Ouvrir le menu principal

Fuerza Aérea Ecuatoriana
Image illustrative de l’article Force aérienne équatorienne
Sceau de la Fuerza Aérea Ecuatoriana

Création - présent
Pays Drapeau de l'Équateur Équateur
Allégeance Président de l'Équateur
Type Force aérienne
Effectif 7 258
Fait partie de Forces armées équatoriennes
Surnom FAE
Couleurs Roundel of Ecuador.svg
Devise Sobre selvas, volcanes y mares
Équipement 80 aéronefs
Guerres Guerre du Paquisha
Guerre du Cenepa
Commandant Général de brigade Enrique Velasco Dávila

La Fuerza Aérea Equatoriana (FAE) est le principal élément aérien des forces armées équatoriennes, bien que l’armée équatorienne dispose d'une aviation légère autonome depuis 1954 et qu’une aviation navale ait été créée en 1967.

HistoriqueModifier

De la Compagnie d’Aviation de l’Armée à une Force Aérienne indépendanteModifier

Les débuts de l’aviation militaire en Équateur remontent à 1920 lorsqu’une mission italienne créa le deux écoles d’aviation militaires, à Guayaquil et Quito. L’école de Quito ferma le 5 juin 1921, remplacé le 12 juillet suivant par l’École d’Aviation Militaire ‘El Condor’, autour de laquelle fut organisée une Compañia de Aviación del Ejército. En 1925 on comptait une vingtaine d’appareils en service. En 1927 cette Compagnie d’aviation fut rebaptisée Cuerpo de Aviadores Militares del Ejército avant de devenir Fuerza Aérea del Ejército Equatoriana (FAEE) le 3 juillet 1935. En 1937 une nouvelle mission italienne arriva en Équateur, avec quelques monoplans Gabardini. Elle devait rester sur place jusqu’à l’entrée en guerre de l’Italie en 1940.

L’Équateur ayant autorisé les États-Unis à construire sur son territoire deux bases aériennes pour assurer la défense du Canal de Panama, une mission militaire américaine arriva dans le pays en janvier 1941, mais ses activités se limitèrent à la construction des bases aériennes de Baltra et de Salinas jusqu’à ce que le conflit frontalier opposant l’Équateur et le Pérou se transforme en conflit armé en juillet 1941.

Après la signature du Protocole de Rio en janvier 1942 les États-Unis considérèrent finalement la nécessité de doter l’Équateur d’une aviation de combat et livrèrent à la FAEE quelques avions d’entrainement et six Seversky P-35 afin de constituer une Escadrille de Chasse. Sous la pression du gouvernement américain la compagnie aérienne SAETA (Sociedad Ecuatoriana de Transportes Aéreos), gérée par des intérêts allemands, fut également nationalisée, la FAEE obtenant ainsi trois Junkers Ju 52. En 1944 la FAEE devint autonome et fut rebaptisée Fuerza Aérea Equatoriana (FAE).

Un développement marqué par les conflits avec le PérouModifier

En 1947, l’Escadron de Chasse fut rééquipé grâce à la livraison de 20 P-47D Thunderbolt puis l’Équateur se tourna à nouveau vers l’Europe pour son équipement. En 1954 furent commandés au Royaume-Uni six Canberra et douze Gloster Meteor. La FAE devenait ainsi une force tactique, abandonnant les missions de réglage d’artillerie au Servicio Aéreo del Ejército. Le début de l’exploitation pétrolière permit enfin à l’Équateur de se doter d’une aviation de combat moderne, avec l’achat de BAC Strikemaster en 1972, de Cessna A-37B en 1976, de Jaguar in 1977 et finalement de Dassault Mirage F1 en 1978. Durant ces mêmes années 1970, la FAE fut réorganisée afin de constituer une Escadre de Combat (Ala de Combate), un Groupe de Transport Aérien Militaire et une École Militaire d’Aviation.

La création d’un poste militaire équatorien en territoire péruvien le 22 janvier 1981 était une violation du Protocole de Rio et raviva les tensions frontalières entre les deux pays. Durant la guerre du Paquisha, La FAE effectua 179 sorties de guerre mais ne put empêcher l’armée péruvienne de repousser les troupes équatorienne au-delà des frontières établies en 1942.

Les hostilités reprirent début 1995 lors de la guerre du Cenepa, d’abord avec des incursions péruviennes en territoire équatorien puis avec une attaque en règle des postes frontières équatoriens le long de la Cordillère des Andes les 21 et 22 janvier. Après une tentative avortée de négociations les combats reprirent le 9 février. Le lendemain deux Su 22M péruviens furent abattus par des Mirage F1 équatoriens et un Kfir détruisit un A-37B péruvien. Il semble que l’aviation équatorienne ait également abattu un Canberra et qu’un ou deux Kfir aient été perdus par la FAE, victimes de missiles tirés du sol. Les combats cessèrent le 17 février sur médiation de l’ONU et un traité fut signé en octobre 1998.

En 2006 la FAE a été réorganisée en deux grands commandements : le Commandement des Opérations aériennes et de Défense (COAD) et le Commandement des Écoles et de la Doctrine (CED).

Fin 2010, elle reçoit une douzaine de chasseurs de seconde main Atlas Cheetah sud-africains.

Dotation[Quand ?]Modifier

Aéronef Origine Type Versions En service[1] Notes Image
IAI Kfir   Israël Chasseur Kfir C.2/C.10
Kfir TC.2
12
1
 
Atlas Cheetah   Afrique du Sud Chasseur Cheetah C
Cheetah D
10
2
Un contrat a été signé en décembre 2010 incluant 5 années de maintenance.[2].  
Cessna A-37 Dragonfly   États-Unis Avion d'attaque au sol A-37B 20 To be replaced by Embraer Super Tucano until 2012. Delivered: 41 total: 37 Cessna A-37B, 4 Cessna T-37G[3].  
Embraer Super Tucano   Brésil Avion d'entraînement, Avion d'attaque au sol, COIN EMB 314 8
(+10)
Delivery: to be finished by 2012, at 2 units per month. An initial order of 24 units was reduced to 18 in May 2010[4].  
Beechcraft T-34 Mentor   États-Unis Avion d'entraînement T-34C-1 15 Based at the Cosme Renella Aviation School. Delivered: 27 total: 6 T-34B, 21 T-34C[5].  
Diamond DA20-C1   Canada Avion d'entraînement DA20-C1 12 Deliveries commenced in March 2012[6]
Cessna A-150L Aerobat   États-Unis Avion d'entraînement A150L 24 Based at the Cosme Renella Aviation School[7].
Cessna T-41 Mescalero   États-Unis Avion d'entraînement T-41A
T-41D
8
12
Based at the Cosme Renella Aviation School[5].
MXP-650   Colombie Avion d'entraînement MXP-650 2[8] Based at the Cosme Renella Aviation School[5].
North American Sabreliner   États-Unis VIP Sabreliner 40
Sabreliner 60
1
1
Modified to generate microgravity for the Ecuadorian Civilian Space Agency  
Embraer Legacy   Brésil VIP Legacy 600 1
Presidential aircraft.
Embraer E-jet   Brésil passenger transport ERJ-170
ERJ-190
3
2
Operated by TAME
Airbus A320   France Avion de transport A320-200 3 Operated by TAME
Boeing 727   États-Unis Avion de transport 727-200 2 Operated by TAME
Boeing 727   États-Unis Avion de transport tactique 727-100 1 Ex-TAME  
Lockheed C-130 Hercules   États-Unis Avion de transport C-130B
C-130H
L-100-30
2
1
1
Delivered: 8 total: 4 C-130B, 1 C-130-30, 3 C-130H. 2X crashed on aproach to Quito 1983 and 1986. All may not be operational since sources vary.  
Avro 748   Royaume-Uni Avion de transport HS.748 2 Delivered: 5 from Brazil. Operational: 2, others used as spares[5]. To be replaced by 4 MA60[9]  
de Havilland Canada DHC-6 Twin Otter   Canada Avion de transport DHC-6-300 3 STOL aircraft. Delivered: 6 total.  
IAI Arava   Israël Avion de transport IAI-201 2 STOL aircraft.
HAL Dhruv   Inde Hélicoptère de transport 7 First Handover in February 2009[10],[11],[12], one lost during accident replaced with a new one. More orders planned[13]. See Photos of Dhruv from this link[14].  
Bell UH-1 Iroquois   États-Unis Hélicoptère de transport 23 Some may not be operational. Delivered: 24 total.  
Bell TH-57 Sea Ranger   États-Unis Hélicoptère de transport TH-57 Sea Ranger 9 Initially 13 were ordered in 1990. Lost: one on May 12, 2008, three in earlier incidents[15].  
Bell 212   États-Unis Hélicoptère de transport Bell 212 3 2 bought in 1977, 1 in 1980.
Aérospatiale AS550/555 Fennec   France Hélicoptère de transport AS-555AN 4
Aérospatiale AS350 Écureuil   France Hélicoptère de transport AS350
AS350 B6
5
2(9)
Sud-Aviation SA316 Alouette III   France Hélicoptère de transport SA 319B 2 Both were still operational in 2007. Delivered: 11 total to the FAE[5].  
UAV-2 Hawk   Équateur Drone Indigenously-developed unmanned aerial vehicle, under $500,000 unit cost[16].

ArmementModifier

Notes et référencesModifier