Ouvrir le menu principal

Fort de Chillon (A390)
Image illustrative de l’article Fort de Chillon
Le fort de Chillon est situé en face du château dans la paroi rocheuse et la pente au-delà du viaduc.

Lieu Veytaux
Fait partie de Fortifications de Saint-Maurice (de)
Type d’ouvrage Fort d'artillerie d’arrêt puis fort d'infanterie
Construction 1941-1942
Matériaux utilisés Creusé dans la roche, béton, acier
Utilisation 1942-1994
Utilisation actuelle Visites guidées du fort et caves à vins
Ouvert au public oui
Appartient à Privé
Contrôlé par Drapeau de la Suisse Suisse
Garnison 1942: cp art fort 9 devenue en 1943 la cp art fort II/4, groupe fort 4, rgt fort 19, br fort 10
1978: cp ouv 55
Effectifs 131
Site internet fortdechillon.ch
Coordonnées 46° 24′ 55″ nord, 6° 55′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Fort de Chillon (A390)

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Fort de Chillon (A390)

Le fort de Chillon est un ouvrage militaire situé sur la Riviera vaudoise en face du château de Chillon en Suisse. Construit entre 1941 et 1942 comme fort d'artillerie et d'infanterie, il perdit sa mission d'artillerie en 1978 et ne servit plus qu'à interdire l’étroit passage entre le lac Léman et le versant abrupt des Préalpes vaudoises afin de protéger l'accès au Chablais depuis le plateau (et inversement)[1]. Implantée sur un passage obligé, la position de barrage de Chillon « constitue probablement en Suisse un des exemples les plus frappants de la continuité historique en matière de renforcement de terrain »[2]. Outre le fort, une douzaine d’ouvrages, une dizaine de barricades et obstacles antichars ainsi que quatre ouvrages minés font partie de ce barrage.

Sommaire

HistoireModifier

 
Extérieurs des embrasures de la casemate C5 avec les volets de camouflage fermés.

Dans une étude datant de 1882 le colonel Aubert proposait de barrer l’axe du Simplon à Chillon. En 1939, les premières fortifications de campagnes sont érigées dans les jardins du château de Chillon.

Construit comme fort d'artillerie et d'infanterie dans la première moitié de l'année 1941, l'ouvrage est remis à l'armée suisse en 1942 et occupé pour la première fois en août. Dès 1942, le fort de Champillon couvre de son artillerie la position de barrage de Chillon. Le fort sera agrandi par un nouveau magasin à munition en 1960. En 1978, il perd sa fonction d'artillerie et devint uniquement un fort d'infanterie. Il est utilisé comme fortification militaire jusqu'en 1994 et fut déclassé « secret défense » le 23 mars 2001.

En 2004, l'État de Vaud renonce à racheter le fort, tout comme la commune de Veytaux une année plus tard. C'est finalement un groupe privé qui le rachète en 2010 et le transforme pour accueillir des caves à vin privées[3]. Des évènements culturels sont également organisés sur les lieux[4], tout comme des visites guidées, éventuellement couplées à celles du Château de Chillon situé de l'autre côté de la route[5].

Le fortModifier

GarnisonModifier

En 1942 l’ouvrage d’artillerie est d'abord occupé par la compagnie d'artillerie de forteresse 9 (cp art fort 9) devenue en 1943 la compagnie d'artillerie de forteresse II/4 (cp art fort II/4) subordonnée au groupe fort 4 dont l’état-major occupait le fort de Champillon en dessus d’Aigle, lui-même subordonné administrativement au régiment de forteresse 19 (rgt fort 19) qui occupait tous les ouvrages de la compagnie garde-forts 10 (cp GF 10) (Champillon (A365), Petit-Mont (A130), Toveyres (A140), Savatan (A200), Dailly/Savatan/Aiguille (A250), Scex (de)/Ermitage (A166), Cindey (A155), Les Follatères (de) (A66), Vernayaz (A68/69), Champex (de) (A46) et Commeire (de) (A27)). La subordination tactique de la garnison du fort était l’affaire du régiment d'infanterie 88 (rgt inf 88), ce régiment, comme le régiment de forteresse 19, était subordonné à la brigade de forteresse 10 (br fort 10), elle-même subordonnée à la division de montagne 10 (div mont 10) du corps d'armée de montagne 3 (de). La cp art fort II/4 occupait également deux ouvrages et cinq fortins d'infanterie entourant le fort, ainsi que les ouvrages de Fenalet (St-Gingolph), sur la rive opposée du lac, et de la Porte du Scex. La défense extérieure était assurée par une section du régiment d'infanterie 88[6] (rgt inf 88), lui aussi subordonné à la brigade de forteresse 10. Elle occupait un ouvrage d’infanterie situé au-dessus du fort.

En 1978, l’ordre de bataille changea et la compagnie d'ouvrage 55 (cp ouv 55) fut créée, elle était subordonnée au régiment d'infanterie de montagne 5 (rgt inf mont 5), elle-même subordonnée à la brigade de forteresse 10 (br fort 10). Elle occupait alors le fort d'infanterie de Chillon, les ouvrages précédemment cités et neuf fortins d'infanterie du point d'appui Grande Eau. Durant cette période, les ouvrages minés (OMI) étaient préparés par la compagnie de minage 50 (cp mi 50). La compagnie d'ouvrage 55 occupa le fort jusqu'au plan directeur Armée 95 qui condamna partiellement l’ouvrage. Le dernier cour de répétition de la compagnie eut lieu en 1994.

DescriptionModifier

 
Le fort (A390) et la position de barrage de Chillon; rose : positions des casemates du fort (C3 à C8), jaune : ouvrages sous roc et fortins d'infanterie (A382 à A389), triangle noir : barrages antichars, rouge: Route principale H9, bleu : le viaduc de l'A9 (inexistant lors de la construction du fort), orange : Château de Chillon.
Blocs de combat et armes de forteresse 
  • Casemate C3 : 1 canon antichars de 9 cm (can ach 9 cm 50) sur affût à pivot (étage supérieur) et 2 Obs/FM (étage inférieur). Pour la défense de la voie ferrée en direction du nord (G3 sur le plan).
  • Casemate C4 : 1 canon antichars de 9 cm (can ach 9 cm 50) sur affût à pivot (étage supérieur), 1 Mitr 51 (de) et 1 Obs/FM (étage inférieur). Pour la défense de la voie ferrée en direction du sud (G4 sur le plan).
  • Casemate C5 : 1 canon antichars de 7,5 cm (can ach 7,5 cm) sur affût spéciaux Giovanola (Monthey) pour le tir direct, remplacé par un canon antichars de 9 cm (can ach 9 cm 50) sur affût à pivot en 1962, 1 mitr et 1 Obs/FM (étage inférieur) et 1 mitr et 1 Obs/FM (étage supérieur). Pour la défense de la route principale en direction du nord (G5 sur le plan).
  • Casemate C6 : 2 Obs/FM. Située entre C5 et C7, elle bat en direction du château et sert de contre-ouvrage (avec C5 et C7) à C3 et C4 (G6 sur le plan)
  • Casemate C7: 1 canon antichars de 7,5 cm (can ach 7,5 cm) sur affût spéciaux Giovanola (Monthey) pour le tir direct, remplacé par un canon antichars de 9 cm (can ach 9 cm 50) sur affût à pivot en 1962, 1 mitr et 1 Obs/FM (étage inférieur) et 1 mitr et 2 Obs/FM (étage supérieur). Pour la défense de la route principale en direction du sud (G7 sur le plan).
  • Casemate 8 : 2 canons de 7,5 cm (can ach 7,5 cm) sur affût spéciaux Giovanola (Monthey)[7] (2 étages inférieurs), 2 Obs/FM (dont 1 (étage supérieur). Pour le tir d'artillerie entre Vouvry et St-Gingolph (positions de barrage de St-Gingolph-Fenalet et de la Porte du Scex), les pièces sont retirées en 1978 lorsque l'ouvrage d'artillerie devint un fort d'infanterie (G8 sur le plan). Cette casemate est équipée d'un ascenseur pour chariot à munition.
  • Couloir d'entrée protégé par un bloc de combat Obs/FM
  • Les 5 mitrailleuses 11 (Mitr 11 (de)) (refroidissement à eau) des casemates C4, C5 (2x) et C7(2x) ont été remplacées en 1972 par des mitrailleuses de forteresse 51 (Mitr 51 (de)).
  • Armes mobiles : 19 fusils mitrailleurs (Fm 25 (de)) remplacés par 6 Fass 57, les soldats étant équipé de ce même fusil d'assaut.
Caractéristiques
  • Garnison : une compagnie de forteresse (cp art fort 9, 1943 : cp art fort II/4, 1978 : cp ouv 55)
  • un cantonnement avec 131 lits (dortoirs, chambre du commandant, chambre des officiers, bureau, réfectoire, messe, sanitaire, cuisine, infirmerie)
  • Centrale téléphonique : 1 UZ 53 pour 45 lignes et 1 Philips art P 66/40
  • Poste central de tir (PCT)
  • Usine avec deux générateurs Sulzer (Sulzer 3 ZG 9. mod 38 de 60 CV (10 lts/h), 63 kW et Sulzer 4 T 18 de 120 CV (31 lts /h), 100 kW) système de ventilation
  • Réserve de 24 000 litres (3 x 8 000 l) de carburants
  • Réserve de 69 500 litres d'eau
  • Station de pompage (entre C3 et C4) de l’eau du lac pour l’alimentation du système de refroidissement des moteurs diesel
  • Magasin munitions construit en 1960 avec un sas antisouffle et une galerie de décharge
  • Seconde entrée (galerie de décharge)
  • La casemate C8 est équipé d'un ascenseur pour chariot à munition.
  • Pigeonnier (casemate C7)
  • 11 Fak (Feldanschlusskasten), des boîtes de raccordement de campagne du réseau téléphonique enterré répartis dans le terrain autour du fort pour la communication avec la défense extérieur. En général 6 à 10 lignes aboutissent à un Fak.

Défense extérieureModifier

  • Points d'appui de l'ouvrage pour la défense extérieure
    • Rocher de Veytaux, ouvrage d'infanterie A389 : 2 mitrailleuses 11 (mitr 11) remplacées par des mitrailleuses de forteresse 51 (mitr fort 51) en 1972
    • Montagnette, ouvrage d'infanterie A383? : 2 mitr 11 remplacées par des mitr fort 51 en 1972 (occupé par des éléments de la défense extérieure assuré par une section du rgt inf 88 (1943-1978).
    • Champ-Babaud, ouvrage d'infanterie A382 : 3 mitr 11 remplacées par des mitr fort 51 en 1972, 2 lance-mines de 8,1 cm modèle 1933 (Lm 8,1 cm mod 33) sur affût spécial 360° et plusieurs FM/Obs.
  • Fortins d'infanterie répartis au-dessus du fort
    • A384 : 2 embrasures
    • A385 : 1 mitr et 2 FM/Obs
    • A386 : 2 embrasures
    • A387 : 1 mitr et 1 FM/Obs
    • A388 : 2 embrasures
  • Solitaires (position de tir en béton abritant un soldat) répartis autour du fort
  • Un réseau dense de barbelé fixe, complété au besoin, entourait le fort.

Positions de barrageModifier

 
En tant que passage obligé, Chillon « constitue probablement en Suisse un des exemples les plus frappants de la continuité historique en matière de renforcement de terrain »[2]. C6 et C7 sont visibles dans la paroi rocheuse en face du château et C4 entre la voie ferrée et le château.

Le fort avait sous sa responsabilité la position de barrage de Chillon sur l'axe Riviera - Chablais vaudois et les positions de barrage du Fenalet et de la Porte du Scex sur l'axe France - Saint-Gingolph - Chablais valaisan auxquelles le fort apportait un soutien d'artillerie.

Les barrages sont constitués ici d'obstacles antichars permanents (toblerones[8],[9], réseau de rails plantée dans le sol), de barricades antichars routières (rails enfilés à la verticale dans des puits préparés dans la route) et d'ouvrages minés OMI (ici routes et voies ferrées préparées à la destruction) battus par des positions armées protégées (ouvrage sous roc, fortin).

Position de barrage ChillonModifier

Les ouvrages minés OMI (Sprengobjekte SprO) étaient préparés par la cp mi 50. Du nord au sud :

  • Barrage nord : ligne de toblerones, mur antichars et emplacements pour barricades routières sur la route principale (BAC T82) et la rue Le They (BAC T8202).
  • OMI M01256 : viaduc de Chillon
  • OMI : route locale Veytaux - Villeneuve tracée pour la construction du viaduc
  • OMI : au nord du fort (route principale et voie de chemin de fer). Cet OMI a été démantelé en 2007[10].
  • Barrage sud : ligne de toblerones et emplacements pour barricades avec rails sur la route principale et le quai Alfred Chatelanat
  • OMI M00236? : au sud du fort (route principale et voie de chemin de fer)
  • Barricade sud : route principale

Position de barrage de Saint-Gingolph - FenaletModifier

Premier barrage sur la rive sud du Léman pour l'accès au Chablais valaisan, le barrage du Fenalet est situé à la sortie de Saint-Gingolph en direction du Bouveret entre le lac et la base du Grammont[11]. Le fort de Chillon, situé sur la rive opposée du lac à environ 9 400 mètres de distance, assura la couverture d'artillerie de 1942 à 1978, année de la fin de la fonction artillerie du fort. Le fort de Champillon couvrait le barrage de son artillerie de 1943 à sa mise hors service en 1994.

Il était constitué d'une barricade antichar sur la route principale entre le mur de soutènement de la ligne de chemin de fer et un bâtiment au bord du lac[12]. Il était sous le feu d'un ouvrage d'infanterie souterrain et creusé dans le roc placé quelques centaines de mètres en retrait dans une butte entre la route et la voie ferrée. À sa construction l’armement comprenait un canon antichars Pak 41 de 4,7 cm, remplacé plus tard par un Pak 50/57 (de) de 9cm sur affût à pivot, et une mitrailleuse. En outre la route et le mur de soutènement de la voie de chemin de fer, qui constituaient ici des ouvrages minés (OMI), pouvaient d'être détruits sur plusieurs dizaines de mètres.

Position de barrage de la Porte du ScexModifier

 
Vue du sud de la Porte du Scex. À gauche l'ouvrage d'infanterie logé dans le rocher (scex), au centre la route Le Bouveret – Monthey et à droite la route en direction de Villeneuve (pont miné sur le Rhône hors vue) avec en arrière plan des éléments du barrage antichars.

Le barrage de la Porte du Scex, prévu dès 1937, est le premier barrage de la rive gauche du Rhône et donc le second sur l'axe Saint-Gingolph - Saint-Maurice[13]. Jusqu'à l'ouverture en 2012 du pont de la nouvelle H144 en aval, le pont routier construit en 1909 juste en amont du château de la Porte du Scex constituait le premier pont routier traversant le Rhône en venant depuis le Léman en direction du sud. La couverture d'artillerie était assuré par le fort de Chillon de 1942 à 1978 et par le fort de Champillon de 1943 à 1994.

Une ligne de toblerones en avant du château entre la paroi rocheuse (le Scex), le canal Stockalper et le Rhône constituait le barrage. Des barricades antichar mobiles (puits verticaux pour rails) était implantée sur la route principale et la voie ferrée. Le pont sur le Rhône était miné (OMI). Un ouvrage d'infanterie (A370) situé dans le rocher (scex) battait le barrage. Il était constitué d'une casemate avec mitrailleuse, d'une casemate observatoire/tir fusil mitrailleur (puis remplacé par le Fass 57), d'une casemate avec canon antichar de 9 cm, ainsi que d'un cantonnement étanche aux gaz avec un central de transmission (Central TF) et d'un local de matériel. L'entrée se trouve au sud du rocher[14].

En raison de la stratification des phases de fortifications de la Porte du Scex, la position est reconnue de valeur historique nationale. Elle représente « un exemple particulièrement marquant de permanence dans un passage déjà tactiquement fort géographiquement parlant »[15].

RéférencesModifier

  1. « Fort de Chillon A390 », sur fortlitroz.ch (consulté le 8 mars 2013)
  2. a et b [PDF]Position de barrage Chillon, Monuments militaires dans les cantons de Vaud et Genève, DDPS, p.38.
  3. Karim Di Matteo, « Le fort militaire de Chillon deviendra cave de prestige », 23 Heures,‎ (lire en ligne)
  4. « Les événements au Fort de Chillon », sur fortdechillon.ch (consulté le 8 mars 2013)
  5. « Dans l'intérieur de la roche, au fort militaire de Chillon », 24 Heures,‎ (lire en ligne)
  6. Régiment fribourgeois de Landwehr composé des bataillons d'infanterie 163, 164 et 165.
  7. Petit mémoire sur le fort de Chillon, assovaud.ch.
  8. Nom donné aux obstacles antichar de forme pyramidale (Höcker) en Suisse
  9. Gabi Vogt, Ces blocs de béton qui deviennent une attraction, 16 juillet 2016, swissinfo.ch.
  10. Chillon déchargement omi.
  11. Le Fenalet (VS) - Saint-Gingolph, Swisstopo.
  12. Position de barrage de Saint-Gingolph-Fenalet, fortlitroz.ch, consulté le 6 août 2015.
  13. Porte du Scex (VS) - Vouvry, Swisstopo.
  14. Ouvrage de la Porte du Scex, lignemaginot.com.
  15. [PDF]Position de barrage de la Porte du Scex, Monuments militaires dans le canton du Valais, DDPS, p.17, consulté le 20 septembre 2015

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier