Fontenoy-sur-Moselle

commune française du département de Meurthe-et-Moselle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontenoy et Moselle.

Fontenoy-sur-Moselle
Fontenoy-sur-Moselle
Place de la mairie et de l'église.
Blason de Fontenoy-sur-Moselle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Arrondissement de Toul
Canton Le Nord-Toulois
Intercommunalité Communauté de communes Terres Touloises
Maire
Mandat
André Magnier
2014-2020
Code postal 54840
Code commune 54202
Démographie
Population
municipale
374 hab. (2017 en augmentation de 2,19 % par rapport à 2012)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 43″ nord, 5° 58′ 55″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 264 m
Superficie 5,54 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte administrative de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenoy-sur-Moselle

Fontenoy-sur-Moselle est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle, en région Grand Est.

GéographieModifier

 
Fig1 - Fontenoy (ban communal)

La commune est traversée par la Moselle et par la ligne Paris-Strasbourg. Les chroniques historiques et archéologiques signalent un ancien chemin traversant la commune d'est en ouest dit chemin "Brabant"[1].

D’après les données Corine land Cover, le ban communal de 554 hectares comprend en 2011, plus de 40% de terres arables et de prairies, près de 36% de forêt et zones arbustives, 14.5% de surfaces agricoles diverses et 2% de zones industrielles et urbanisées[2].

Le territoire est desservi par les routes départementales 191a et 90 et traversé par le canal de la Moselle, le relief de plateau au-dessus des cours d'eau est aussi entaillé de petites vallées menant aux bois juré et bois essarté.(Fig1 - Fontenoy (ban communal))

La Moselle sauvage accueille une installation de loisirs nautique sur cette commune[3]

ToponymieModifier

Ecclesia S. Laurentii in villa Fontanetum (xe siècle) ; Predium quod dicitur Fontiniacum ; Fontigniacum ; Ecclesia de Fonteniaco (1091) ; Fonterniacum (1107) ; Fontanetum (1172) ; Fontenetum (1358) ; Fontenoy-lez-Gondreville (1514) et Fontenoy-sur-Moselle (1779), sont les graphies recensées par le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[4].

Le nom du village apparaît donc sous une forme latine Fonteniaco, déjà modifiée, en 1091 et Fontiniaco en 1107. On a ensuite l'ancien français « Fonteneis » en 1125 ; enfin les formes modernes Fontenoy-lez-Gondreville en 1514, Fontenoy-en-Haye et Fontenoy-sur-Moselle en 1779. Ce toponyme vient de l'anthroponyme latin Fontinius et du suffixe gallo-romain -acum, ce type de formation remonte à l'Antiquité tardive (IVe siècle-VIIe siècle) [5]. La signification est transparente en la rapprochant du mot latin Fons, ontis[6] signifiant source, fontaine.

La micro-toponymie appuie l'hypothèse qu' avant la Révolution, il y avait un signe patibulaire planté au lieu-dit la Justice[7],[8].

HistoireModifier

 
Blason des Le Preud'Homme, comtes de Fontenoy, les trois chevrons sont d'or.

PréhistoireModifier

J Beaupré signale dans son ouvrage[9] :

«On voit au Musée Lorrain des pointes de flèches, des couteaux et des grattoirs en silex venant de Fontenoy»

AntiquitéModifier

Beaupré signale également, mais sur le territoire de la commune voisine[9] :

«En 1835, à la Croix Sainte-Anne, sur le chemin de Gondreville à  Fontenoy (fig1), dans une gravière, on découvrit une vingtaine de sépultures où les squelettes reposaient dans des caissons en pierres sèches »

et aussi Henri Lepage :

«Vers 1835; en défrichant le Bois-Juré  (fig1),on découvrit une statuette en pierre, d'une bonne exécution, qui fut acquise par M. le baron de Vincent. On a trouvé aussi, dans ce défrichement,et en différents endroits du territoire, des monnaies, qui ont été vendues... »[10]

Cet historien émet l'hypothèse que le village s’étendait plus à l'ouest vers Gondreville en citant la découverte de traces d'habitations qui pourraient correspondre à un établissement (agricole ?) de l’époque romaine détruit lors des invasions autour de la chute de Rome.

Moyen-âgeModifier

Lepage indique dans son ouvrage[10] :

«Fontenoy possédait un château féodal dont les derniers vestiges (quelques débris des tours) ont complètement disparu, lors de l'établissement du chemin de fer et en particulier de la station qui en occupe l'emplacement. C'était, au commencement du XVIIe siècle, une maison bien forte, de grande et ancienne marque, avec chapelle castrale, parterre, jardin,...»

