Frédéric Ier de Souabe

Frédéric Ier, né vers 1050 et mort le 1105, est un prince de la maison de Hohenstaufen, fils du comte Frédéric de Büren et de Hildegarde von Schlettstadt. Il fut duc de Souabe de 1079 jusqu'à sa mort, le premier des Hohenstaufen à diriger ce duché.

Frédéric Ier de Souabe
Rauchbeinchronik Herzog Friedrich I. von Schwaben.png
Représentation artistique du duc Frédéric Ier, vers 1600.
Fonction
Monarque
Titre de noblesse
Duc de Souabe
depuis
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Abbaye de Lorch (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Friedrich I von StaufenVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Manegold l'Ancien (d)
Otto von Büren (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Frédéric II de Souabe
Berthe von Boll (d)
Luitgarde von Swabia (d)
Judith-Berthe de Hohenstaufen
Conrad III de Hohenstaufen
Richilde de Staufen (d)
Heilika von Staufen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Arms of Swabia.svg
blason

BiographieModifier

 
Le château de Hohenstaufen (fresque de l'église d'Oberhofen).

Il était le fils du comte Frédéric, surnommé « de Büren » dans les écrits de Wibald de Stavelot, et de son épouse Hildegarde von Schlettstadt († vers 1095), fille du comte alsacien Gérard Ier d'Eguisheim-Dagsbourg. L'un de ses frères est Otto de Hohenstaufen († 1100), nommé évêque de Strasbourg en 1082, fondateur de la prieuré de Sainte-Foy de Sélestat avec sa mère.

En tant que comte en Souabe, Frédéric Ier a tenté de consolider et étendre son pouvoir. Il fit construire le château de Hohenstaufen, situé sur une butte-témoin au pied du Jura souabe, vers 1070. Une autre forteresse à Lorch a été transformée en abbaye bénédictine vers 1100. Néanmoins, ses domaines se sont limités au patrimoine de son père et les possessions de sa mère autour de Sélestat (Schlettstadt) et Haguenau en Alsace.

L'événement majeur de la vie de Frédéric fut le moment durant la querelle des InvestituresRodolphe de Rheinfelden, duc de Souabe, se fait élire « antiroi de Germanie » le . Le roi Henri IV prononce sa déchéance du duché de Souabe et en 1079 à Ratisbonne, il désigne Frédéric comme nouveau duc ; de plus, il fiança sa fille Agnès - âgée de sept ans - à lui. Frédéric était un soutien fidèle du roi. Rodolphe est tué à la bataille de Hohenmölsen l'année suivante ; Frédéric doit toutefois faire face aux revendications du fils de son prédécesseur Berthold de Rheinfelden († 1090) soutenu par la papauté et la noblesse souabe, notamment le duc Berthold II de Zähringen avec lequel il finit par conclure un accord de partage en 1098.

Pendant que Henri IV s'est rendu en Italie, Frédéric Ier est le principal chef militaire en Germanie luttant contre le nouveau antiroi Hermann de Salm et les Welf dans l'est de la Souabe. Il a réussi à étendre le propre pouvoir des Hohenstaufen sur les domaines d'Ulm, ainsi que sur l'abbaye de Wissembourg et l'évêché de Spire, le pays d'origine de la dynastie franconienne.

Suite à sa mort en 1105, il fut enterré à la collégiale de Lorch. Son fils aîné Frédéric II hérita du duché de Souabe, lorsque son fils cadet Conrad fut élu roi des Romains en 1138.

Mariage et descendanceModifier

En 1089, Frédéric épouse Agnès de Franconie, fille de l'empereur Henri IV et de sa premièr épouse Berthe de Turin. Ils eurent plusieurs fils et filles parmi lesquels :

Veuve, Agnès se remaria avec le margrave Léopold III d'Autriche, issu de la maison de Babenberg.

BibliographieModifier