Ouvrir le menu principal

Piano-forte

instrument de musique à cordes frappées avec clavier
(Redirigé depuis Forte-piano)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forte.
Un piano-forte

Le piano-forte et le forte-piano sont des instruments de musique polyphoniques à cordes frappées avec clavier, instruments intermédiaires entre le clavicorde et le piano du XIXe siècle. Les deux termes sont interchangeables, bien que de nos jours le nom forte-piano tend à désigner les premiers pianos, fabriqués avant 1830, tandis que piano-forte, abrégé en piano, désigne le piano moderne.

Cette distinction terminologique se retrouve dans la plupart des langues européennes. En allemand, on emploie indifféremment les noms de Hammerklavier et de Hammerflügel.

Le piano-forteModifier

La conception du premier piano-forte est due au facteur de clavecins travaillant à Florence, Bartolomeo Cristofori (1655-1731). Celui-ci cherchait à doter le clavecin de possibilités expressives plus nuancées, en permettant à l'instrumentiste de varier l'intensité des sons selon la force exercée sur les touches. Le clavicorde le permettait déjà, mais émettait un son trop faible par rapport au clavecin.

Cristofori dut donc inventer un mécanisme de frappe des cordes qui permît une émission sonore beaucoup plus puissante que celle du clavicorde. Peu avant 1709, il parvint à le mettre au point et à l'adapter à une caisse de clavecin. Cet instrument fut dénommé gravicembalo col piano e forte d'où dérive son nom actuel. L'aspect extérieur était celui du grand clavecin. Le mécanisme fut ensuite perfectionné par Johann Gottfried Silbermann.

Le premier piano-forte de forme rectangulaire avec, comme le clavicorde, les cordes parallèles au clavier, fut construit à Gera par C.E. Friederici (élève de Silbermann) en 1758. C'est également à ce facteur que l'on attribue le premier piano-forte vertical, de forme pyramidale ou girafe. À Paris, exerçaient des facteurs d'origine allemande : Moers, Mercken ; Érard étant alsacien. Mais c'est l'Angleterre qui fut le centre le plus important : Johannes Zumpe y inventa le piano carré, Robert Wornum le piano droit et Americus Backers y créa ce qui allait devenir la mécanique anglaise (notamment plébiscitée par Pleyel), la pédale forte et la pédale una corda[1].

En 1768, Johann Christian Bach donne un concert sur un instrument de Zumpe et publie en 1771 six concertos pour clavecin ou piano-forte.

Évolution et transformationsModifier

Les perfectionnements successifs du mécanisme et de l'acoustique du piano-forte définirent progressivement l'instrument que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de piano, né dans la seconde moitié du XIXe siècle.

SonoritéModifier

De par les caractéristiques de leur construction, ces instruments ont une sonorité très différente de celle du piano moderne. Ils sont plus légers, moins puissants, les cordes ne sont pas en acier et sont moins tendues, les marteaux sont généralement garnis de cuir, parfois de liège, parfois non-garnis, jusqu'aux années 1830, le rendement de la mécanique est plus faible, etc.

Voltaire a écrit à propos de cet instrument : « Cela est assez bon pour un piano-forte, qui n'est qu'un instrument de chaudronnier en comparaison du clavecin. » (Correspondance avec la marquise Mme du Deffand, 8 décembre 1774).

TerminologieModifier

Gravecembalo col piano e col forte.

En italien moderne, on utilise généralement le terme « pianoforte » (ou, par abréviation, seulement « piano ») pour indiquer le piano moderne et « fortepiano » ou « pianoforte storico » (piano historique) pour indiquer les deux instruments antiques, qu'ils soient à queue ou rectangulaires (établis sur le plan du clavicorde).

En anglais, on utilise actuellement le terme « pianoforte » pour désigner le piano moderne et « fortepiano » pour se référer aux pianos anciens mais au temps de Jane Austen les deux termes étaient totalement équivalents.

En français, les ouvrages anciens emploient déjà le terme avec tiret : un piano-forte, des pianos-forte. L'usage d'attacher les termes n'est pas confirmé et les dictionnaires indiquent bien piano-forte.

En russe en revanche, le piano moderne est toujours désigné par le terme « fortepiano » : « фортепиа́но ». L'instrument ancien se voit ajouter le mot marteau : « Молоточковое фортепиа́но ».

MuséesModifier

 
Piano-forte de Bartolomeo Cristofori, 1722

Parmi les spécimens d'une exceptionnelle valeur artistique et historique conservés dans la collection du Musée national des instruments de musique de Rome, figure un piano-forte fabriqué en 1722 par le célèbre facteur de clavecins italien Bartolomeo Cristofori. On trouve également un piano-forte également fabriqué par Bartolomeo Cristofori au musée des instruments de musique de Florence.

Un piano-forte réalisé par Jean-Tobie Schmidt vers 1792 est exposé au musée de la Révolution française.

RéférencesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Keyboard musical instruments in the Museum of Fine Arts, Boston, Boston, Koster (ISBN 0-87846-401-8)
  • Les avatars du piano, Ziad Kreidy, Paris, Beauchesne, coll. "L'éducation musicale" (ISBN 9782701016252)

Liens externesModifier