Ouvrir le menu principal

Forges et chantiers de la Gironde

Les Forges et Chantiers de la Gironde sont une ancienne société française de construction navale, située à Lormont et quai de Brazza à Bordeaux-Bastide, dans le département de la Gironde en région Nouvelle-Aquitaine.

HistoireModifier

 
Torpilleur no 276 de 37 m photographié en 1913 lancé par les Chantiers et Ateliers de la Gironde.

La société s'appelait à son origine Usine de construction navale Chaigneau et Bichon, établissement ouvert en 1836 et spécialisé dans la construction navale de guerre. En 1882 elle est reprise par les établissements Schneider et devient Chantiers et Ateliers de la Gironde SA-Ets Schneider. Puis elle devient Forges et Chantiers de la Gironde[1].

En 1913 une extension du chantier naval Chaigneau et Bichon ouvre pour la marine marchande et pétrolière. Durant la Première Guerre mondiale on y fabriquait aussi des douilles d'obus en cuivre. En 1927, elle dépose le bilan entrainant des rachats successifs : en 1959, par les Ateliers et Chantiers de Dunkerque et Bordeaux, puis en 1968, par les Constructions industrielles et navales de Bordeaux. Puis le site industriel est désaffecté.

Elle s'appelle aujourd'hui Construction Navale de Bordeaux (CNB)[2]. Cette société, créée en 1987, construit des voiliers de plaisance.

Quelques navires construitsModifier

 
Le croiseur japonais Unebi construit en 1886.
  • le croiseur protégé Unebi (1886) pour la marine impériale japonaise.
  • les trois croiseurs français de classe Troude : Troude, Cosmao et Lalande.
  • le croiseur français Infernet (1899) de classe D'Estrées
  • le navire porte-sous-marins Kanguroo (1911)
  • le France II (voilier), plus grand voilier du monde (1913)
  • Le paquebot Chenonceaux/Aramis pour les Messageries Maritimes (1923)[3]
  • Le paquebot D'Artagnan pour les Messageries Maritimes (1924)[4]
  • les torpilleurs d'escadre français de classe Bourrasque [5]:Tramontane et Typhon (1924), Trombe (1925)
  • les torpilleurs de la classe L'Adroit L'Alcyon (1929) et Le Bordelais (1928)
  • Le transport pour le littoral GOLO, de 1300 tonnes (1935)
  • quelques unités de type aviso colonial de classe Bougainville (1932-40)
  • Le croiseur léger Gloire
  • Le paquebot Ferdinand de Lessps/La Palma (1951)[6]
  • Le paquebot Jean Laborde II/Oceanos (1953) , coulé en Afrique du Sud le 4 août, 1991[7]
  • L'escorteur D 637 "le Jauriguibery" en 1955, désarmé en 1977 et coulé en 1986.

BibliographieModifier

  • Bordeaux et la marine de guerre : XVIIe-XXe siècles, [collectif], Silvia Marzagalli (direction), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2002, 198 p. (ISBN 978-2-86781-298-9)[8]

Notes et référencesModifier