bonne sortie, Charles Lemaître, en proie à un nouvel accès de fièvre chaude, sauta à bas du lit, poussant des cris atroces et s’élança vers la fenêtre qu’il ouvrit rapidement. La garde se jeta sur lui, et, le saisissant par la chemise, cria : « À moi, à l’aide, au secours, il veut se tuer » « À l’assassin ! criait de son côté le malade que la fièvre rendait fou, à l’assassin ! on m’assassine ! » Les passants s’étaient arrêtés pleins d’effroi. Quelques-uns s’étaient précipités dans l’escalier de la maison, suivis du concierge, espérant arriver à temps au secours de la garde. Tout à coup ceux qui, du dehors, en attendaient le dénouement, comptant le temps qu’il fallait pour arriver à un quatrième étage et enfoncer la porte d’un appartement, poussaient un cri d’horreur. C’était fini la garde, à bout de forces, avait dû céder. Le malheureux venait de tomber dans la rue pendant que, devant la fenêtre, la femme restait, un lambeau de la chemise entre les mains. On accourut. Charles Lemaître avait la tête fracassée. Voir « Faits divers », Le Temps, Paris, no 3307,‎ , p. 3 (lire en ligne sur Gallica, consulté le 7 septembre 2020).
  10. Sa mère également devait mourir folle, à l’asile du docteur Blanche à Passy.

RéférencesModifier

  1. 9 thermidor an VIII, Archives en ligne de la Seine-Maritime, 4 E 08634, vue 125/281, acte 575.
  2. Paul d’Ariste (préf. Jacques Boulenger), La Vie et le Monde du boulevard (1830-1870) : un dandy : Nestor Roqueplan, Paris, xi-270 p., in-8° (OCLC 458509906, lire en ligne), p. 22.
  3. Charles-Théodore Vesque, Histoire des Rues du Havre, t. Ier le Vieux Havre, Paris, Éditions des Régionalismes, , 330 p. (ISBN 978-2-82405-422-3, lire en ligne), p. 137.
  4. a b c d e f g h i j et k Eugène de Mirecourt, Frédérick Lemaître, Paris, Havard, , 96 p., 1 vol. ; in-16 (lire en ligne), p. 11.
  5. André Gérard, 1857 sur Gallica.
  6. Archives de Paris, V3E/N 1111, vue 600/653, mention marginale du mariage sur l’acte de naissance.
  7. Robert Baldick, La vie de Frédérick Lemaître : le lion du boulevard, Paris, Denoël, , 317 p. (lire en ligne), p. 253.
  8. « Les obsèques de Frédérick Lemaître », L’Illustration, Paris, Chevalier, no 67,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020).
  9. Richard Lesclide, Propos de table de Victor Hugo, Paris, Hachette-BnF, , 345 p. (ISBN 9782-0-11873-17-0), p. 194
  10. Alexandre Dumas, Mes mémoires, t. 2, 1830-1833, Paris, Robert Laffont, , 1175 p. (ISBN 2-221-09768-8), p. 377
  11. (en) Wm. Pitt Byrne, Gossip of the Century : Personal and Traditional Memories--social, Literary, Artistic, etc, t. 2, Paris, Downey & Company Limited, , 619 p. (lire en ligne), p. 381.
  12. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Le côté de Guermantes, Paris, Omnibus, 2011, p. 1319.
  13. Jean-Paul Sartre, Saint Genet, comédien et martyr, Paris, Gallimard, 2010 [1952], p. 676.
  14. Chorégraphie de José Martinez.

BibliographieModifier

  • (en) Robert Baldick, The Life and Times of Frédérick Lemaître, New Jersey, Essential Books, 1959, 283 p.
  • Souvenirs de Frédérick Lemaître, publiés par son fils, Paris, P. Ollendorff, 1880, 348 p.
  • Serge Basset (pseud. de Paul Ribon), « Une aventure de Frédérick Lemaître, 1854 », dans L’Illustration, supplément, 5-, p. 30.
  • Georges Duval (avec une eau-forte de Gonzague Privat), Frédérick-Lemaître et son temps, 1800-1876, Paris, Tresse, , 266 p. (lire en ligne sur Gallica).
  • Louis-Henry Lecomte, Frédérick-Lemaître. Un comédien au XIXe siècle. Étude biographique et critique d’après des documents inédits, Paris, chez l’auteur, 1888, 324 p.
  • Eugène de Mirecourt, Frédérick Lemaître, Paris, Havard, , 96 p., 1 vol. ; in-16 (lire en ligne sur Gallica).
  • Eugène Silvain, doyen de la Comédie-Française, Frédérick Lemaître, Paris, Félic Alcan, , 162 p., 1 vol. : gravures ; in-8° (lire en ligne sur Gallica).
  • Michel Souvais, Arletty. De Frédérick Lemaître aux Enfants du paradis, préface de Jean-Louis Barrault, Paris, Dualpha, 1999, 314 p. (ISBN 2912476151).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :