Ouvrir le menu principal

Fort de Blénod
Description
Type d'ouvrage fort à massif central
Dates de construction de 1879 à 1883
Ceinture fortifiée place forte de Toul
Utilisation fort de ceinture
Utilisation actuelle paint-ball et airsoft
Propriété actuelle privée
Garnison 268 hommes
Armement de rempart 10 canons
Armement de flanquement 8 pièces
Organe cuirassé néant
Modernisation béton spécial 1889-1890
Programme 1900
Dates de restructuration 1905-1911
Tourelles 1 tourelle de 75 mm,
2 tourelles de mitrail.
Casemate de Bourges -
Observatoire trois obs. cuirassés
et 4 guérites blindées
Garnison ?
Programme complémentaire 1908 non réalisé
Coordonnées 48° 36′ 25″ nord, 5° 50′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

(Voir situation sur carte : Meurthe-et-Moselle)
Fort de Blénod

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort de Blénod

Le fort de Blénod-lès-Toul est un ouvrage fortifié de la place forte de Toul, érigé entre 1874 et 1879 à Blénod-lès-Toul, dans la région française de la Lorraine.

Il est situé dans le bois de Sorvigne, à 411 mètres d'altitude[1].

Sommaire

Le fort originelModifier

Dates de construction (1874-1879)Modifier

Coût estimatif de l'ouvrageModifier

Le montant total est estimé à 919 000 francs :

  • Acquisitions : 19 000 F ;
  • Travaux : 900 000 F.

ArmementModifier

L'armement total s'établit à 18 pièces d'artillerie. Le fort disposait dans ses magasins de 67 tonnes de poudre et de 165 000 cartouches.

CasernementModifier

Le fort pouvait accueillir 268 hommes. Une infirmerie de 20 hommes était présente. L'approvisionnement en eau était assuré par deux citernes pour une contenance totale de 550 m3. Le fort possédait 2 fours de 250 rations.

La modernisationModifier

Construction d'une caserne en béton spécial en 1889.

Programme 1900Modifier

  • Restructuration complète du fort : 1905-1911
  • Armement : 1 tourelle de 75, une casemate de Bourges, 3 observatoires cuirassés et 2 tourelles mitrailleuses

Garnison et armement en 1914Modifier

État actuelModifier

À l'abandon et en friche, cuirassements ferraillés. La création d'un jardin expérimental sur le site a été proposée en 1998[2], mais le fort a été racheté à l'armée en 2010 et est désormais une propriété privée. Depuis il a été reconverti en terrain de paint-ball, par une équipe qui restaure et entretient le lieu. Fort-Paint : Plus d'infos sur http://www.fort-paint.fr/

En avril 2016 une activité d'Escape Game a ouvert ses portes dans les pièces de l'ancien fort[3]. Fort Escape propose des aventures d'escape game se jouant en équipe de 2 à 8 personnes. La logique et l'esprit d'équipe seront vos meilleurs alliés.

Placé dans une des salles du Fort avec vos amis, votre objectif sera de vous échapper avant la fin du chrono de 60 minutes. Découvrez différents univers incroyables ! Plus d'informations : https://www.nancy-fort-escape.com/

Des opérations d'airsoft y sont parfois organisées tels que les opérations "Colombiana" ou "DMZ".

RéférencesModifier

  1. Blénod-lès-Toul I, site géodésique no 5408001, Service géodésie et nivellement, Institut national de l'information géographique et forestière.
  2. Boris Ridel, « Le jardin expérimental du fort de Blénod-les-Toul », sous la dir. de Jean-Pierre Marchand et Gérard Lami, École nationale supérieure d'architecture de Nancy, 1998, 101 f.
  3. « Fort Escape • Escape Game France », sur Escape Game France (consulté le 2 mars 2016)

Voir aussiModifier

Sites InternetModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Stéphane Gaber, Les forts de Toul : Histoire d'un camp retranché, 1874-1914, Metz, Serpenoise, , 179 p. (ISBN 2-87692-598-2), « Le fort de Blénod », p. 32