Ouvrir le menu principal

Frédéric-Fontaine

commune française du département de la Haute-Saône
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.

Frédéric-Fontaine
Frédéric-Fontaine
Vue générale.
Blason de Frédéric-Fontaine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Héricourt-1
Intercommunalité Communauté de communes Rahin et Chérimont
Maire
Mandat
Vincent Schiessel
2014-2020
Code postal 70200
Code commune 70254
Démographie
Population
municipale
260 hab. (2016 en diminution de 1,52 % par rapport à 2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 27″ nord, 6° 37′ 49″ est
Altitude Min. 334 m
Max. 498 m
Superficie 3,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Frédéric-Fontaine

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Frédéric-Fontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frédéric-Fontaine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frédéric-Fontaine
Liens
Site web fredericfontaine.ccrc70.fr

Frédéric-Fontaine est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Frédéric-Fontaine a été marquée par le protestantisme.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Frédéric-Fontaine est située dans le nord-est de la Bourgogne-Franche-Comté, dans le département de la Haute-Saône, non loin du Territoire de Belfort et du Doubs.

La localité fait partie du canton de Champagney, mais est limitrophe du canton de Lure-Sud et de celui d'Héricourt-Ouest, et appartient à la communauté de communes Rahin et Chérimont.

Communes limitrophesModifier

  Clairegoutte Clairegoutte  
N
O    Frédéric-Fontaine    E
S
Magny-Jobert Lomont Clairegoutte

TopographieModifier

 
Le territoire communal dans son contexte local.

Le village s'est installé sur un territoire caractérisé par la présence de vastes plaines vallonnées.

GéologieModifier

Frédéric-Fontaine est construite sur le plateau de Haute-Saône, elle est limitrophe de la dépression sous-vosgienne[1] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[2].

HydrographieModifier

 
Un étang de Frédéric-Fontaine.

Des étangs sont situés sur le territoire communal.

ClimatModifier

L'éloignement de la région de Frédéric-Fontaine à la mer est important à l'échelle de la France : au moins 600 km de l'Atlantique, et 500 km de la Méditerranée. Cette position engendre un climat semi-continental, caractérisé par des fortes amplitudes thermiques journalières et annuelles. Les étés chauds et lourds de Frédéric-Fontaine alternent avec des hivers secs marqués par un froid plus vif. Les températures peuvent y descendre fréquemment en dessous des −10 °C. Les précipitations sont importantes en raison de la présence des massifs montagneux qui, à l'est, font obstacle à l'évacuation des masses d'air humides sur la Suisse. Dans la commune proche de Ronchamp, le cumul des précipitations annuelles de l'ordre de 1 700 mm/an. En hiver, en raison du froid, les précipitations, se produisent sous forme de neige[3].

  Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Luxeuil-les-Bains – Saint-Sauveur[4]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 65.2 89.7 133.6 167.5 198.1 225.5 247.8 229.5 169.5 120 73.5 55.1 1776
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 85.3 74.9 79.2 73.1 97.9 88.2 85.5 77.9 80.9 99.8 94.2 103.1 1049.1
  Relevés de températures à Luxeuil-les-Bains – Saint-Sauveur
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -1.9 -1.8 1.1 3.5 8.0 11.1 13.1 12.7 9.4 6.2 1.7 -0.6 5.2
Températures moyennes (°C) 1.6 2.6 6.4 9.6 14.0 17.2 19.4 19.0 15.2 11.1 5.6 2.5 10.4
Températures maximales moyennes (°C) 5.1 7.0 11.6 15.6 20.0 23.3 25.7 25.4 21 16.0 9.5 5.6 15.5

Voies de communication et transportsModifier

Frédéric-Fontaine est un village rural, ce qui implique une faible connexion aux réseaux de transport. Cependant, la proximité de Lure, et de la conurbation de Belfort-Montbéliard permet une offre de transport hors de la commune plutôt bonne.

ToponymieModifier

Friderichsbron (1588), Friderich Fontaine (1600), Frédéric Fontaine (1791).

Frédéric de Montbéliard a fondé ce village en 1588 et lui a donné son nom germanique, -bron a été traduit par fontaine.

HistoireModifier

 
Frédéric Ier de Wurtemberg.
 
Frédéric-Fontaine sur l'atlas cantonal des communes de Haute-Saône.

C'est lors d'une partie de chasse pendant laquelle le comte de Montbéliard s'était égaré dans la forêt de Chérimont qu'il s'arrêta à une source avant d'être rejoint par ses gens. Frédéric de Wurtemberg décida de faire défricher cette terre et d'y fonder un village et pour ce faire il fit venir des colons d'Alsace, de Lorraine et de Bourgogne. Il lui donna le nom de « Friedrichs-Brunn » ou « Frédéric-Fontaine », en souvenir de sa partie de chasse, le 16 juillet 1588. Le village à l'origine se composait de seize familles qui furent déclarées « de condition libre en leur personne et en leurs biens » et pourvues de terres, la plus grande partie formait un domaine rural au bénéfice du comte de Montbéliard. Le 14 mars 1590, onze autres familles rejoignaient les premières, ce qui porta le nombre d'habitants à 140, la plus ancienne est celle de Rémy Croissant, originaire de Brémoncourt. En 1647, après des années de guerre, il ne restait que sept familles toutes très pauvres[5].

En juillet 1619, Zacharie Thérion, accusé de sorcellerie après avoir été torturé, était décapité sur le "grand pont" de Montbéliard et son corps incinéré[5].

Frédéric-Fontaine se convertit au protestantisme en même temps que le reste de la principauté de Montbéliard, au cours du XVIe siècle, conversion imposée par le prince. Pour enseigner la foi selon la formule de concorde de Wittemberg relevant du luthéranisme, le village est doté d’une école dès la fin du XVIe siècle. La scolarisation est alors obligatoire de 6 à 12 ou 13 ans (et l’absentéisme puni d’amende à partir de 1724)[6].

Le village compte de nombreux mineurs travaillant aux houillères de Ronchamp entre le XIXe siècle et le XXe siècle. Il fait alors partie du territoire du bassin minier[7]. Les mineurs du village travaillent essentiellement au puits Arthur-de-Buyer et au puits du Magny[8]. Dans les années 1930, la commune comporte 23 mineurs pour 220 habitants[9],[10].

La concession de Lomont d'une superficie de 2 336 ha est accordée en juillet 1904 pour l'exploitation de la houille du Stéphanien. Mais il n'y a aucune extraction de charbon en raison du manque de moyen techniques pour l'extraction du gisement situé à plus d'un kilomètres sous terre[11],[12].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

Écartelé au 1) d’or aux trois demi-ramures de sable posées en fasce et rangées en pal, au 2) d’or à l’ancre de sable, au 3) d’azur à la bannière d’or chargée d’une aigle de sable et emmanchée du même, posée en bande, au 4) de gueules aux deux bars adossés d’or.

Politique et administrationModifier

 
Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes Rahin et Chérimont.
 
La mairie.

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Frédéric-Fontaine se trouve dans l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle faisait historiquement partie du canton de Champagney[13],[14]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton d'Héricourt-1.

IntercommunalitéModifier

La commune est membre depuis son origine de la communauté de communes Rahin et Chérimont, intercommunalité créée en 2003[15], et qui se trouve dans le pays des Vosges Saônoises[16].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) du 7 août 2015 prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, sauf si la plupart des communes qui la constitue sont situées en zone de montagne et pour lesquelles le seuil est abaissé à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale prévoit le rattachement de la commune à la communauté de communes du pays de Lure[17]. Ce changement d'intercommunalité est prévu le .

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014[18] Joël Templier[19] DVG  
mars 2014[20],[21] En cours
(au 10 juillet 2016)
Vincent Schiessel DVG[22] Cadre dans le secteur privé
Vice-président de la CC Rahin et Chérimont (2014 → )

Politique environnementaleModifier

La communauté de communes Rahin et Chérimont, à laquelle appartient Frédéric-Fontaine, est membre du syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (SICTOM) de la zone sous-vosgienne, basé à Étueffont. La communauté de communes Rahin et Chérimont assure la gestion de la politique environnementale de Ronchamp, dont entre autres la mise en place et le suivi d’un service public d’assainissement non collectif[15].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

En 2016, la commune de Frédéric-Fontaine comptait 260 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
321358404404459466524485474
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
424400428384379408408326299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
266261248203253223185149157
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
163162183188190182231264260
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

 
Le pôle éducatif des Vosges saônoises.

De manière générale, Frédéric-Fontaine dépend de l'académie de Besançon. À proximité se trouve le Pôle Éducatif des Vosges Saônoises, co-géré par la communauté de communes Rahin et Chérimont et la communauté de communes du pays de Lure[25]. Cette école primaire publique accueille 160 élèves, mais ne dispose pas de cantine[26],[27].

Pour les niveaux de scolarisation des collégiens et des lycéens, le collège Victor-Schœlcher de Champagney et le lycée G.-Colomb de Lure seront les établissements privilégiés.

SantéModifier

Il n'existe aucune infrastructure de santé ou de médecins au sein du village, ni dans les communes limitrophes. L'hôpital le plus proche étant celui de Lure, de plus en plus désinvesti par les services publics au profit de celui de Vesoul, il n'est pas exclu qu'à moyen terme, Frédéric-Fontaine se trouve dans un désert médical, contraignant à la fréquentation des hôpitaux de Belfort, Montbéliard ou Vesoul, accessible entre 30 minutes et une heure en voiture. Par ailleurs, ces hôpitaux fusionnent en 2017 au profit de la nouvelle infrastructure commune du centre hospitalier de Belfort-Montbéliard, située à mi-chemin entre les deux villes, à Trévenans[28].

ServicesModifier

Hormis les services assurés par la mairie, la commune n'a aucun service public sur son territoire. L'ensemble des services publics sont disponibles à Lure, qui concentre le Pôle emploi, EDF, les impôts, la justice ou la bibliothèque, médiathèque et espace culturels.

Instances administratives et judiciairesModifier

La commune de Frédéric-Fontaine dépend du tribunal de grande instance de Vesoul, du tribunal d'instance de Lure, du tribunal de commerce de Vesoul, du tribunal paritaire des baux ruraux de Lure, du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort, du conseil de prud'hommes de Lure et de la cour d'assises de Vesoul. De plus, la commune est dépendante du tribunal administratif et de la cour d'appel de Besançon ainsi que de la cour administrative d'appel de Nancy[29],[30].

CultesModifier

 
Le clocher du temple.

Le village a connu une activité protestante plutôt marquée dans son passé. En effet, un presbytère existe depuis bien longtemps dans le centre historique du village.

ÉconomieModifier

Le village dépendant économiquement des deux centres urbains de Lure et de l'agglomération d'Héricourt-Montbéliard. Ces deux pôles offrent de nombreux emplois et sont rapidement accessibles par une voie express passant dans ces axes à proximité de Frédéric-Fontaine. L'INSEE rattache le village au bassin de vie de Champagney - Ronchamp[31].

Lieux et monumentsModifier

L'église et les fontaines. Un même corps de bâtiment comprend la mairie, l’école et le temple protestant.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/
  2. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur http://www.massif-des-vosges.com/
  3. Sabine Marbach et Cathy Guillot (bureau d'études techniques Ecoscop), « Plan de paysage de la communauté de communes de Rahin et Chérimont - diagnostic juin 2008 » [PDF], sur le site de l'office de tourisme de Ronchamp (consulté le 22 juillet 2015).
  4. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1981-2010] », sur le site de Lameteo.org (consulté le 22 juillet 2015).
  5. a et b Charles Duvernoy 1847, p. 42 à 46.
  6. Élisabeth Berlioz, « Enseignement, protestantisme et modernité. Les écoles du pays de Montbéliard (1724-1833) », Histoire de l’éducation, 110 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 03 novembre 2013.
  7. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 14.
  8. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 15.
  9. Jean-Jacques Parietti 2010, p. 16.
  10. Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 2 : Le puits Arthur de Buyer (1999), p. 21.
  11. Carilian-Goeury et Vor Dalmont, Annales des mines, partie administrative, ou Recueil de lois, décrets, arrêtés et autres actes concernant les mines et usines, vol. 3, (lire en ligne), p. 162-165.
  12. Jean-Jacques Parietti, Les dossiers de la Houillère 2 : Le puits Arthur de Buyer, Association des amis du musée de la mine, (présentation en ligne), p. 4.
  13. [PDF] « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 (Arrondissements - cantons - communes) » (consulté le 7 mai 2014).
  14. « Notice communale de Ronchamp », sur http://cassini.ehess.fr (consulté le 7 mai 2014).
  15. a et b « Communauté de communes Rahin et Chérimont », sur http://www.ccrc70.fr (consulté le 7 mai 2014).
  16. « Présentation du pays des Vosges Saônoises », sur http://www.pays-vosges-saonoises.fr/ (consulté le 3 mai 2014).
  17. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
  18. Préfecture de Haute-Saône, « Liste des communes de Haute-Saône » (consulté le 18 juillet 2013).
  19. EIP, Annuaire des Mairies de Haute Saône (70), (lire en ligne), p. 88.
  20. « Vincent Schiessel succède à Joël Templier », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  21. « Départementales 2015: Frédéric-Fontaine 702254 », sur Le Monde.
  22. « Extrait de la fiche de M. Vincent Schiessel », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le 6 août 2016).
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  25. « Peri- et extrascolaire », sur communauté de communes Rahin et Chérimont
  26. « Ecole primaire publique », sur education.gouv.fr
  27. « Ecole primaire publique », sur journaldesfemmes.com
  28. « Trévenans : les urgences du nouvel hôpital sont ouvertes », sur L'Est républicain, (consulté le 12 août 2017).
  29. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 mai 2014).
  30. « Carte judiciaire » [PDF], sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 juin 2012).
  31. « Bassin de vie 2012 de Champagney - Ronchamp (70120) », sur INSEE

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, Annuaire du département de la Haute-Saône, (lire en ligne)
  • Charles Duvernoy, Les villages ruinés du comté de Montbéliard, avec quelques autres d'origine moderne, (lire en ligne), p.  42 à 46.  
  • Jean-Jacques Parietti, Les Houillères de Ronchamp vol. II : Les mineurs, fc culture & patrimoine, (ISBN 978-2-36230-001-1).