Frédéric Schoell

historien, philologue, libraire et diplomate français

Maximilien Samson Frédéric Schoell, en allemand Maximilian Samson Friedrich Schöll (1766-1833) est un historien, philologue, libraire et diplomate français au service de la Prusse.

Frédéric Schoell
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

BiographieModifier

Né à Harskirchen dans le comté de Nassau-Sarrebruck (aujourd'hui département du Bas-Rhin), il étudie à Strasbourg, ville où son père était alors bailli, et suit les cours du juriste Christophe-Guillaume Koch qui l'initia à l'étude de la jurisprudence, du droit public et de l'histoire.

Sa première occupation a été gouverneur des enfants d'une riche famille livonienne, avec laquelle il fait des voyages en Italie en 1788, dans le midi de la France en 1789 mais aussi à Paris et Saint-Pétersbourg[1].

Élu secrétaire de l'assemblée qui devait désigner les députés de la Législative, Schœll, alors âgé de 25 ans, contribue à faire nommer comme député du département du Bas-Rhin, son professeur et protecteur Christophe Guillaume Koch[1].

Pendant la Révolution, il se réfugie à Bâle où il apprend le métier de libraire-imprimeur. Dans cette ville aussi, il se marie en août 1796 et dirige une imprimerie-librairie appartenant à Jacques Decker, un imprimeur influent de Berlin.

Après la paix de Lunéville, il s'installe en 1802 à Paris, où il dirige une maison de librairie avant de se mettre à son compte.

Il entre en 1814 au cabinet diplomatique du roi de Prusse comme conseiller aulique et participe aux négociations du Congrès de Vienne.

En 1819, il est appelé à Berlin par le Prince de Hardenberg comme conseiller référendaire au ministère d'État. À la mort d'Hardenberg en 1822, il se retire des affaires publiques pour se consacrer à la publication de son Cours d'histoire moderne des États européens, qu'il commença à imprimer dès son retour à Paris, en juin 1830. L'un des derniers volumes était sous presse, lorsque le 6 août 1833, Schœll mourut à la suite d'une attaque d'apoplexie[1].

ŒuvresModifier

  • Cours d'histoire moderne des États européens, Paris, 1830-1834, en 46 volumes.
  • Histoire abrégée des traités de paix (depuis celui de Westphalie), 1816-18, en 15 volumes, qui sont reproduits en partie dans les 22 derniers volumes de son Cours d'histoire (réédition revue et complétée de l'ouvrage de Christophe Guillaume Koch) ;
  • Histoire abrégée de la littérature romaine, 1815, en 4 volumes.
  • Histoire abrégée de la littérature grecque, 1813, en 2 volumes.
  • Histoire de la littérature grecque profane, depuis son origine jusqu'à la prise de Constantinople par les Turcs, Paris, Gide, 1823-25, en 8 volumes.
  • Congrès de Vienne, 1816.
  • Éléments de chronologie, 1812.
  • Annuaire généalogique et historique, 1819-1823, 4 volumes in 16°.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Dictionnaire biographique d'Alsace, Mulhouse, Imprimerie de L.L. Bader, (lire en ligne), p. 107, notice biographique de Schoell