Football et politique

Cet article traite de différents liens entre le football et la politique.

De par son large impact, le football entretient très tôt des liens forts avec la politique, que ce soit sur le plan local ou international.

Enjeux locaux et sociétauxModifier

En favorisant le dialogue entre les peuples, le sport, et le football en particulier, joue un rôle non négligeable au niveau de l'évolution des mentalités et de la progression des droits de l'homme. De la parité homme-femme, à la lutte contre le racisme et l'intolérance en passant par la liberté d'expression, le football offre un champ d'expérience mettant en lumière tantôt des avancées innovantes, tantôt des retards étranges.

L'influence des acteurs politiques locauxModifier

En France : la municipalisation des clubsModifier

Comme l'annonce clairement Alfred Wahl : « Au niveau le plus modeste, celui du village, l'association sportive constitue un champ d'affrontement entre notables car elle peut devenir un marchepied pour l'accession au pouvoir[1] ». Le match de football opposant le Dynamo de Peppone à La Gaillarde de Don Camillo dans le film Le Petit Monde de don Camillo (1951) illustre sur le ton de l'humour cette situation. L'existence de plusieurs clubs rivaux dans la même ville appartient en général au passé, notamment dans les villes moyennes. En France, où les autorités ont veillé, dès les années 1930, à appliquer la règle : « un club, une ville », contrairement à de nombreuses grandes villes au sein desquelles coexistent plusieurs clubs.

Les derniers exemples français de clubs de même niveau localisés dans la même ville sont ceux de Vannes (Vannes OC est le résultat de la fusion des deux clubs historiques de la ville en 1998) et La Roche-sur-Yon (idem pour La Roche VF en 1989).

On parle ainsi de municipalisation du club, avec de nombreuses conséquences. Les communes possèdent généralement les installations sportives et ont longtemps eu droit de vie ou de mort sur les clubs en accordant ou en refusant des subventions. La montée en puissance des droits versés par la télévision permet aux clubs professionnels de s'émanciper un peu, mais le problème reste entier au niveau amateur.

Signe fort de cette municipalisation du football en France, le nom donné aux stades, qui - dans beaucoup de cas par rapport au reste du monde - prennent le nom d'un élu local plus ou moins impliqué dans la vie associative. Citons ainsi à titre d'exemples : Pierre Mauroy à Lille, Michel d'Ornano à Caen, Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Yves Allainmat à Lorient, Francis Le Basser à Laval, Francis Le Blé à Brest, René Gaillard à Niort, Jean Laville à Gueugnon, Francis Turcan à Martigues, Jules Deschaseaux au Havre, Gaston Petit à Châteauroux, Gaston Gérard à Dijon, Émile Albeau à Sedan, Gabriel Montpied à Clermont-Ferrand, François Coty à Ajaccio, Maurice Postaire à Cherbourg, Charles Ehrmann à Nice, etc.

Des espaces de contestations et de revendications pour les minorités et les opprimésModifier

Des clubs fondés et soutenus par des minorités communautairesModifier

En tant que sport d'origine britannique, le football est par essence un jeu importé par des immigrés. De grands clubs ont notamment été fondés par des immigrés britanniques : Oscar Cox[2] à Rio de Janeiro, Charles William Miller à São Paulo[3], Thomas Donohe à Bangu[4], Isaac Newell (Newell's Old Boys) ou encore des travailleurs officiant dans des ports (Le Havre AC, Real Sociedad, Athletic Bilbao, etc.). Certains clubs célèbres ont même été fondé par des immigrés suisses (FC Barcelone, Stade helvétique) ou italiens (Boca Juniors). Toutefois, la dimension communautaire de ces institutions fut peu marquée au contraire de plusieurs clubs de football de haut niveau formés, soutenus et fortement identifiés à des communautés immigrées. Les plus fameux sont :

Expression d'une identité indigèneModifier

En Amérique latine, certains clubs professionnels sont les porte-étendard des populations indigènes, à l'instar du Gavião Kyikatejê FC (en)[11] dans l'État du Pará au Brésil et du Mushuc Runa SC en Équateur[12].

Expression d'une identité régionaleModifier

Certains clubs sont emblématiques de revendications régionales :

En Israël : un club arabe titréModifier

En Israël, le Bnei Saknin fut le premier club représentant d'une ville arabe à remporter la Coupe d'Israël de football en mai 2004. À l'issue de cette victoire, des fans du Beitar Jérusalem ont publié une nécrologie dans Yediot Aharonot, pour annoncer la mort du football israélien.

L'influence des questions religieusesModifier

Catholiques et protestantsModifier

Les différentes communautés religieuses d'Angleterre furent à l'origine de nombreux clubs de football après la création de la Football Association, si bien que dans les années 1880, un club de football sur quatre avait été créé par une paroisse[14]. Parmi les clubs anglais les plus prestigieux d'origine ecclésiastique, citons Aston Villa, Bolton Wanderers et Everton.

Le conflit nord-irlandais a eu un impact sur le football de l'île. En Irlande du Nord, le principal club de Belfast, Linfield FC est composé exclusivement de joueurs protestants. Pendant longtemps, ses matches contre Cliftonville FC, club situé en plein quartier catholique, se jouaient sur terrain neutre à Windsor Park pour raison de sécurité[15]. À la suite de la multiplication des incidents à domicile et à l'extérieur, le club catholique de Derry City FC joue désormais dans le championnat d'Irlande.

Point d'orgue de ce conflit, le massacre perpétré dans un bar de Loughinisland (en) le 18 juin 1994 par des miliciens de l'Ulster Volunteer Force. Des membres de cette milice loyaliste ont attaqué un bar régulièrement fréquenté par des catholiques et où été diffusé un match de la coupe du monde 1994 opposant la République d'Irlande à l'Italie. L'assaut a causé la mort de 6 personnes.

La situation est également tendue à Glasgow entre les protestants du Glasgow Rangers et les catholiques du Celtic FC, et dans une moindre mesure à Édimbourg entre Heart of Midlothian et Hibernian.

En France : une opposition traditionnelle en clercs et laïcsModifier

L'opposition entre clercs et laïcs au début du XXe siècle a masqué les oppositions classiques droite/gauche que l'on retrouve dans le reste de l'Europe continentale. En France, quand les « Rouges » affrontaient les « Blancs », il s'agissait d'un match opposant laïcs et catholiques ; ailleurs, il était plutôt question d'une opposition gauche/droite, même si l'Église était le plus souvent derrière les clubs « Blancs ». Le seul club professionnel français issu d'un patronage catholique est l'AJ Auxerre. Son rival local, le laïc Stade auxerrois existe toujours, mais évolue en championnat de Bourgogne.

La Clericus CupModifier

La Clericus Cup est un tournoi international de football auquel participent des prêtres catholiques et des séminaristes. Il se déroule à Rome, près de la cité du Vatican entre 16 équipes composées de divers membres de séminaires nationaux et congrégations chrétiennes représentant 60 pays. Le tournoi annuel est organisé par le Centre sportif italien (CSI). La ligue est fondée en 2007 et est rendue, en 2017, à sa dixième saison.

Officiellement, l'objectif de la ligue est de « relancer la tradition du sport dans la communauté chrétienne »[16]. En d'autres termes, il s'agit de fournir un lieu de compétitions sportives et amicales entre les milliers de séminaristes, provenant de près d'une centaine de pays, qui étudient à Rome. La ligue est l'idée du secrétaire d'État du Vatican, Tarcisio Bertone, qui est un fanatique inconditionnel de football[17].

Les grands clubs des communautés juivesModifier

Parmi les communautés juives d'Europe, l'Hakoah Vienne est sûrement le club qui représente le mieux la culture sportive hébraïque[18].

Le DFC Prague, membre fondateur de la fédération allemande de football, fut également créé par la communauté juive allemande de Prague et essentiellement par des étudiants de l'Université Charles de Prague.

Concernant l'Ajax Amsterdam, si les supporters se revendiquent comme proches de la culture juive, ce n'est pas tant par adhésion première (rien n'indique que les habitants juifs d'Amsterdam étaient de fervents supporters de l'Ajax) mais par réaction contre les insultes antisémites de la part des supporters adverses qui percevaient Amsterdam comme une ville comportant une forte population juive. Ainsi, en réponse à ces chants antisémites, les hooligans d’Amsterdam auraient décidé de s’autoproclamer juifs même s’ils ne l’étaient pas[19].

On retrouve ce même cas de figure avec le club londonien de Tottenham dont les supporters se surnomment eux-mêmes la Yid Army (en référence au terme youpin, pourtant péjoratif) en référence aux liens le club et la communauté juive londonienne[20].

En 1939, sur le territoire de Palestine mandataire, le Beitar Jérusalem fut fondé David Horn, chef local du Betar, le mouvement de la jeunesse du Parti Revisionniste (libéral nationaliste), un mouvement sioniste inspiré des vues idéologiques de Vladimir Jabotinsky et de Joseph Trumpeldor et régulièrement qualifié de fascisant. Aujourd'hui encore, les supporters du Betar sont issus du nationalisme israélien et sont membres du Likoud ou divers partis de droite[21].

Mixité sexuelle, place des femmes et identité de genreModifier

L'interdiction de la mixité dans les équipes d'adultesModifier

Si quelques rencontres de football furent mixtes au début du XXe siècle[22], cette idée fut rapidement abandonnée. Aujourd'hui, seules les équipes de jeunes (en général en-dessous de 13 ans) acceptent la mixité. Toutefois, en décembre 2004, Maribel Dominguez s'engage avec l'Atlético Celaya pour jouer le championnat masculin de deuxième division mexicaine. L'accord obtient l'aval de la fédération mexicaine mais la FIFA refuse, affirmant qu'« il doit y avoir une séparation claire entre le football masculin et le football féminin »[23],[24].

L'arbitrage et l'entraînement s'ouvrent à la mixitéModifier

D'autres secteurs du football s'ouvrent à la mixité. L'arbitrage du football masculin s'ouvre progressivement. En août 2003, la suissesse Nicole Petignat devient la première femme à arbitrer une rencontre masculine organisée par l'UEFA : AIK Solna - Fylkir Reykjavik en tour préliminaire de la Coupe UEFA. En septembre 2017, Bibiana Steinhaus devient la première femme à arbitrer une rencontre de Bundesliga, l'un des plus prestigieux championnats européens[25]. Stéphanie Frappart devient quant à elle à diriger une rencontre internationale masculine en compétition officielle en 2019, à l'occasion de la Ligue des nations, à arbitrer en Ligue des champions masculine et à arbitrer lors d’un championnat d'Europe en 2021[26]. En 2022, Salima Mukansanga devient la première femme à arbitre lors d'un match de coupe d'Afrique des nations[27].

Le poste d'entraîneur connait lui-aussi quelques ouvertures. Carolina Morace (AS Viterbese Calcio en 1999), Nelfi Ibáñez Guerra (Hijos de Acosvinchos en 2012[28]) et Corinne Diacre (Clermont Foot entre 2014 et 2017) font partie des premières femmes à avoir entraîné des équipes professionnelles masculines.

Chan Yuen-ting devient quant à elle la première femme entraîneuse à remporter un championnat masculin la Hong Kong Premier League lors de la saison 2015-2016 avec le club de Eastern AA[29].

Le développement du football fémininModifier

Le football uniquement pratiqué par des femmes s’institutionnalise à partir de la fin du XIXe siècle autour de différents matchs en Écosse et en Angleterre. Toutefois, dans les années 1920, les fédérations anglaises puis françaises décident d'interdire toute compétition féminine en leur nom. Devenue presque anecdotique, la pratique du football par des femmes perdure mais il faut attendre la seconde moitié des années 1960 pour assister au renouveau du football féminin : en 1969-1970, les fédérations anglaise, française et allemande reconnaissent le football féminin[30].

En 1972, sont votés aux États-Unis les Education Amendments of 1972, dont le Titre IX interdit toute discrimination sur la base du sexe dans les programmes d'éducation soutenus par l’État. Ce texte a permis l'éclosion de compétitions sportives féminines dans les universités américaines[31].

Au niveau international, une première Coupe d'Europe est organisée en 1969[32]. La première Coupe du monde est jouée dès juillet 1970[33]. C'est encore une compétition « non officielle ». Après de multiples organisations de ce type, l'UEFA (en 1984)[34] et la FIFA (en 1991) conviennent qu'il faut mettre en place des compétitions plus « officielles » comme une Coupe du monde de football féminin et un Championnat d'Europe de football féminin[35]. À la suite de ce renouveau du football féminin, cette discipline a pu mettre en place des compétitions calquées sur le modèle masculin avec des championnats nationaux, des épreuves internationales de clubs et d'équipes nationales.

Les inégalités de salaire au sein des fédérationsModifier

Pour lutter contre les inégalités de salaires et de conditions de travail entre femmes et hommes, plusieurs sélections nationales font grève (Nigeria, Danemark, Espagne[36]) voire porte plainte (États-Unis) contre leur fédération[37]. Il en est de même pour des clubs comme l'En avant Guingamp[38] ou des joueuses du championnat espagnol[39].

Les femmes au stadeModifier

La venue des femmes dans les stades est même prohibée voire interdite dans certains pays. C'est le cas en Iran depuis la Révolution islamique. Plusieurs militant.es se mobilisent contre ces interdictions, que ce soit au cinéma (Hors jeu (Offside) de Jafar Panahi), dans la rue (en 2019, une supportrice s'est immolée par le feu devant le tribunal de Téhéran, après avoir appris qu’elle risquait entre six semaines et deux ans de prison pour s'être déguisée en homme afin de pénétrer dans un stade et soutenir son équipe) ou sur les réseaux sociaux[40]. En Arabie saoudite, la monarchie wahhabite imposant la séparation des sexes dans l'espace public, la venue des femmes dans les stades est également interdite. Toutefois, depuis 2018, ces dernières sont autorisées à se rendre dans trois stades[41]. De son côté, la FIFA accentue depuis 2019 les pressions sur ces deux pays pour qu'ils revoient leur législation[42].

Les joueurs et joueuses transgenresModifier

Le cas des personnes transgenres influence le football à moindre échelle. Jaiyah Saelua, née Johnny Saelua, élevée dans la tradition Fa'afafine, est une joueuse de football qui joue au poste de défenseur central dans l'équipe masculine de football des Samoa américaines. Lors des éliminatoires pour le Mondial 2014, elle devient la première personne transgenre à jouer pour une équipe nationale de football[43].

Lutte contre le racismeModifier

Les dates de sélection des premiers joueurs noirs en équipe nationale européenne sont significatives :

À noter que Jack Leslie avait été convoqué par l'Angleterre pour un match contre l'Irlande en 1925, mais il fut retiré de la liste sans raison officielle (la fédération anglaise évoqua une erreur des médias)[46].

De plus, les réactions à certaines de ces premières sont difficiles pour nombre de joueurs. Viv Anderson, sélectionné en 1978 pour porter le maillot de l'équipe d'Angleterre, reçoit non seulement des menaces de mort, mais doit aussi subir tout au long de sa carrière des chants racistes descendant des tribunes. Ces derniers, tel « Everton are White », restent courants dans les stades anglais jusqu'à la fin des années 1980[47]. Avec la venue de joueurs africains et brésiliens dans des clubs européens à partir des années 1980, les manifestations racistes se font de plus en plus virulentes dans de nombreux stades (cris de singe, jets de banane).

Les réactions des joueurs victimes de ces attaques peuvent être parfois radicales (départ du terrain, prise à partie de la personne qui insulte…), mais sont rarement suivis d'effet voire se retournent contre le joueur (avertissement, expulsion, sanction après la rencontre). Toutefois, en 2020, lors d'une rencontre de Ligue des champions opposant le Paris Saint-Germain à Istanbul Başakşehir FK, l'ensemble des joueurs et des staffs techniques des deux équipes ont arrêté de reprendre la rencontre et refusé de reprendre le jeu en accusant le quatrième arbitre d'avoir désigné Pierre Webó, l'entraîneur adjoint de club stambouliote, en des termes racistes[48].

D'autres joueurs ont dénoncé le racisme de la société pour expliquer certaines décisions qui les ont impliqués : Karim Benzema lors de son éviction de l'équipe de France[49], Mesut Özil lors de l'annonce de sa retraite internationale[50].

Plus rare, le racisme sur le terrain entre les joueurs eux-mêmes est parfois présent, comme l'altercation entre Patrice Evra et Luis Suarez lors de laquelle ce dernier traita de négro son adversaire[51].

Les supporters, des acteurs à part entièreModifier

Quand des supporters possèdent leur clubModifier

De nombreux clubs à travers le monde sont la propriété officielle de leurs supporters. L'origine de cette propriété est diverse :

  • les socios[52]en Espagne, au Portugal et en Amérique latine sont liés à l'importance populaire des clubs de football
  • les clubs rachetés par des supporters (buyout clubs) soit en totalité, soit partiellement
  • les phoenix club sont des clubs qui ont fait faillite mais dont la licence est récupérée gratuitement par les supporters
  • les protest clubs créés par des supporters pour protester contre la gestion de leur club d'origine (AFC Wimbledon, Football Club United of Manchester, SV Austria Salzbourg…)

Les ultras : des supporters fanatiques et parfois politisésModifier

Les ultras sont des jeunes supporters qui s'organisent au sein d'associations à but non lucratif pour soutenir activement leurs équipes de football à partir de la fin des années 1960. Ils encouragent les leurs au moyen de slogans et d'animations visuelles[53]. La plupart des groupes se considèrent comme apolitique. Cet apolitisme peut prendre deux formes : soit le groupe rassemble des membres peu politisés, soit différentes idéologies cohabitent sans qu'une soit dominante.

Toutefois, il arrive que des groupes ultras se réclame d'une idéologie (marxisme, nationalisme, antiracisme, panafricanisme…) en arborant des symboles.

Enfin, certains ultras se sont engagés lors d'événements politiques : les ultras d'Al Alhy lors de la révolution égyptienne de 2011 ayant conduit à la chute de Hosni Moubarak[54], les ultras de Beşiktaş lors des manifestations de 2013[55], les supporters de différents clubs algérois pendant les manifestations de 2019[56].

Le cas des barras bravas est particulier à l'Amérique latine. Barra brava est le nom donné aux groupes organisés de supporters d'équipe de football en Amérique latine. Ces groupes se caractérisent par leur violence, dans et en dehors du stade, leur utilisation d'engins pyrotechniques et leur ferveur déployée lors des matchs de leur équipe. Le phénomène apparaît en Argentine au début des années 1950 et se répand tout au long de l'Amérique latine. Il trouve généralement son origine dans une culture urbaine, dans laquelle des jeunes recherchent l'appartenance à un groupe déterminé. Il existe de nombreuses différences entre ces barras en Amérique latine, cependant, on peut déceler certaines caractéristiques communes : l'exaltation de la force, le nationalisme, le sentiment de l'honneur associé à la capacité à se battre et la nécessité de s'affirmer. Surtout, les barras bravas sont fortement impliqués dans l'écosystème économique de leur club, profitant de la gestion financière de certains domaines (vente de billets, parking du stade, merchandising…).

Le hooliganisme, quand la violence pénètrent dans les stadesModifier

Présents dès les débuts du football professionnel en Angleterre (en 1885, on recense lors de nombreux incidents en tribune d'un match entre Preston North End et Aston Villa [57]), les hooligans bénéficient d'une relative clémence médiatique et politique, voire d'une certaine attractivité puisqu'au début des années 1980, certains politiciens britanniques d'extrême-droite (British Movement, National Front) faisant de l'entrisme au sein de ces mouvements [58]. La lutte politique contre le hooliganisme connaît un virage dans les années 1980 en raison du drame du Heysel et de la tragédie de Hillsborough. Les hooligans anglais sont alors montrés du doigt et une politique globale des supporters est instaurée à travers tout un arsenal sécuritaire et judiciaire (création d'une nouvelle peine de détention pour mineurs, renforcement des dispositifs policiers lors des matchs, prohibition de l'alcool dans et autour des stades, interdiction d'objets dangereux, élargissement du droit de fouille de la police, interdictions préventives, suppression des places debout…)

D'autres nations d'Europe de l'Ouest (France, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Belgique) sont touchées par le hooliganisme, et tentent de mettre en place des politiques globale pour traiter cette question[59].

À la fin des années 1990, le hooliganisme a émergé dans les pays de l'est. Amateurs de sports de combats, rigoureusement entraînés et structurés, peu en marge de la société, ces hooligans organisent régulièrement des combats collectifs en plein air de façon déconnectée du calendrier des matchs[60],[61]. À l'occasion du match opposant l'Angleterre à la Russie lors de l'Euro 2016, des hooligans russes se sont violemment battus contre des supporters anglais[62],[63].

Enjeux nationaux : entre encadrement politique et contestations publiquesModifier

En raison de sa visibilité médiatique, le football est souvent exploité par les régimes politiques de tous genres. De même, la politique est un sujet souvent abordé par les acteurs du ballon rond, que ce soit sur les terrains, en tribune ou en coulisse.

Le football peut également servir d'élément de rassemblement symbolique comme ce fut le cas :

Des intrications symboliquesModifier

Les noms de stadesModifier

Signe de cette interrelation entre politique nationale et football, le nom donné (et parfois enlevé) à certains stades qui dépasse le simple cadre local. Ce nom peut désigner :

À noter, l'origine du nom kop - la tribune où se regroupent les supporteurs les plus actifs d'un club - fait référence à la bataille de Spion Kop qui se déroula lors de Seconde Guerre des Boers[65]. Les Britanniques furent en effet traumatisés par cette défaite. Pour commémorer la bataille, ils baptisèrent plusieurs tribunes de stades sportifs du nom de « Spion Kop » puis « Kop ».

Les noms de clubsModifier

Fait plus rare, les noms de clubs qui rendent (ou rendait) directement hommage à une personnalité emblématique ou à un événement.

Les couleurs des équipes nationalesModifier

La grande majorité des sélections nationales reprend les couleurs principales de leur drapeau national, reflet d'un choix politique comme l'enseigne la vexillologie. Cependant, certaines sélections arborent des couleurs totalement différentes, et parmi elles, certains choix recouvrent aussi un sens politique. Citons à titre d'exemples :

Le nom des compétitionsModifier

Certaines compétitions nationales ou internationales portent le nom d'une personnalité politique. Citons à titre d'exemples :

Notons que la 10e édition de la coupe arabe des nations organisée au Qatar en décembre 2021 a soulevé une controverse identitaire lorsqu'une dizaine d'associations écrivent une lettre au président de la FIFA pour se plaindre de l’emploi du terme « arabe » qui excluraient certaines populations comme les Amazighs ou les Kurdes qui vivent au sein des nations sélectionnées pour la compétitions[74].

Des matchs belliqueuxModifier

Il arrive que certains matchs dégénèrent et restent célèbres tant pour le contexte médiatique que pour leur violence ; ces rencontres sont a posteriori surnommées « batailles ».

L'implication des sportifs en politique, et des politiciens dans le monde du sportModifier

Autre symbole fort de cette interrelation, la reconversion d'acteurs du monde du football (joueurs, entraineurs ou dirigeants) dans des fonctions politiques de haut-rang. Les plus fameux furent :

À l'inverse, des personnalités politiques s'investissent dans la vie d'un club, à l'instar d'Edward Seaga, Boïko Borissov, Recep Tayyip Erdoğan, Viktor Orbán, Hassan II, Ramzan Kadyrov, Pierre Nkurunziza, etc.

Les clubs fondés et liés à des institutions d'ÉtatModifier

Dans de nombreux pays, diverses institutions d'État ont fondé voire restent liées à des clubs professionnels (voir aussi les chapitres consacrés à l'URSS, l'ex-bloc de l'Est et les deux Corées) :

En EuropeModifier

En Italie fascisteModifier

Benito Mussolini a promu l'équipe d'Italie au rang de « soldats de la cause nationale[15] ». Les fascistes italiens sont pourtant clairement hostiles au football, trop anglais, à leur arrivée au pouvoir. Ils tentent ainsi de lui substituer le jeu local de la Volata ; sans succès[75].

Sous l'égide du Duce, les clubs d'une même ville sont fortement incitées à fusionner. Le cas le plus emblématique fut sûrement celui de l'AS Rome, issu de la fusion de quatre clubs de la ville en 1927. La Lazio Rome échappe à cette fusion grâce à l'intervention décisive de Giorgio Vaccaro, un général piémontais de la Milice volontaire pour la sécurité nationale (la milice du Parti national fasciste) qui deviendra président de la Fédération italienne de football en 1932 et grâce à l'amitié qui liait Mussolini à ce club (il en devient membre honoraire en 1929 et favorise l’arrivée de Silvio Piola).

Dans le même registre, plusieurs clubs doivent changer de noms du fait de leur consonance étrangère ou cosmopolite (ils ne retrouveront leur nom d'origine qu'après la chut du régime fasciste) :

En Allemagne nazieModifier

Le pouvoir nazi avait compris l’importance déjà croissante du sport auprès de l’opinion publique et surtout l’usage qu’ils pouvaient tirer des activités sportives. Celles-ci devinrent un outil de propagande. Les associations d’obédience communiste furent immédiatement interdites, et peu après ce furent les autres ligues ouvrières, puis les fédérations anciennement étiquetées sociales-démocrates et religieuses.

Les clubs se virent interdire d’avoir des membres de confession juive. Certains clubs comme Alemannia Aachen ou le Bayern Munich bravèrent ce racisme primaire et tentèrent de protéger leurs membres juifs autant que possible.

Un ministère des sports, le DRL fut institué avec à sa tête un officier des S.A., Hans von Tschammer.

La DFB vit ses pouvoirs et prérogatives pratiquement réduites à néant. Les compétitions de football furent réorganisées selon la volonté du régime hitlérien. Ce fut la création des Gauligen. L’Allemagne fut administrativement réorganisée. Les anciennes composantes de la République de Weimar (États-Libres, Villes-Libres ou provinces prussiennes) cédèrent la place à des Gaue. Chaque Gau se vit doter d’une Gauliga. Ces ligues restèrent amateurs car l’idéologie nazie était farouchement opposée au principe du professionnalisme. Le président de la DFB, Felix Linnemann, partisan des nazis tenta de créer une ligue professionnelle unique, la Reichsliga. L’idée qui avait déjà été repoussée par les différentes fédérations régionales le triste avènement du Nazisme, n’eut donc pas plus de succès une fois Hitler au pouvoir.

Seize ligues furent créées en 1933. Au fil des évolutions politico-diplomatiques (Accords de Munich), puis de la Seconde Guerre mondiale, d’autres ligues vinrent s’ajouter ou des ligues existantes furent scindées. En 1944, 29 Gauligen différentes étaient en activité.

Ce fut durant cette même période trouble et troublée que fut créée, en 1935, la Tschammer Pokal, l’ancêtre de l’actuelle DFB-Pokal.

Au sein des camps de concentration, les nazis utilisèrent le football comme vecteur de contrôle social en instaurant ainsi des matchs voire des compétitions. Ainsi, à Buchenwald, une compétition oppose des équipes formées selon les corps de métiers, les baraquements ou parfois des nationalités. La compétition la plus développée se déroule dans le camp de Terezin : la Liga Terezin, qui voit s'affronter dix équipes selon le modèle coupe-championnat, avec des joueurs de renom comme Pavel Mahrer[76]. Cette compétition apparaît même dans le film de propagande Theresienstadt - Un documentaire sur la zone de peuplement juif.

Dans l'Espagne franquisteModifier

Si Francisco Franco a compris l'intérêt du football pour servir la propagande d'État, son rapport avec ce sport n'est néanmoins pas aussi manichéen que la légende raconte, à savoir un favoritisme sans borne pour le Real Madrid[77],[78].

Le premier club à avoir bénéficié de coup de pouce du régime fut l'Atlético de Madrid. L'Athletic Club de Madrid fut fondé en 1903 par trois étudiants basques, en référence à l'Athletic Bilbao. Dans les années 1930, le club oscille entre la première et la deuxième division de Liga. Ainsi, à l'issue de la saison 1935-36, le club descend en Segunda División. La guerre d'Espagne interrompt le championnat. Et à cette occasion est créé en 1937 le Club Aviación Nacional par des officiers de l’armée de l’air espagnole. En 1939, avant la reprise, le Club Aviación Nacional fusionne avec l'Athletic Club de Madrid pour devenir l'Athletic Aviación.

Le championnat reprend en 1939 pour la saison 1939-40. Toutefois, Oviedo FC ne peut reprendre car son stade a été détruit pendant les combats. Le club bénéficie d'une dispense spéciale pour ne pas disputer cette saison et obtient d'être réintégré la saison suivante. Un barrage est alors disputé entre les deux derniers de la saison d'avant-guerre. La rencontre oppose donc l'Osasuna Pampelune à l'Athletic Aviación. Les Madrilènes s'imposent sur le score de 3-1 et rejoignent donc la première division[79].

En 1941, dans une volonté d'effacer toute référence régionaliste (en l’occurrence basque), Franco fait "castillaniser" le nom du club qui devient l'Atlético Aviación. Il en est d'ailleurs de même pour l'Athletic Bilbao qui devient l'Atlético Bilbao (le club basque ne reprendra son nom d'origine qu'en 1977).

Si les 4 Ligas obtenus (1940, 1941, 1950, 1951) font de l'Atlético Madrid le favori de Franco, ce dernier s'en détourne lorsque le club perd de sa superbe, et se tourne vers l'autre grand club de la capitale : le Real Madrid, qui, par le jeu déployé et les succès rencontrés en coupe d'Europe, fut un brillant ambassadeur du régime et de l'Espagne. Toutefois, aucune preuve ne garantit de coup de pouce officiel, y compris la légende selon lequalle le régime franquiste aurait favorisé l'arrivée de la grande star Alfredo di Stefano dans le club madrilène au détriment du FC Barcelone. La vérité se trouverait dans un imbroglio financier entre les deux clubs espagnols et le Millonarios Fútbol Club[80],[81].

Le régime franquiste ne portait guère dans son cœur le FC Barcelone qui, à l'instar de l'Athletic Bilbao, adoptait une image régionaliste et rappelait la mort de Josep Sunyol, président du club fusillé par les troupes franquistes pendant la guerre civile. Toutefois, il convient de rappeler que ce même régime accorda au club catalan en 1957 - par l'intermédiaire de José María de Porcioles, maire franquiste de Barcelone - le droit de rendre constructible le terrain où se situait l'ancien terrain des Corts afin de financer le nouveau stade du Camp Nou. De même, en 1965, Franco signa un décret pour que d'autres terrains annexes aux Corts soient classés en tant que terrains constructibles, permettant au Barça de ne pas sombrer financièrement[82]. Ces "coups de pouce" sont à mettre en perspective avec les difficultés rencontrées par Santiago Bernabéu pour réunir les financements nécessaires à la construction du nouveau stade[83].

En 1976, malgré la transition démocratique, le drapeau basque est toujours interdit. Pourtant, le 5 décembre lors du derby basque opposant l'Athletic Bilbao à la Real Sociedad, les capitaines des deux équipes pénètrent sur le drapeau en tenant côte à côte un drapeau basque[réf. souhaitée]. Ces "coups de pouce" sont à mettre en perspective avec les difficultés rencontrées par Santiago Bernabéu pour réunir les financements nécessaires à la construction du nouveau stade[84].

En URSSModifier

De par sa nature totalitaire, le régime soviétique s'est immiscé dans le contrôle du sport via le système des Sociétés sportives volontaires (en). Ainsi, plusieurs organes d'État prirent le contrôle de ces sociétés et des clubs de football qui y étaient liés :

Le stade de football représente également l'un des rares espaces où peut s'exprimer la contestation contre le régime. En effet, se déclarer supporter de tel ou tel club a alors une signification politique majeure tandis que les chants des supporters contre les clubs dirigés par les organes de l'État étaient autant de cris d'opposition au régime.

Certains joueurs refusent même de jouer pour ces clubs. Parmi les plus fameux :

Dans les pays du bloc de l'EstModifier

Les régimes communistes d'Europe de l'Est opèrent le même contrôle sur le sport que le grand frère soviétique. Ainsi, plusieurs clubs dépendent d'organes de l'État, comme :

Il n'était pas rare par ailleurs que ces régimes "retiennent" les joueurs locaux en fixant une limite d'âge pour sortir du pays (généralement autour de 30 ans) voire en interdisant carrément tout transfert en déposant sur les joueurs un statut de "trésor national".

En Roumanie, la rivalité entre le Steaua Bucarest et le Dinamo Bucarest fut exacerbée par la rivalité politique entre Nicolae Ceaucescu et Alexandru Drăghici, respectivement à la tête de la Direction supérieure politique de l’Armée (avant de devenir président de la République socialiste de Roumanie) et du ministère de l’Intérieur. Malgré la disgrâce d'Alexandru Drăghici une fois Ceaucescu à la tête de la Roumanie, la rivalité se poursuivit, les fans du Dinamo accusant le Steaua d'être favorisé par la présidence de la République, et en particulier par le Valentin Ceaucescu, fils du chef d'État et grand fan du Steaua[92],[93].

Lors de la réunification allemandeModifier

À la suite du traité d'unification signé entre la République fédérale d'Allemagne (dite « Allemagne de l'Ouest » ou RFA) et la République démocratique allemande (dite « Allemagne de l'Est » ou RDA), la RDA adhère à la RFA.

En conséquence, le championnat de championnat de RDA se fond dans le championnat de RFA. La règle dite des « 2+6 » est décidée afin d'intégrer le football de l'ex-RDA dans le championnat ouest-allemand. Ainsi, deux équipes rejoignent la première division du championnat d'Allemagne de football (Bundesliga) et six la deuxième division. Les autres sont reléguées aux compétitions régionales et locales. En 2009, le dernier club issu de l'ex-RDA quitte la Bundesliga, où ne subsistent désormais que des clubs ouest-allemands. Les clubs de l'Est ont pâti d'un exode de ses meilleurs joueurs, attirés par des salaires plus attractifs de l'Ouest, ainsi que du démantèlement des Betriebssportgemeinschaften (de), les communautés sportives d’entreprises, qui ne furent pas remplacées pour financer les clubs[94],[95].

En ex-YougoslavieModifier

En ex-Yougoslavie, le football sert également de vecteur aux revendications nationalistes. La structuration des groupes ultras dès les années 1950 favorise cette dérive[96] et la mutation en groupes para-militaires actifs (comme les Tigres d'Arkan, notamment, ultras de l'Étoile rouge de Belgrade à la base) pendant la guerre civile des années 1990[97].

Symbole fort de ces tensions atteintes dans le football, le match du 13 mai 1990 opposant le Dinamo Zagreb à l'Étoile rouge de Belgrade fut le théâtre d'affrontements violents entre les deux camps (joueurs, policiers, supporters...).

Dans la Tchétchénie de Ramzan KadyrovModifier

Depuis son arrivée à la tête de la Tchétchénie en 2007, Ramzan Kadyrov - soutenu par le gouvernement russe - n'hésite pas à investir dans le club de football local pour séduire les masses[98],[99]

En 2011, pour l'inauguration du nouveau stade de 30 000 places l'Akhmad Arena (du nom du père de Ramzan Kadyrov et ancien président de Tchétchénie), le chef d'État organise un macth de gala avec d'anciens joueurs internationaux de renom (Diego Maradona, Luís Figo, Raï, Fabien Barthez, Manuel Amoros, Alain Boghossian, Franco Baresi, Steve McManaman, Robbie Fowler, Ivan Zamorano)[100]

En 2013, il insulte en pleine rencontre, via le micro du stade, l'arbitre du match opposant le Terek Grozny au Rubin Kazan [101].

En 2017, Ramzan Kadyrov décide de rebaptiser le nom du club en hommage à Akhmad Kadyrov, son père, ancien chef de la République de Tchétchénie[102].

Dans la France de Mai 68Modifier

Pendant les événements de mai 68, une soixantaine de footballeurs - soutenu par le Miroir du football, un mensuel proche du Parti communiste occupent de façon non-violente le siège de la Fédération française de football pendant cinq jours. Leur objectif est de "rendre aux 600.000 footballeurs français à leurs millions d'amis ce qui leur appartient : le football dont les pontifes de la Fédération les ont expropriés pour servir leurs intérêts égoïstes de profiteurs du sport"[103] via des mesures visant à améliorer les conditions de vie du footballeur : fin de la licence B, abrogation de la saison de huit mois et fin du contrat à vie entre le joueur et son club. Ces mesures seront effectives moins d'un an après l'occupation[104].

En AsieModifier

En IsraëlModifier

En Israël, la plupart des grands clubs de football dépendent d'une association sportive à vocation sociale voire politique :

De par ses origines sionistes, le Beitar Jérusalem voit certains de ses supporters entonner chants racistes envers les musulmans[105]. Certains groupes de supporters radicaux voire criminels, dont « La Familia », affichent même de la haine à l'encontre des musulmans[106]. Ainsi, en 2013, le recrutement de deux joueurs de confession musulmane (Gabriel Kadiev et Zaur Sadayev) provoque l'ire de « La Familia » qui les agresse lors d'entrainements, leur crachant dessus et les insultant, obligeant l'équipe à recruter des gardes du corps pour les protéger[107]. En février, les bureaux de la direction sont incendiés, détruisant les trophées du club[107]. Lors d'une rencontre, une partie des supporteurs quitte le stade lorsque, pour la première fois, Zaur Sadayev ouvre le score dans une rencontre[108].

En 2018, le club déclare vouloir se renommer le Betar Trump Jerusalem en hommage au président américain Donald Trump qui a reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël et y a transféré l'ambassade américaine[109].

En Chine, le football et la spécificité des régions autonomesModifier

Au TibetModifier

En 1981, à Dharamsala, est organisée la Gyalyum Chenmo Memorial Gold Cup (nommée ainsi en mémoire de Gyalyum Chenmo, mère de Tenzin Gyatso, le 14e Dalaï-lama). Ce tournoi est considéré depuis comme le tournoi de football le plus prestigieux organisé par la diaspora tibétaine installée en Inde.

En 1997, l'équipe du Tibet de football et l'association nationale de football tibétaine sont officiellement créées, sans pour autant être reconnues par la FIFA.

En 2015, une équipe constituées de joueuses tibétaines affronte une équipe chinoise lors d'un tournoi à Berlin[110].

En 2017, le Lhassa Chengtou devient le premier club tibétain à intégrer une ligue professionnelle chinoise[111].

Au Xinjiang : la minorité ouïghourModifier

Au Xinjiang, la minorité ouïghour n'hésite pas à se servir du football pour faire entendre sa voix[112].

En IndeModifier

Le 29 juillet 1911, le Mohun Bagan marqua l'histoire en devenant le premier club indien à remporter l'IFA Shield après avoir battu l'East Yorkshire Regiment en finale. La plupart des joueurs du Mohun Bagan étaient pieds nus alors que l'équipe d'East Yorkshire Regiment avait son équipement. Cette victoire fut et est encore considérée comme un événement majeur dans la lutte indienne pour la liberté et l'indépendance[113].

Toujours dans la ville de Kolkata, le Mohammedan SC est le club phare de la communauté musulmane[114].

En Corée du SudModifier

À cause des relations tendues avec son voisins nord-coréen, le régime sud-coréen maintient le service militaire obligatoire pour tout citoyen, à effectuer avant d'avoir 28 ans. Pour être exempté, un joueur professionnel de football doit remporter une médaille aux Jeux olympiques, ou une médaille d'or aux Jeux asiatiques. Une exception a été faite pour la sélection sud-coréenne en raison de son beau parcours lors de la coupe du monde 2002.

Pour l'immense majorité des footballeurs professionnels sud-coréens, des solutions alternatives ont été mises en place via deux clubs au statut particulier : le Sangju Sangmu FC, club de l'armée sud-coréenne accueille les joueurs effectuant leur service militaire actif (ceux qui intègrent un des corps de l'armée, comme l'armée de terre ou de l'air), et l'Ansan Mugunghwa FC - dit aussi Police FC -, club de l'unique organisation policière du pays accueille les joueurs réalisant un service non-actif (qui peut notamment être validé au sein d'un service public comme la police ou les pompiers). Les footballeurs professionnels coréens devant effectuer leur service militaire sont donc envoyés dans ces clubs deux saisons en prêt. Leur emploi du temps y est aménagé pour qu'ils puissent se former aux exercices militaires, tout en continuant de jouer au football à un niveau professionnel[115].

En Corée du NordModifier

Le régime de Corée du Nord opère le même contrôle sur le sport que les autres totalitarismes communistes. Ainsi, plusieurs clubs dépendent d'organes de l'État, comme :

De plus, la fédération nord-coréenne de football ne reconnaît pas le système international de transfert de joueurs. De plus, les équipes nord-coréennes ne sont pas autorisées par la fédération à s'aligner en compétitions continentales organisées par l'AFC.

En Amérique latineModifier

Au BrésilModifier

La démocratie corinthianeModifier

Pendant la dictature militaire, les joueurs des Corinthians - club de Sao Paulo combattirent la manière autoritaire par laquelle la direction du club contrôlait ses joueurs, de la même façon que les militaires gouvernaient le pays. Ce mouvement est nommé la démocratie corinthiane et fut reconnu à l'époque comme l'une des plus importantes actions menées dans l'intention de combattre la dictature.

Hormis les stars du championnat, les footballeurs vivent dans des conditions précaires et ne servent au régime qu'à instaurer la paix sociale. Les joueurs sont sous le joug de dirigeants de clubs corrompus au service du pouvoir[116]. C'est ce qui conduit l'international brésilien Sócrates, pourtant lui-même un de ces privilégiés, à déclarer :

« Quatre-vingt-dix pour cent des joueurs ont une condition de vie inhumaine. Soixante-dix pour cent gagnent moins que le salaire minimal. Si les joueurs l’acceptent, [les dirigeants] sont paternalistes. Sinon, ils sont autoritaires. »

— Sócrates[116].

En novembre 1981, les Corinthians, alors à la déroute sur le plan sportif, voient arriver comme nouveau président Adilson Monteiro Alves, un sociologue de trente-cinq ans s'étant opposé au régime dans sa jeunesse. Celui-ci propose aux joueurs de cesser de les payer par l'intermédiaire de primes de matches mais de redistribuer les recettes du stade et de la télévision à tous les salariés du club[116]. Au fur et à mesure, les joueurs commencent à prendre les décisions sportives collectivement : ils abolissent les mises au vert et décident eux-mêmes de la manière de préparer les matches, de l'organisation des déplacements et du recrutement des joueurs et des entraîneurs. Ils nomment ainsi Zé Maria, joueur du club et champion du monde 1970, entraîneur du club[116].

En novembre 1982, le régime alors en perte de vitesse permet l'élection du gouverneur de São Paulo, la première élection démocratique depuis le coup d'État de 1964. Les joueurs entrent alors sur la pelouse avec comme inscriptions sur leurs maillots des messages incitant les citoyens à aller voter. Le régime ne peut rien faire. Il ne peut pas non plus s'opposer par la suite à l'élection du président du club par les socios[116].

En 1983, en finale du Campeonato Paulista, les joueurs entrent sur le terrain avec une banderole « Gagner ou perdre, mais toujours en démocratie. »[116].

Le mouvement alors mené par Sócrates, Wladimir, Walter Casagrande et Zé Maria prend de l'ampleur et devient un des symboles de l'élan démocratique qui traverse le pays[116]. Il reçoit ainsi le soutien d'intellectuels tels que Washington Olivetto[117].

« Nous exercions notre métier avec plus de liberté, de joie et de responsabilité. Nous étions une grande famille, avec les épouses et les enfants des joueurs. Chaque match se disputait dans un climat de fête [...] Sur le terrain, on luttait pour la liberté, pour changer le pays. Le climat qui s’est créé nous a donné plus de confiance pour exprimer notre art. »

— Sócrates[116].

De plus, l'équipe développe un football très offensif et spectaculaire et enchaîne les succès, ce qui contribue à renforcer la sympathie du pays à l'égard du mouvement[116]. L'écrivain uruguayen Eduardo Galeano déclare à propos de cette période du club pauliste :

« Tant que dura la démocratie, le Corinthians, gouverné par ses joueurs, offrit le football le plus audacieux et le plus éclatant de tout le pays, il attira les plus grandes foules dans les stades et remporta deux fois de suite le championnat. »

— Eduardo Galeano[118].

Le mouvement protestataire critiquant l'organisation de la coupe du monde de football 2014Modifier

Le 17 juin 2013, des manifestations dans toutes les villes importantes du pays réunissent des dizaines de milliers de personnes pour protester contre les dépenses occasionnées par l'organisation de la Coupe du monde[119]. Le slogan « Brésil réveille-toi, un professeur vaut plus que Neymar ! » vise en particulier les constructions de stades considérées comme inutiles[120],[121]. Selon le journaliste sportif Jérôme Latta, « le contraste entre les dépenses somptuaires consenties pour l'édification de nouveaux stades et d'infrastructures, et les difficultés rencontrées par les populations […] fait fonction de détonateur de la mobilisation »[122]. Le président de la FIFA Sepp Blatter rejette les accusations des manifestants, les qualifiant d’opportunistes[122]. Plusieurs membres de l'équipe nationale affichent leur soutien aux contestataires, tandis que Pelé appelle au contraire à la fin des manifestations[123]. Le président de l'UEFA Michel Platini dit comprendre les raisons pour lesquelles le peuple brésilien descend dans la rue, mais demande la suspension des manifestations le temps de la Coupe du monde, afin de partager des valeurs positives autour de l'événement, ce qui se réalise.

Parmi les critiques récurrentes apparaissent également le retard de plusieurs chantiers (stades, infrastructures, transports) et la violence endémique[124].

Sont critiquées également les lois adoptées par le gouvernement de Dilma Rousseff, dites « loi générale de la Coupe », qui définissent des zones commerciales exclusives autour des stades au seul bénéfice des partenaires de la FIFA et instaurent des tribunaux d’exception pour sanctionner les atteintes à l'image de la FIFA[125].

Au ChiliModifier

Sous le régime de PinochetModifier

Carlos Caszely, considéré comme l'un des meilleurs joueurs chiliens de l'histoire, reçut lors de sa carrière l'affection du peuple souffrant de la dictature de par sa proximité avec la gauche chilienne. Caszely fut en effet un des rares footballeurs d'envergure à s'opposer ouvertement à la dictature de Pinochet[126]. Lors du départ de la sélection chilienne pour la coupe du monde 1974, il refusa de saluer Pinochet, geste fit le tour du monde. Or quelques jours plus tard, Caszely apprend que sa mère a été enlevée - il apprendra plus tard qu'elle fut torturée par les militaires - et ne peut s'empêcher de faire le rapprochement avec l'affront qu'il a fait subir à Pinochet[127]. Lors du referendum de 1988 portant sur la prolongation au pouvoir jusqu'en 1997 du général Pinochet, Caszely participe à un clip de campagne aux côtés de sa mère en faveur du non,ce qui selon certaines analyses aurait fait basculer 7% des indécis vers le non[128].

Pendant les manifestations de 2019Modifier

Le football chilien a été affecté par les manifestations de l'automne 2019. Le 5 novembre, le lieu de la finale de la Copa Libertadores prévu au Stade national de Santiago est transféré au Stade Monumental de Lima, au Pérou[129]. Ce même jour, la fédération chilienne annule un match amical entre le Chili et la Bolivie[130].

Le 13 novembre, ce sont les joueurs de la sélection nationale qui décident de ne pas disputer le match amical contre le Pérou prévu six jours plus tard[131].

En Afrique : de la sujétion sportive à l'omniprésence des États indépendantsModifier

Le football a été introduit en Afrique par les colons européens. D'abord réservés aux colons, ce sport s'est très vite diffusé dans les populations colonisées, devenant paradoxalement un vecteur d'émancipation tout en constituant un élément d'acculturation européenne[132],[133].

A partir des années 1950, la décolonisation a pour conséquence la fin de la sujétion sportive, la naissance de nouvelles fédérations et l'appropriation par les pouvoirs politiques de ce sport, la reconnaissance internationale passant également par la reconnaissance sportive. Cela a pour conséquence une omniprésence de l'administration étatique au sein des administrations sportives.

Football et décolonisationModifier

Le football a eu un impact important dans la décolonisation de l'Afrique, en favorisant l'affirmation du nationalisme et la lutte contre l'impérialisme via des clubs de football chargés de forts sentiments identitaires :

Le football est utilisé comme arme de propagande par le FLN durant la Guerre d'Algérie. Entre avril 1958 et mars 1962, l'équipe de football du FLN (surnommée le onze de l'indépendance) est un puissant ambassadeur de la cause algérienne — et ce malgré l'interdiction par la FIFA d'affronter cette formation — grâce à la participation de joueurs talentueux ou prometteurs qui aurait pu participer à la coupe du monde 1958 avec l'équipe de France (Rachid Mekloufi, Mustapha Zitouni, Abdelaziz Ben Tifour, Saïd Brahimi)[134].

Au Maroc : l'influence d'Hassan IIModifier

En 1956, le prince héritier Hassan II crée la Fédération royale marocaine de football

En 1958, Hassan II, toujours prince héritier, crée l’Association sportive des Forces armées royales, qui bénéfi ciera grandement de l'influence princière puis royale dans le recrutement des meilleurs joueurs du pays et la construction d'excellentes installations[135].

Dans le Zaïre de MobutuModifier

Arrivé au pouvoir en 1965, le président Mobutu Sese Seko réorganise rapidement le football congolais en investissant beaucoup d'argent et en rappelant des joueurs résidents dans l'ancienne puissance coloniale belge. Les succès sont rapidement au rendez-vous : les Léopards gagnent la CAN 1968 et la CAN 1974, et se qualifient pour la Coupe du monde 1974. Le président zaïrois, ravis de cette qualification, couvre les joueurs de cadeaux (prêt de l'avion présidentiel, cadeau d'une maison et d'une voiture...) et envoie une délégation importante de ministres et de forces armées à la coupe du monde. Toutefois, la sélection connaîtra pendant la compétition de gros déboires en partie due au pouvoir politique : entourage trop envahissant, primes non versées et menace de mutinerie, défaite 9-0 contre la Yougoslavie, menaces du président en cas de nouvelle humiliation contre le Brésil, geste inconsidéré d'Ilunga Mwepu contre le Brésil[136] et, finalement, élimination piteuse (3 défaites et 14 buts encaissés). Après ce désastre sportif, Mobutu se détournera du football zaïrois, laissant la sélection nationale sombrer dans la crise[137].

Dans l'Afrique du Sud ségrégationnisteModifier

De par la nature ségrégationniste du régime sud-africain, sa fédération de football instaura deux championnats nationaux : la National Football League (NFL), réservée aux blancs, et la South African Soccer League (SASL), réservée aux gens de couleur.

En 1972, Essop Moosa, un joueur d'origine indienne, est repéré par Berea Park, club de la NFL, malgré sa couleur de peau. Les dirigeants parviennent à le convaincre et le font jouer un match sous le faux nom d’Arthur Williams. Toutefois, les autorités découvrent la supercherie et ordonnent l'annulation du transfert[138].

Dans la prison de Robben Island, les prisonniers politiques se battirent pour obtenir le droit de jouer au football. Malgré les interdictions et les multiples punitions, une "fédération" (la Makana FA (en), du nom d'un guerrier xhosa enfermé à Robben Island après les guerres cafres) et un championnat composé de trois divisions sont créés[139].

Enjeux internationaux : guerres, boycoots et médiationsModifier

Quand le nationalisme prend le pas sur un certain « chauvinisme » sympathique, des problèmes graves peuvent apparaître dans les relations entre nations.

Conflits frontaliers en Amérique latineModifier

Des incidents frontaliers sont signalés après la finale de la Coupe du monde 1930 entre l'Uruguay et l'Argentine, tandis que 320 morts sont recensés lors d'émeutes après un match Pérou-Argentine le [140].

En 1969, un match de football marque ainsi le coup d'envoi d'une guerre qui reste sous le nom de Guerre du football ou guerre de Cent Heures. En match de barrage pour accéder à la phase finale de la Coupe du monde 1970, le Salvador s'impose 3-2 face au Honduras. Dans la foulée de cette victoire, le Salvador envahit le Honduras afin de régler un ancien conflit frontalier. Cette courte guerre fait plus de 2 000 morts et ne règle pas le problème entre les voisins[141].

Première Guerre mondialeModifier

En 1914, un match de foot se serait tenu lors d'une trêve de Noël entre soldats ennemis près des tranchées aux abords de la ville d'Ypres. Un lieutenant de l'armée française relate l'événement : "Nous avons marqué les buts avec nos képis. Les équipes ont été rapidement formées pour un match sur la boue gelée, et les Fritz ont battu les Tommies 3 à 2"[142]. En décembre 2014, l'UEFA a érigé un monument à Ploegsteert afin de célébrer le centième anniversaire de cet événement[143].

Seconde Guerre mondialeModifier

Dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, et plus particulièrement dans le contexte de l'opération Barbarossa, s'est tenu le fameux match de la mort, lors duquel l'équipe du FC Start (composé de membres du Dynamo Kiev dissous par les nazis) affronte une équipe composé de soldats de la Luftwaffe. Ce match est arbitré par un SS, qui ordonne aux Ukrainiens, qui refusent, de faire le salut nazi. Pendant la pause, (le score est de 2-1 pour les Ukrainiens), des soldats nazis entrent dans le vestiaire du FC Start en promettant aux joueurs qu'ils seront exécutés s'ils ne laissent pas gagner l'équipe adverse. En vain, le FC Start gagne la rencontre 5-3[144]. Après cet affront pour le Troisième Reich, un joueur ukrainien aurait été tué après avoir été torturé, puis trois autres joueurs auraient été assassinés à Babi Yar[144]. Cependant, ces imputations à charge des nazis pourraient être des inventions de la propagande soviétique[145],[146],[147].

En 1940, à Édimbourg, un derby entre Hibernians et Heart of Midlothian se tient sous un brouillard qui empêchait de voir à plus de deux mètres. Toutefois, en raison de la guerre, le gouvernement britannique ne souhaitait pas informer les Allemands sur l'état du ciel, et ordonna donc que le match se déroule comme prévu. Le commentateur de la BBC Bob Kingsley fut mis au courant de cette décision et effectua un commentaire "détaillé" du match en direct à la radio, malgré le manque total de visibilité. Pour cela, il mit en place un système de coursiers qui lui rapportaient les faits de jeu importants visibles depuis la ligne de touche (buts, corners). Néanmoins, beaucoup d'actions décrites furent imaginaires. Le score du match fut officiellement de 5 à 6 en faveur d'Heart of Midlothian[148],[149].

De 1940 à 1944, la Hongrie annexe la partie septentrionale de la Transylvanie, alors partie prenante de la Grande Roumanie. Ainsi, le Clubul Atletic Oradea intègre le championnat de Hongrie sous le nom de Nagyváradi Atletic Club et en remporte l'édition 1943-1944. Après la restitution de la Transylvanie à la Roumanie dans les frontières de 1939, le CA Oradea réintègre le championnat roumain, et remporte l'édition 1948-1949. Le club a ainsi accompli un exploit rare dans le football : remporter un titre de champion de première division dans deux pays différents[150].

Une légende lie ce conflit et le but controversé de Geoffrey Hurst lors de la finale de la Coupe du monde 1966. Le but fut validé par l'arbitre suisse Gottfried Dienst, qui hésitait et fut aiguillé par son juge de touche, le Soviétique Tofik Bakhramov, qui indiqua que la balle était bien entrée dans le but. Il est souvent dit que lorsqu'on lui demandait officieusement pourquoi il avait validé ce but, ce dernier répondait d'un simple mot : Stalingrad[151],[152],[153],[154].

Guerre froideModifier

Plusieurs actions de boycott ont lieu à partir des années 1960 dans le cadre de la guerre. Ainsi l'équipe d'Espagne de football refuse par exemple de rencontrer l'Union soviétique pour le compte des quarts de finale du championnat d'Europe des nations 1960[155].

L'instance dirigeante du football en Europe, l'UEFA, sort de sa neutralité politique en 1968 à la suite de invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie, ce qui conduit à la « crise des tirages au sort ». Un premier tirage au sort du premier tour de la Coupe des clubs champions européens 1968-1969 oppose des clubs issus du bloc de l'Ouest à d'autres issus du bloc de l'Est. Certains clubs refusent cependant de rencontrer des clubs des pays de l'Est en raison de l'invasion de la Tchécoslovaquie par le Pacte de Varsovie en août 1968. L'UEFA décide d'effectuer un deuxième tirage au sort en séparant les clubs des deux blocs issus de la Guerre froide. La majorité des huit clubs du bloc de l'Est se retirent alors de la compétition en signe de protestation contre cette décision et menacent de quitter l'UEFA. Depuis, la neutralité de l'UEFA est inscrite dans ses statuts[156].

En novembre 1973, afin de protester contre le coup d'État ayant renversé Salvador Allende, l'URSS déclare forfait pour le match de barrage retour des qualifications pour la Coupe du monde de football 1974. L'équipe soviétique fut éliminée par la FIFA sur application de l’article 22 de son règlement et déclarée perdante sur tapis sur le score de 2 à 0 (le match aller à Moscou s'était terminé sur un score nul 0 à 0). Malgré tout, la junte militaire décide d’organiser un simulacre de rencontre pour célébrer sa qualification et transforme l’événement en un spectacle de propagande[157]. Le but est inscrit par Francisco Valdés[158].

À noter, la rivalité entre la RFA et la RDA ne fut jamais exacerbée ni exploitée politiquement, même lors des victoires de la RDA contre la RFA aux JO de 1972 (compétition que la RDA remportera) et à la coupe du monde 1974[159].

En 1984, le boycott des JO de Los Angeles par les pays du bloc communiste se répercutera sur le tournoi de football remporté par l'Équipe de France, étant donné l'absence des habituelles équipes favorites de ce tournoi. En effet, de 1952 à 1980, la médaille d'or est toujours revenue à une équipe du bloc de l'Est (l'URSS remportera également l'or en 1988).

Dans l'Europe après la dislocation de l'URSSModifier

Tensions dans les BalkansModifier

À cause des guerres de Yougoslavie et de l'embargo international, la sélection yougoslave est exclue de l'Euro 1992.

Par la suite, les pays d'ex-Yougoslavie nouvellement indépendants créent chacun leur fédération de football et demandent leur reconnaissance auprès de la FIFA. C'est le cas de la Croatie et de la Slovénie dès 1992, de la Macédoine en 1994, de la Bosnie-Herzégovine en 1996. La Serbie fonde en 1992 avec le Monténégro la République fédérale de Yougoslavie, reconnue comme héritière de la Yougoslavie dans les instances sportives (FIFA, UEFA et CIO). Son équipe nationale fait ses débuts fin 1994 et retrouve la compétition officielle lors des qualifications pour la Coupe du monde 1998, à laquelle elle se qualifie en même temps que la Croatie. Avec la scission du Monténégro, dont la sélection nationale est reconnue en 2007, la Serbie reste seule héritière juridique et statistique de la Yougoslavie[160],[161].

Aujourd'hui, si les matchs entre ces anciens pays peuvent poser problème, les tensions se sont nettement apaisées au point que la création d'une Ligue des Balkans - héritier du Championnat de Yougoslavie - est un sujet qui émerge[162]. Les seules tensions diplomatiques qui résultent et influencent l'organisation de rencontres concernent les matchs des clubs et de la sélection kosovardes, dont le pays a été intégré en 2016 à l'UEFA et à la FIFA[163]. Ainsi, pour raison de sécurité, après le tirage au sort des éliminatoires de la coupe du monde 2018, l'UEFA déplace le Kosovo du groupe H au groupe I pour éviter une confrontation avec la Bosnie-Herzégovine[164]. De plus, en octobre 2019, la fédération kosovarde a interdit l'entrée sur son territoire du bus de l'Etoile rouge de Belgrade pour un match de coupe de Serbie contre le FK Trepča, club serbe basé au Kosovo[165].

Les tensions entre l'Albanie et les pays yougoslaves sont par contre encore fraîches, à l'instar du match Serbie-Albanie d'octobre 2014[166], des matchs du championnat de Macédoine dans lesquels jouent un des clubs macédoniens issus de la communauté albanaise : Shkëndija[167], Renova Džepčište et Shkupi[168] ou de manière indirecte lorsque des joueurs d'origine albanaise affronte la sélection serbe[169].

En Slovaquie, avec la minorité hongroiseModifier

Autres matchs sous tension, les rencontres opposants des clubs slovaques à des clubs hongrois ou au DAC Dunajská Streda[170].

Football au Haut-KarabaghModifier

Le football européen est affecté par la guerre du Haut-Karabagh, qui oppose l'Arménie et l'Azerbaïdjan.

Ainsi, en 2007, l'UEFA annule les deux rencontres opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan dans le Groupe A des éliminatoires de l'Euro 2008. L'Azerbaïdjian a refusé d'accueillir la sélection arménienne sur son territoire, et l'Arménie a refusé de jouer la rencontre sur terrain neutre. Vu l'absence de compromis, l'UEFA décida d'attribuer 0 points aux deux sélections pour l'ensemble des deux matchs. En 2013, afin d'éviter une nouvelle situation de ce genre, l'UEFA décida d'un aménagement particulier pour les éliminatoires de l'Euro 2016 : l'Azerbaïdjan et l'Arménie ne seront pas tirés au sort dans le même groupe.

Au niveau des clubs, le cas du Qarabağ FK (club azéri) est emblématique de la situation : localisé à Agdam dans le Haut-Karabagh, le club joue à Bakou depuis la fuite de l'ensemble de la population urbaine à cause de la prise de la ville par les Forces armées du Haut-Karabagh.

Lors des phases de groupes de la Ligue Europa 2016, le joueur du Borussia Dortmund Henrik Mkhitaryan se voit interdit d'entrée sur le territoire azerbaïdjanais du fait de sa nationalité arménienne et ne peut donc disputer un match opposant son équipe au FK Qabala[171].

Lors des barrages de la Ligue Europa Conférence 2021-2022, certains supporters de l'Olympique de Marseille ont déployé des drapeaux arméniens et une banderole « le Haut-Karabagh, c’est l’Arménie » dans l'enceinte du Qarabağ FK. En conséquence, l'UEFA a infligé une amende de 18 000 euros pour « messages provocateurs de nature politique, idéologique, religieuse ou insultante »[172].

L'admission de Gibraltar en tant que sélection officielleModifier

Lors du congrès de l'Union des associations européennes de football en janvier 2007, la Fédération de Gibraltar de football demande à être membre de l'UEFA, malgré l'opposition politique de l'Espagne. Mais l'UEFA refuse d'intégrer Gibraltar dans ses rangs. La sélection devient finalement membre provisoire le 1er octobre 2012, à la suite d'une décision du Tribunal arbitral du sport tenue en août 2011. Le 24 mai 2013, l'UEFA admet Gibraltar, devenant ainsi la 54e association membre[173].

Les conséquences de la guerre russo-ukrainienneModifier

En Crimée après l'invasion russe (en), et le référendum et l'annexion par la Russie en 2014, la question du rattachement des clubs de la région au championnat russe se pose, en particulier pour les deux principaux clubs (Tavria Simferopol et PFC Sébastopol)[174]. Si dans un premier temps l'UEFA accepte ce rattachement[175], elle décide finalement d'interdire aux clubs de Crimée d’évoluer dans le championnat russe sans l’aval de l'Association ukrainienne de football[176] et crée un championnat de football de Crimée (en).

Dans le Donbass, la guerre a détruit en 2014 la Donbass Arena , stade du Chakhtar Donetsk, ce qui contraint le club à s'entraîner à Kiev , puis à jouer ses matchs dans d'autres stades ukrainiens[177]. De même, le Zorya Louhansk évolue dans un stade différent de son enceinte habituelle.

A l'occasion de l'Euro 2020, l'Association ukrainienne choisit un maillot qui met en avant une carte du territoire du pays en incorporant la Crimée toujours rattaché à la Russie. On y retrouve aussi, inscrit dans le col, Слава Україні (Slava Oukraïni) et Героям слава (Heroiam slava) (« Gloire à l'Ukraine » et « gloire aux héros ») un slogan scandé lors du soulèvement populaire d'Euromaïdan et la Révolution ukrainienne de 2014. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères dénonce ces propos associés à des groupes nationalistes ayant combattu et coopéré lors de la Seconde Guerre mondiale avec les nazis[178]. A la suite des plaintes russes, l'UEFA impose une modification du maillot de l'Ukraine, jugeant « politique » la mention « Gloire à nos héros »[179].

Le 24 février 2022, à quelques jours de la fin de la trêve hivernale, le championnat d'Ukraine est suspendu à la suite de l'instauration de la loi martiale dans le contexte de l'invasion du pays par la Russie[180]. Autres conséquences, l'UEFA a décidé de délocalisé la finale de Ligue des Champions, prévue initialement à Saint-Pétersbourg, à Paris[181],[182], a disqualifié le Spartak Moscou de la Ligue Europa[183], puis a décidé que tous les clubs et équipes nationales de Biélorussie participant à ses compétitions devraient jouer leurs matchs à domicile dans des lieux neutres et à huis clos[184].

Le 2 mai 2022, l'UEFA écarte de nouveau les clubs et sélections nationales russes de ses compétitions pour la saison 2022 - 2023[185].

En ce qui concerne les élminatoires de la coupe du monde 2022, les trois nations concernées ou potentiellement concernées par un match de barrage contre la Russie (à savoir la Pologne, la Suède et la Tchéquie) ont fait connaître leur refus d'affronter la sélection russe[186]. Si, dans un premier temps, la FIFA s’était contentée d’ordonner à la Russie de jouer ses matchs sur terrain neutre et à huis clos, sans hymne ni drapeau, l'institution mondiale a ensuite exclu la sélection russe des éliminatoires de la coupe du monde.[187]. Compte-tenu des conflits, le match de barrage entre l'Écosse et l'Ukraine, initialement prévu en mars, est reporté en juin[188].

Au niveau du sponsoring, l'UEFA et Schalke 04 ont mit fin à leur partenariat respectif avec Gazprom[189],[190], et Adidas a suspendu son partenariat avec la sélection russe[191].

Les relations avec l'Afrique du Sud ségrégationnisteModifier

Si la sélection sud-africaine n'est pas sanctionnée dès l'instauration de l'Apartheid en 1948 (elle notamment l'un des membres fondateurs de la confédération africaine de football en 1956), sa suspension et son expulsion sont des sujets qui furent rapidement actés.

Interdits de participation à la CAN de 1957, les All Whites furent officiellement exclu par la CAF un an après.

Du côté de la FIFA, les sanctions sont plus lentes : affiliée depuis 1952, la fédération sud-africaine est suspendue en 1961 (malgré l'opposition de Stanley Rous, le nouveau président de la FIFA, pour qui le sport, et la FIFA en particulier, ne doit pas se mêler dans les affaires politiques) puis définitivement exclue en 1976 après la répression des émeutes de Soweto par le gouvernement sud-africain, et sous l'impulsion du nouveau président de la FIFA, João Havelange. La FASA n'est réintégrée à la CAF et à la FIFA qu'en 1992, après la fin du régime d'Apartheid.

Le conflit israélo-palestinienModifier

Le cas du conflit israélo-palestinien a également influencé l’organisation des compétitions sportives. À partir de 1974, Israël n’est affilée à aucune confédération en raison du refus des pays arabes de jouer contre des Israéliens. Israël est intégré à la zone Océanie en 1989, puis à la zone Europe en 1994.

Autre sujet de discorde, le maillot du CD Palestino de la saison 2014 dont le chiffre "1" représente la carte d'une partie de la Palestine mandataire avant la création de l'état d'Israël est interdit par la fédération chilienne de football.

En juillet 2017, le club grec Paniónios dispute le troisième tour qualificatif de la Ligue Europa 2017-2018 contre le club israélien du Maccabi Tel-Aviv. Lors du match retour, le club grec aligne Masoud Shojaei et Ehsan Hajsafi - internationaux iraniens (Shojaei est alors le capitaine de l'équipe). Or, comme l'Iran ne reconnaît pas l'existence de l'État d'Israël, les deux joueurs sont peu après bannis à vie de participation à la sélection iranienne[192],[193].

En juin 2018, est prévu un match amical entre les sélections argentine et israélienne. Initialement prévu à Haïfa, le match est relocalisé à Jérusalem. Or, dans un contexte tendu par la décision du président Donald Trump de déplacer l'ambassade américaine à Jérusalem, la fédération palestinienne de football, par la voix de son président Jibril Rajoub dénonce une utilisation politique de ce match, appelle à annuler la rencontre et menace de brûler des maillots du joueur star argentin Lionel Messi[194],[195]. Devant l'ampleur pris par l'événement, la fédération israélienne décide finalement d'annuler la rencontre[196],[197],[198].

La crise du GolfeModifier

À cause de la crise diplomatique qui l'oppose à certains pays du Moyen-Orient, le Qatar n'a pas pu organiser la 23e édition de la coupe du Golfe. Les fédérations des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite et du Bahreïn ont en effet refusé toute participation sur le sol qatarien. En finale, la sélection des EAU affronte l'équipe d'Oman, qui a déjà éliminé l'Arabie Saoudite et le Bahreïn (lui-même tombeur du Qatar). Oman sort vainqueur de la finale, déclenchant un grand mouvement de joie dans le pays mais aussi au Qatar, l’émir du Qatar adressant même ses félicitations au sultan d'Oman[199].

L'identité arabe en questionModifier

La 10e édition de la coupe arabe des nations organisée au Qatar en décembre 2021 soulève une controverse identitaire lorsqu'une dizaine d'associations écrivent une lettre au président de la FIFA pour se plaindre de l’emploi du terme « arabe » qui excluraient certaines populations comme les Amazighs ou les Kurdes qui vivent au sein des nations sélectionnées pour la compétitions[74].

Le football en tant qu'instrument de softpowerModifier

Au-delà de stratégies sportives ou nationale, le football est inclus par des Etats dans des stratégies d'influences géopolitiques à l'échelle internationale.

La principale stratégie consiste pour ces Etats à investir dans des clubs étrangers à très grande réputation :

Le Qatar investit également dans le paysage médiatique européen avec son réseau BeIn Sports, détenu là-aussi par Qatar Sports Investments, pour diffuser de nombreuses compétitions prestigieuses.

La Chine développe également la stratégie des stades : Depuis les années 1980, l'Etat chinois finance et bâtit une centaine d'enceintes africaines[202],[203]

Des cas de médiations diplomatiquesModifier

Le football peut également servir de médiateur diplomatique.

En 1997, le match Bolivie - France est organisé pour sceller une alliance diplomatique de circonstance. La Bolivie fait en effet partie des rares pays à ne pas s'opposer à la reprise des essais nucléaires français en 1995, en échange de l'organisation d'un match amical entre les deux nations à La Paz, lors de la visite officielle de Jacques Chirac en Bolivie. L'objectif ? Prouver à la FIFA qu'il est possible de jouer au stade Hernando Siles sans problème, bien que l'enceinte soit située à 3 637 mètres d'altitude. À cette occasion, le président bolivien Hugo Banzer Suárez remet le titre de « Grand condor des Andes » (la plus grande distinction du pays) au président français pour avoir défendu la cause andine et défié la FIFA[204].

En 1998, lors de la Coupe du monde en France, un match du groupe F opposant l'équipe des États-Unis à celle d'Iran permet de rapprocher les deux pays[205] — match remporté 2-1 par l'Iran.

En 2002, la Coupe du monde se tient conjointement en Corée du Sud et au Japon. Ne voulant pas trancher entre ces deux nations historiquement rivales, la FIFA a en effet décidé, contre toute logique sportive, de leur confier l'organisation de cette Coupe du monde afin de favoriser leur réconciliation[206].

En 2008-2009, l'Arménie et la Turquie ont accompagné leurs matches de sélection pour la Coupe du monde 2010 d'un rapprochement diplomatique. Cette "diplomatie du football" aboutit quatre jours avant le match retour en octobre 2009 à la signature d'un accord historique entre les deux pays[207],[208].

Des équipes qui défient les frontières officiellesModifier

Les clubs qui jouent dans un championnat étrangerModifier

Malgré une règle de la FIFA qui contraint les clubs à évoluer dans des compétitions organisées par la fédération dont dépendent les clubs, il existe plusieurs cas de clubs évoluant dans des championnats étrangers :

L'héritage footballistique des pays qui disparaissentModifier

Lorsqu'un pays disparaît, se posent différentes questions administratives et symboliques liées à son héritage footballistique, comme son siège auprès de la FIFA, de l'UEFA et du CIO, ou encore l'attribution de son palmarès. Si le pays intègre légitimement un autre pays, ces éléments sont annulés, tandis que si le pays se dissout, ces éléments sont attribués à l'un des nouveaux pays créé.

Héritage des pays dissous
Pays dissous Période d'existence Pays héritier Autre(s) pays
Tchécoslovaquie 1919-1993 Tchéquie Slovaquie
Yougoslavie 1920-1992 Serbie-et-Monténégro Croatie, Slovénie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine
Serbie-et-Monténégro 1994-2006 Serbie Monténégro
URSS 1924-1991 CEI Estonie, Lettonie, Lituanie
CEI 1992 Russie Arménie, Azerbaïdjan , Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan, Moldavie, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan, Ukraine

Le sélections des pays non-reconnus par la communauté internationaleModifier

L'affiliation d'une fédération à la FIFA est un sujet influencé par la géopolitique. L'article 11.1 des statuts de la FIFA stipule que "peut devenir membre de la FIFA toute association responsable de l’organisation et du contrôle du football dans un pays. Par pays, on entend dans ce contexte un État indépendant reconnu par la communauté internationale"[217]. Or certaines fédérations ne sont pas liées à un État indépendant. Ainsi, si l'ONU reconnaît 197 États, la FIFA compte 209 associations membres. Ce phénomène s'explique par la suite de l'article 11 : à l'aliéa 5, il est stipulé que "chacune des quatre associations britanniques est reconnue comme association membre individuelle de la FIFA." (ce qui s'explique par l'importance de l'Écosse, l'Irlande du Nord et le pays de Galles dans la naissance et le développement du football) ; à l'alinéa 6, il est écrit qu'"avec l’autorisation de l’association membre du pays dont elle dépend, une association d’une région n’ayant pas encore obtenu l’indépendance peut également demander l’admission à la FIFA".

En novembre 2003 est fondée la NF-Board, une fédération internationale de football regroupant des équipes non reconnues par la FIFA. Elle s'occupe de la coordination des matches de ses différents membres, et à ce titre, a organisé la Viva World Cup à partir de 2006. En 2013, à la suite de soupçons de malversation à l'encontre du NF-Board, le concept de la Viva World Cup est repris par la Confédération des Associations de football indépendants qui organise depuis 2014 la Coupe du monde de football ConIFA[218].

L'intervention d'autres juridictions dans le monde du footballModifier

De par leur ancrage dans des sociétés régulées par le droit, les acteurs du monde du football peuvent avoir à répondre de leurs actes devant d'autres juridictions.

L'encadrement des pratiques par le droit et la politiqueModifier

Les administrations nationales n'hésite pas à intervenir dans la gestion des affaires sportives. Si la FIFA accepte un certain encadrement des pratiques, elle n'hésite pas à punir d'exclusion tout club ou toute sélection nationale soumis à l'ingérence politique[219].

En 1995, la Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) rend l'arrêt Bosman, du nom du joueur qui contestait la conformité des règles régissant les transferts, au regard du droit de l'Union européenne. Cette décision établit l'illégalité des quotas de sportifs communautaires et de ceux de sportifs non communautaires ressortissant d’États ayant signé des accords d’association ou de coopération de l’Union européenne. Depuis cet arrêt, il n'est plus possible de limiter le nombre de sportifs dans une équipe ou une compétition professionnelle en fonction de leur nationalité. En conséquence, cette décision a entraîné des bouleversements dans les effectifs des plus grands clubs qui ont le pouvoir de recruter les meilleurs joueurs de clubs moins riches et ne sont plus obligés de se consacrer à la formation de joueurs locaux. Ce changement pèse également sur le rapport de force entre dirigeants et joueurs, les entraîneurs sont poussés à faire évoluer leur management pour ménager des joueurs plus libres qu'avant[220].

En 2002, la FIFA reconnaît la compétence du tribunal arbitral du sport, une institution internationale proposant un arbitrage ou une médiation dans le monde du sport, notamment pour les problèmes relatifs au dopage ou aux transferts.

Des pratiques illégales punies par la loiModifier

Différentes affaires de corruption ont défrayé l'histoire du football, et nombre d'entre elles se sont soldées par des condamnation pénales. Parmi les plus célèbres citons l'affaire de la caisse noire de l'ASSE, le Totonero, l'Affaire Standard-Waterschei, l'affaire VA-OM, le Calciopoli ou le Fifagate.

En 2016 sortent les Football Leaks, des scandales financiers et de corruption associés à la divulgation de plus de 18,6 millions de documents liés au fonctionnement des instances du football international, obtenus par Der Spiegel et traités par l'European Investigative Collaborations en collaboration avec plusieurs médias européens. Les fuites concernent des contrats, des transferts, des commissions et de l'évasion fiscale dans le monde du football et des pratiques de collusion. Rui Pinto, le lanceur d'alerte lié aux fuites, a été arrêtée à Budapest, en Hongrie, le 16 janvier 2019, à la demande des autorités portugaises pour suspicion d'extorsion qualifiée, de violation du secret et d'accès illégal à des informations[221],[222],[223].

Notes et référencesModifier

  1. Wahl, p. 91
  2. « Oscar Cox, le pionnier du football brésilien », sur SoFoot
  3. « Mais comment est né le football au Brésil ? », sur SoFoot
  4. « Les conquistadors du football brésilien », sur SoFoot
  5. Martial Debeaux, « Le Panionios, l'histoire en héritage », sur footballski.fr, (consulté le )
  6. « PAOK, l'aigle bicéphale du nord », sur Footballski
  7. Adrien Candau, « La révolution Dalkurd », sur SoFoot,
  8. « L’histoire d’un nom : Deportivo Armenio », sur Lucarne Opposée
  9. « L’histoire d’un nom : Club Deportivo Palestino », sur Lucarne Opposée
  10. « Toronto Croatia » (version du 23 avril 2001 sur l'Internet Archive),
  11. « Gaviao Kyikateje, football indigène au Brésil », sur www.fr.fifa.com
  12. « Mushuc Runa, quand les indigènes utilisent le football pour gagner en reconnaissance », sur Lucarne Opposée
  13. « Conflits et identités en Catalogne » par Gabriel Colomé, dans Le Monde diplomatique, Manière de voir no 39, mai-juin 1998, p. 57
  14. James Walvin, The People's Game. The History of Football Revisited
  15. a et b « Passions nationales » par Ignacio Ramonet, dans Le Monde diplomatique, Manière de voir, n°30, mai 1996
  16. Rick Broadbent, Kaka’s outpouring of faith brings joy to leaders within Christian community. 25 mai 2007, Times Online. Consulté le 13 janvier 2010.
  17. Deporte, El Vaticano bendice el fútbol del Barça. 28 mai 2009, La Vanguardia. Consulté le 13 mai 2010.
  18. « Hakoah Vienne, histoire d'un monument juif », sur Footballski
  19. « L’histoire juive de l’Ajax Amsterdam », sur What's the foot.
  20. « Tottenham, la crise yiddentitaire », sur sofoot
  21. (en) Alan Unterman, Historical Dictionary of the Jews, Scarecrow Press, , 276 p. (ISBN 978-0-8108-7508-1, lire en ligne), p. 23
  22. Laurence Prudhomme-Poncet, « Mixité et non-mixité : l’exemple du football féminin »
  23. (es) « "Marigol": Blatter justifica decisión », sur bbc.co.uk, (consulté le )
  24. (en) Jo Tuckman, « It's a man's game », sur guardian.co.uk, (consulté le )
  25. (en) « Bibiana Steinhaus devient la première femme à arbitrer en Bundesliga », sur 20minutes.fr,
  26. (en) « Stéphanie Frappart va devenir la première femme à arbitrer lors d’un Euro masculin », sur lemonde.fr
  27. (en) « Salima Mukansanga en passe de devenir la 1ère femme arbitre lors d’une CAN », sur agendaniamey.com
  28. « Una boliviana dirigirá a Hijos de Acosvinchos »
  29. (en) foot a hong kong une femme entraîneur mène son équipe au titre, boursorama, 17 mai 2016
  30. Prudhomme-Poncet 2003, p. 218.
  31. (en) « Twenty-Five Years After Title IX: Women Gain in Steps, Not Leaps », National Organization for Women, (consulté le )
  32. (it) Luca Bardoni et Gabriele Cecchi, Annuario des calcio femminile 1999-2000, Fornacette (PI), Mariposa, page 4.
  33. (it) Luca Bardoni et Gabriele Cecchi, op. cit., page 230.
  34. Prudhomme-Poncet 2003, p. 223.
  35. >Prudhomme-Poncet 2003, p. 224.
  36. (es) « Del Bosque cree que las jugadoras no han seguido los cauces correctos », sur Marca.com, (consulté le )
  37. « Mondial 2019 : les inégalités salariales, l’autre match du foot féminin », sur Sud Ouest
  38. « Coupe du monde féminine: Salaires, conditions de travail, reconnaissance... A Guingamp, les footballeuses se sont battues pour leurs droits », sur 20 Minutes
  39. « Les joueuses en grève illimitée en Espagne », sur L'Equipe
  40. « Les Iraniennes au stade de la révolte », sur sofoot
  41. « Les femmes autorisées à se rendre dans les stades en Arabie Saoudite », sur sofoot
  42. « L’UEFA ne veut plus de matchs dans des pays où les femmes ont un accès limité aux stades », sur Le Devoir
  43. Érik Bielderman, « Je suis joueur de foot et je suis une femme », L'Équipe magazine, no 1715,‎ , p. 66-72.
  44. DH Les Sports+, « Léon Mokuna, premier joueur de couleur à jouer pour l'équipe nationale belge, est décédé », sur DH Les Sports +, (consulté le )
  45. (en) « Colourful Pioneers » sur le site de RSSSF. Consulté le 28 mars 2008
  46. « Une statue pour Jack Leslie, qui aurait dû être le premier international anglais noir ? », sur lequipe.fr
  47. (en) Adam Brown, op. cit., p.78
  48. « Webo, Coltescu et le chaos », sur sofoot
  49. « Benzema: « Deschamps a cédé sous la pression d'une partie raciste de la France » »
  50. « Mesut Özil quitte la sélection d'Allemagne, dénonçant le "racisme" dont il est victime »
  51. « Patrice Evra accuse Luis Suarez de racisme »
  52. « Les cinq questions pour comprendre le phénomène socios », sur Le Figaro,« Qui sont les socios ? », sur sofoot
  53. Sébastien Louis, Le phénomène ultras en Italie : historique du mouvement des groupes de supporters-ultras de 1968 à 2005, Paris, Mare & Martin, , 263 p. (ISBN 2-84934-022-7)
  54. Marwan Chahine, «Ce ne sont pas des hommes qui ont fait ça aux enfants d'Egypte !», sur www.liberation.fr, ,« Al-Ahly, des Ultras révolutionnaires »
  55. « Quand le supportérisme et la politique s’imbriquent : les groupes de supporters Beleştepe et Çarşı »
  56. « En Algérie, les stades contre le pouvoir »
  57. The Guardian When did football hooliganism start?.
  58. Bodinas Dominique et al., « Racisme, xénophobie et idéologies politiques dans les stades de football », Raisons politiques 1/ 2008 (no 29), p. 147-167 URL : cairn.info/revue-raisons-politiques-2008-1-page-147.htm.
  59. Pour la loi italienne anti-hooliganism, voir (it) Giampiero Buonomo, « Prevenzione contro i tifosi violenti: effetti perversi di una norma oscura » Diritto e giustizia, 30 marzo 2002.
  60. « Qui sont vraiment les hooligans russes »
  61. « Qu'est-ce que le hooliganisme à la russe ? »
  62. « Euro 2016 : « Les hooligans russes ont mené un raid comme un commando paramilitaire » »
  63. « Euro 2016 : à Marseille, des hooligans russes "très organisés" face à des hooligans anglais "de circonstance" »
  64. L'Équipe Magazine, no 1356 du 5 juillet 2008, p. 62
  65. « Pourquoi au foot, la tribune populaire s’appelle le Kop ? », sur francetvinfo.fr
  66. « L’histoire d’un nom : Cerro Porteño », sur Lucarne opposée
  67. « Mais qui es-tu le Skënderbeu Korçë », sur SoFoot
  68. « Botev Plovdiv, le résistant bulgare », sur Footballski
  69. « L’histoire d’un nom : Sarmiento », sur Lucarne opposée
  70. « L’histoire d’un nom : Alianza Lima », sur Lucarne opposée
  71. « Zalgiris Vilnius, une légende balte »
  72. « Ararat Erevan, exception arménienne soviétique »
  73. « Bordel, ça vient d'où ce "Borussia" », sur sofoot
  74. a et b « Coupe Arabe - Dix associations ont écrit à la Fifa, s’estimant exclues par le terme « arabe » », sur Ouest France
  75. Wojciech Liponski (s.d.), op. cit., p.195
  76. « Le football en attendant la mort », sur So Foot
  77. « Franco, Atléti et Real : mythes et réalités »
  78. « Le sport dans l'Espagne Franquiste »
  79. (en) José Vicente Tejedor Carnicero, « Spain, Final Tables 1939-1949 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le )
  80. « L'affaire Di Stefano ou la naissance du football mondialisé », sur Cahiers du Football
  81. « Qui a volé Di Stefano ? », sur SoFoot
  82. « De l'Athletic et du Barça sous Franco - Quand le Caudillo sauve le Barça de la banqueroute », sur SoFoot
  83. Aurélien Ros, « Le Real Madrid, joyau de l'Espagne franquiste »
  84. « Le derby de l'ikurriña », sur Real Sociedad
  85. « Sport et société en URSS : l'armée », sur Footballski
  86. « Sport et société en URSS : l'armée de l'air », sur footballski
  87. « Dynamo, le pouvoir en mouvement », sur Footballski
  88. « Sport et société en URSS : les services secrets », sur footballski
  89. « Semaine spéciale Lokomotiv Moscou : Le Lokomotiv et les Chemins de fer russes », sur footballski
  90. (en) Peterjon Cressell et Simon Evans, op. cit., p.451
  91. « Nicolai Starostin, du Spartak Moscou au goulag », sur Footballski
  92. « Steaua-Dinamo, histoire du grand derby de Bucarest par », sur Footballski
  93. Hadrien François, « Steaua-Dinamo, le match sans fin Ceaucescu-Drăghici », sur Footballski
  94. « #2 Octobre rouge : football, identite et tradition en ex-RDA », sur footballski.fr (consulté le )
  95. « Le foot en Allemagne reflète fortement ce que vivent les Ossies », sur sofoot
  96. Glamocak Marina, La transition guerrière yougoslave, Paris, L'Harmattan, 2002, p.173-174 (ISBN 2747521893)
  97. Entretien avec Jean-Arnault Derens, spécialiste des Balkans, dans Les Cahiers du football, le 16 février 2005. Consulté le 14 avril 2008.
  98. « Kadyrov Maître tchétchène et roi du foot », sur Libération
  99. « Le Terek enfin grand ? », sur SoFoot
  100. « Maradona, Figo et Boghossian mouillent le maillot en Tchétchénie », sur Le Monde
  101. « Kadyrov insulte un arbitre en plein match au micro du stade », sur Libération
  102. « Le Ramzan Kadyrov FC », sur SoFoot
  103. « "Le football aux footballeurs" : l'étonnant Mai-68 des joueurs de foot français », sur Le Nouvel Obs
  104. « Mai 68: Sous les pavés, le football... Quand des joueurs amateurs ont occupé la FFF pendant 5 jours », sur 20 Minutes
  105. « «Nous représentons la coexistence pacifique avec les Arabes» - Les Cahiers du football », sur www.cahiersdufootball.net (consulté le )
  106. N. Bu., « La Familia, les hooligans racistes du Beitar Jérusalem », sur www.dhnet.be (consulté le )
  107. a et b (en) Max Blumenthal, Goliath : Life and Loathing in Greater Israel, Nation Books, (ISBN 978-1-56858-951-0, lire en ligne), p. 249
  108. Franck Berteau, Le dictionnaire des supporters : côté tribunes, Stock, , 486 p. (ISBN 978-2-234-07363-0, lire en ligne), p. 133
  109. « Israël: en l'honneur du président US, le club de foot de Jérusalem se renommera "Beitar Trump" », sur i24NEWS
  110. « La Chine, le Tibet et le football », sur SoFoot
  111. « Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise », sur SoFoot
  112. « Ouighou toujours », sur SoFoot
  113. « Le jour où les Indiens ont battu les Anglais pieds nus », sur sofoot
  114. « Eternel Mohammedan », sur sofoot
  115. « Corée du Sud, l'autre armée rouge », sur sofoot.com
  116. a b c d e f g h et i « Sócrates et la Démocratie corinthiane », Les Cahiers du football, avril 2004.
  117. (pt) « Washington Olivetto e a Democracia Corinthiana », professorcortez.com, 28 septembre 2010.
  118. Le Monde diplomatique, août 2003.
  119. Nicolas Bourcier, « La contestation sociale enflamme le Brésil », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037)
  120. Florence Thomazeau, « Le football brésilien au centre de toutes les tensions », France24,‎ (lire en ligne)
  121. (pt) Pedro Simon, « Uma tarefa para a compreensão democrática », Jornal do Brasil,‎ (lire en ligne)
  122. a et b Jérôme Latta, « Au Brésil, le social plus fort que le football », sur http://latta.blog.lemonde.fr, Une balle dans le pied, (consulté le )
  123. « Brésil: le roi Pelé s'attire les foudres des manifestants », RFI,‎ (lire en ligne)
  124. Lamia Oualalou, « Le Brésil est-il prêt pour la Coupe du monde de football ? », Le Figaro, 12 mai 2014, page 17.
  125. Au Brésil, la Fifa fait la loi pendant le Mondial.
  126. (es) « Carlos Caszely: Nunca saludé ni le di la mano a Pinochet en un acto oficial », sur www.cooperativa.cl, (consulté le )
  127. « La véritable histoire des coupes du monde »
  128. « Caszley, l'homme qui a dit non à Pinochet », sur SoFoot
  129. « Crise au Chili: la finale de la Copa déplacée de Santiago à Lima », sur lapresse.ca, La Presse, (consulté le )
  130. « Le match Chili - Bolivie annulé à cause de la crise chilienne », sur Ouest France
  131. (es) « Comunicado oficial sobre el partido de La Roja ante Perú »
  132. N. Bancel et J.-M. Gayman, Du guerrier à l’athlète. Éléments d’histoire des pratiques corporelles, Paris, PUF, 2002, p. 329
  133. B. Deville-Danthu, « Noirs et Blancs sur les terrains de sport : un rendez-vous manqué ! », in P. Arnaud et A. Wahl (dir.), Sport et relations internationales pendant l’entre-deux-guerres, Villeurbanne, UFRAPS-CRIS, 1993, p. 187-198
  134. coll., Le football africain, Paris, ABC, 1977, « 1958-1962 : FLN. Les footballeurs de la Révolution » (pages non numérotées / 4 pages traitent ce point en début d'ouvrage)
  135. "Jeu et joug", SoFoot, n°152 du 7 décembre 2017
  136. « Ilunga Mwepu lors de Zaïre - Brésil à la Coupe du monde 1974 », sur YouTube
  137. « L'étrange désastre qu'a été la seule Coupe du monde du Zaïre », sur Vice Sports
  138. « South African who lost his best years to apartheid », sur South African who lost his best years to apartheid
  139. More than just a game - Football vs Apartheid, Chuck Korr, Marvin Close
  140. Jean-François Bourg, op. cit., p.229
  141. David Goldblatt, Encyclopédie du football, op. cit., p.517
  142. « Trêve de Noël 1914 : un match de football dans le "no man's land" », sur France 24
  143. « L'UEFA commémore le 100e anniversaire de la Trêve de Noël de la Première Guerre mondiale », sur Site de l'UEFA
  144. a et b David Thomas, Un match de football symbole de la résistance ukrainienne en 1942, consulté le 27 juillet 2014
  145. Jonathan Wilson, « Death Match myths and the mystery of the black eagle »,
  146. The Guardian, 11 mars 2008.
  147. « 1942 : Le 'Match de la mort' », sur Euronews, 22 mai 2012
  148. « Classic match: Hibs v Hearts, New Year’s Day 1940 », sur Scotsman
  149. SoFoot, n°152 du 7 décembre 2017
  150. « CA Oradea, champion de deux pays », sur Footballski
  151. « Nooit meer Tofik Bakhramov en Blatter lachte », sur Voetbal International
  152. « Tofiq Bahramov, the ‘Russian linesman’ », sur East of Elveden
  153. « Tofiq Bakhramov ou la vengeance du 'Russian Linesman' », sur SoFoot
  154. « Le Mondial 1966 expliqué par la bataille de Stalingrad », sur Sport Magazine
  155. Maumon de Longevialle 2009, p. 65
  156. Maumon de Longevialle 2009, p. 68
  157. « Chili-URSS 73, les fantômes du Nacional », sur Les Cahiers du football (consulté le ).
  158. (es) [vidéo] Gol fantasma de Francisco Chamaco Valdez sur YouTube.
  159. « Sparwasser 1974, au-dessus du mur », sur Cahiers du football
  160. (sr) « NEMA DILEME: Hrvati priznali da Srbiji pripadaju sve jugoslovenske medalje », Telegraf.rs,
  161. (sr) « Sve medalje naših reprezentacija », Radio B92
  162. « Vers une ligue des Balkans », sur Footballski
  163. « Kosovo and Gibraltar assigned to 2018 FIFA World Cup qualifying groups », sur FIFA.com,
  164. (en) « Kosovo to play in Group I in European Qualifiers », sur UEFA.org,
  165. (en) « L'Etoile rouge de Belgrade interdite d'entrée au Kosovo », sur sofoot
  166. « Un drone et un drapeau, puis le chaos lors d'un match Serbie-Albanie », sur Le Monde
  167. « KF Shkëndija, une étincelle dans la poudrière des Balkans », sur Footballski
  168. « Shkupi, la troisième force albanaise de Macédoine », sur Footballski
  169. « Serbie-Suisse: ce que voulait dire la célébration des buteurs Shaqiri et Xhaka », sur Huffington Post
  170. « Les Hongrois en Slovaquie, récit d'une fracture », sur Footballski
  171. « Pourquoi Mkhitaryan n'ira pas en Azerbaïdjan », sur Sofoot
  172. « L'OM puni par l'UEFA à cause des "messages provocateurs" diffusés déployés par ses supporters à Qarabağ », sur Sofoot
  173. Communiqué de l'UEFA
  174. « La tension monte entre l'Ukraine et la Russie », sur Footballski
  175. « La Crimée intègre le championnat russe », sur SoFoot
  176. « L'UEFA tranche sur la question de la Crimée », sur Footballski
  177. « Le Shakhtar Donetsk, ce grand exilé », sur Le Monde
  178. « Les maillots de l'Ukraine font polémique en Russie », sur sofoot
  179. « Euro : l'UEFA demande à l'Ukraine de changer de maillot », sur footmercato
  180. « Le championnat d'Ukraine suspendu à cause de la guerre contre la Russie », RMC Sport, (consulté le )
  181. « La finale de Ligue des champions n'aura pas lieu en Russie », sur sofoot
  182. « La finale de Ligue des champions se jouera au stade de France », sur sofoot
  183. « Leipzig qualifié pour les quarts de finale de Ligue Europa après l'exclusion du Spartak Moscou », sur lequipe.fr
  184. « Le Belarus contraint de jouer sur terrain neutre et sans public », sur sofoot
  185. « Ligue des Champions, Ligue des Nations, Euro : l'UEFA annonce de nouvelles sanctions contre la Russie », sur www.footmercato.net/
  186. « La Suède refuse à son tour de jouer contre la Russie en barrage du mondial », sur sofoot
  187. « La FIFA et l'UEFA excluent la Russie de la coupe du monde 2022 », sur sofoot
  188. « Le barrage Écosse-Ukraine, en qualifications pour la Coupe du monde 2022, reporté », sur lequipe
  189. « L'UEFA met fin à son partenariat avec Gazprom », sur sofoot
  190. « Schalke et Gazprom, un divorce inévitable à l'heure de la guerre en Ukraine », sur sofoot
  191. « Adidas suspend son partenariat avec la sélection russe », sur sofoot
  192. (en) Thomas Erdbrink, « Iran Bans Two Soccer Stars for Playing Against Israelis », The New York Times,
  193. (en) Barney Henderson, « Iran bans two footballers for life for playing against Israel's Maccabi Tel Aviv », The Telegraph,
  194. « La Palestine ne veut pas que Messi joue contre Israël », sur SoFoot
  195. « Football: les Palestiniens appellent Messi à ne pas affronter Israël à Jérusalem », sur The Times of Israël
  196. « Pourquoi Israël-Argentin est annulé ? », sur SoFoot
  197. « Rajoub : « nous avons protesté contre le match parce qu’il se joue à Jérusalem » », sur The Times of Israël, (consulté le ).
  198. « Rajoub: « Nous avons protesté contre le match parce qu’il se joue à Jérusalem » », sur The Times of Israël
  199. « Le football frappé par la crise du Golfe », sur Cahiers du football
  200. « L'Arabie Saoudite abandonne le projet de rachat de Newcastle », sur sofoot
  201. « Ces clubs, aussi, sont passés sous pavillon chinois », sur RTL Info
  202. « En Afrique, la diplomatie chinoise des stades »
  203. « Par la « diplomatie des stades », la Chine étend son influence en Afrique », sur sofoot
  204. « Le jour où un doublé de David Hellbuyck en Bolivie a consolidé la diplomatie française », sur sofoot
  205. Yvan Gastaut, « États-Unis/Iran 1998 », wearefootball.org
  206. « Le football dans le concert des nations », sur le site du CNRS, en mars 2002. Consulté le 13 avril 2008.
  207. « La "diplomatie du football" rapproche la Turquie et l'Arménie »
  208. « Deuxième mi-temps de la diplomatie du football entre Ankara et Erevan »
  209. Un club gallois en Premier League, www.sofoot.com, 31 mai 2011.
  210. La nouvelle vie des Wellington Phoenix, www.pkfoot.com, 11 octobre 2011.
  211. Berwick lorgne vers le jardin écossais, www.liberation.fr, 6 juin 2001.
  212. Avec Messi, Piqué veut faire d'un club andorran le Monaco de la Liga, www.lefigaro.fr, 9 janvier 2019.
  213. Montréal en MLS : étude d'Impact, www.cahiersdufootball.net, 18 mars 2012.
  214. Le réveil portoricain, www.fifa.com, 21 février 2008.
  215. Ballade irlandaise - Derry City, l’amour du football, www.toutlemondesenfoot.fr, 30 novembre 2013.
  216. Le football à Saint-Marin, www.calciomio.fr, 3 août 2011.
  217. « Les statuts de la Fifa », sur www.fr.fifa.comm
  218. « Chauvinisme et bouts de ficelle : bienvenue dans le foot version Conifa », sur L'Obs, (consulté le )
  219. « La Fifa sourcilleuse sur l'indépendance des fédérations nationales », sur lepoint.fr
  220. Patrick Oberli, « Football. L'arrêt Bosman oblige les entraîneurs à être moins dirigistes », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  221. The brains behind Football Leaks named Marca
  222. Hacker behind 'Football Leaks' arrested in Hungary ZDNet
  223. Catarina Demony et Gonçalo Almeida, « Arrested Portuguese hacker is Football Leaks 'whistleblower': lawyers », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux utilisés pour la rédaction de cet article sont suivis du symbole  .