Il nous apprend aussi que le bienheureux Jean de Gorze[11], à l'origine de la réforme monastique du Xe siècle, eut la cure de Fontenoy jusqu'en 933 et que ce château fort existât dès le XIIe siècle et fut érigé en Chef-lieu de comté de 1625 à la Révolution et qu'enfin le village fut de nouveau ravagé par la peste, ruiné et abandonné à l'époque de la guerre de Trente-Ans, de 1630 à 1640.

Époque moderneModifier

Le 22 janvier 1871, pendant la guerre franco-prussienne, à 5 heures du matin le poste prussien qui gardait le pont de Fontenoy-sur-Moselle est surpris et massacré ou fait prisonnier par les chasseurs des Vosges[12],[13].
En représaille, le village fut pillé et brûlé en 1871 par les Prussiens qui reprochaient aux villageois d'avoir participé à la destruction du pont de la ligne de la Compagnie des chemins de fer de l'Est, ligne de Paris à Strasbourg[14],[15].

Le territoire communal portait une ancienne « batterie de Fontenoy »[16]  (fig1) qui faisait partie du système de fortifications de la place forte de Toul au XIXe siècle et à laissé place aujourd'hui à un site d'entreprise.

AnecdotesModifier

  • Le , un accident survient au rapide 32 qui partait de Nancy à 16 h 15 en direction de Paris. Il heurtait la voiture de marchandise du train 111 qui avait eu une rupture d'essieu[17].

Liste des curésModifier

Liste des curés
Période Identité
en 1643 - André GEOFFROY[18]
-

.

Politique et administrationModifier

La commune est rattachée à la communauté de communes de Hazelle-en-Haye.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1953 juin 1995 Marcel L'Huillier   maraîcher - horticulteur
juillet 1995 mars 2014 Jeanne Bluette   Retraitée
mars 2014 En cours André Magnier   Retraité

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[20].

En 2017, la commune comptait 374 habitants[Note 1], en augmentation de 2,19 % par rapport à 2012 (Meurthe-et-Moselle : +0,03 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
172191191199207233248247420
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
261264239250229230217220210
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
191210219211221206223220234
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
206219229224195350363372374
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

E. Grosse indique dan son ouvrage[23] pour le XIXe siècle :

«Surface territ. , 544 hect. cadast. , dont 246 en terres labour. , 99 en bois, 34 en prés et 12 en vignes de qualité médiocre. Mes. de Nancy»

indiquant par là même que ce village était essentiellement agricole, quoique modestement viticole, il évoque également la présence ancien d'un moulin à grain et un à écorces sur la Moselle.

Secteur primaire ou AgricultureModifier

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs.

D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[24]), la commune de Fontenoy-sur-Moselle était majoritairement orientée [Note 2] sur la production de céréales et d'oléagineux sur une surface agricole utilisée[Note 3] d'environ 94 hectares (en deça de la surface cultivable communale) en nette baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 17 à zéro entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus qu' 1 exploitation(s) agricole(s) ayant son/leur siège dans la commune employant 1 unité(s) de travail[Note 4].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Monument aux morts.
  • Château fort 13e démoli vers 1820, mais vers 1850, on voyait encore les ruines d'un château assez vaste, fortifié de murailles et de tours, dont une seule était encore debout. Ces ruines ont disparu à l'occasion de la création du chemin de fer : la gare en occupe l'emplacement[25].
  • Monument commémoratif de la guerre franco-prussienne de 1870 victimes civiles et militaires de l'incendie du 22 janvier 1871, au pied duquel furent ajoutées les victimes des autres guerres.
  • Église Saint-Laurent, ancienne chapelle castrale : chœur gothique 16e, vitraux 16e, tombeaux des comtes de Fontenoy.

Viaduc de FontenoyModifier

 
Viaduc de Fontenoy.

Cet ouvrage permet à la ligne de chemin de fer de Paris à Strasbourg de franchir la Moselle entre les gares de Toul et de Fontenoy-sur-Moselle.

La construction du pont est commencée en 1850 et se termine à la fin de 1851[26].

L'ouvrage a subi les vicissitudes des guerres franco-allemandes.

Le 22 janvier 1871, à la fin de la guerre franco-prussienne de 1870, un groupe de francs-tireurs français, créé à l'initiative de Gambetta pour entreprendre des actions contre les lignes de chemin de fer de l'Est, fait sauter une mine qui détruit deux arches du pont. Une pile du pont est foudroyée et les deux arches adjacents s'écroulent. Les généraux allemands sont persuadés que la population a aidé les francs-tireurs. Ils donnent l'ordre d'évacuer et d'incendier le village. Une amende de dix millions de francs est imposée à la Lorraine et toute la population des environs est réquisitionnée pour reconstruire les deux travées par un remblaiement de la brèche sur 35 m. Les travaux commencés le 22 janvier sont terminés le 10 février. Mais cette destruction n'a pas d'influence sur le déroulement de la guerre car un armistice est signé le 26 janvier. L'armée allemande quitte Nancy le 1er août 1873[27].

En juin 1940, au début de l'offensive allemande de la Seconde Guerre mondiale l'armée française détruit deux arches côté Paris. Les pionniers allemands commencent par construire un pont provisoire en bois pour franchir la brèche de 35 m environ, puis les deux arches et la pile sont reconstruites en béton. Les arches sont réalisées suivant le même profil qu'à l'origine. Chaque arche a été reconstruite en la coupant en trois parties successives grâce à des cintres métalliques noyés dans les arches : les deux premières parties de 1,80 m chacune en bord de l'arche, puis la partie centrale de 3,80 m[28].

L'ouvrage initial comportait 7 arches en maçonnerie.

Longueur : 157 m
Distance entraxes des piles : 18,60 m
Ouverture des arches : 16 m
Flèche des arches au-dessus de leur naissance : 4,95 m
Distance entre les garde-corps : 8,06 m
Épaisseur des 2 arches en béton : 1 m.

Pont de Fontenoy-sur-MoselleModifier

 
Pont de Fontenoy.

Pont en béton précontraint fanchissant la Moselle. Le tablier a été construit en voussoirs préfabriqués posés à l'avancement à l'aide d'un haubanage provisoire par l'entreprise Campenon-Bernard[29].

Longueur : 629,95 m
Portées des travées : 43.123 m - 10 x 52.702 m - 50.807 m
Largeur du tablier : 10,50 m.

Personnalités liées à la communeModifier

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason
Détails

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • G. Hamm, Carte Archéologique de la Gaule. 54. La Meurthe-et-Moselle, Paris, 2005.

De nombreux articles consacrés à cette commune dans la revue Études touloises « Ville, village, lieu-dit F », sur www.etudes-touloises.fr (consulté le 19 mars 2019) :

  • Jacques DURAND et Théo SAINTOT, « Fontenoy-sur-Moselle à travers les âges », dans Études touloises, 2008, no 128, p. 3-9, p. 10-19, p. 20-24
  • Lucien GEINDRE, « Notice sur Fontenoy-sur-Moselle », dans Études touloises, 2008, no 128, p. 25-27,
  • Michel NEY, «Destruction du pont de Fontenoy, 22 janvier 1871», dans Études touloises, 2008, no 128, p. 27-31
  • Daniel JACQUES, « La Moselle canalisée », Études touloises, no 115, p. 23-25 (lire en ligne)
  • Daniel JACQUES, « Châteaux et maisons fortes du Toulois : L'inventaire des sites forifiés », Études touloises, no 109 p. 3-16
  • Jacques-Yves ROYER, « L'inventaire du Toulois (partie 1) : châteaux et maisons fortes, ermitages et chapelles, patrimoine industriel », dans Études touloises, no 89, p. 23-28, (lire en ligne)
  • Sébastien JEANDEMANGE, « Le comté de Fontenoy-sur-Moselle », dans Études touloises, no 93, p. 33-38 (lire en ligne)
  • Phillipe LAZERME, « Le siège de Toul par une Touloise » (Mémoires de Léontine MARCHAND), dans Études touloises, no 12, p. 17-24 (lire en ligne)
  • Jacques DURAND, « À Fontenoy-sur-Moselle, l’église Saint-Laurent », dans Études touloises, 2013, no 146, p. 21 (lire en ligne)

Les boucles de la Moselle [Texte imprimé] / [publié par l'Association des Boucles de la Moselle]. - Haroué : G. Louis, impr. 2009 (54-Maxéville : Impr. J. Lamour). - 1 vol. (88 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 23 x 27 cm.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  2. Orientation technico-économique de la commune :  production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  3. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  4. Unité de travail annuel : mesure  en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

RéférencesModifier

  1. carte page 5, dans Études touloises, 1982, no 25, Collège de Liverdun, Mme Arnould-Rombach, « À propos du pont romain de Liverdun », p. 2-18
  2. « Fiche Ma Commune - SIGES Rhin-Meuse - ©2019 », sur sigesrm.brgm.fr (consulté le 19 mars 2019)
  3. « Ski Nautique en Lorraine - Fontenoy/Moselle,Lorraine », sur snclorrain.free.fr (consulté le 19 mars 2019)
  4. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, 1862
  5. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle : Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 2-914554-43-5).
  6. FONS, TIS, m 1 siècle avant J.C.CICERO (Cicéron) fontaine n. f : eau vive sortant de terre voir: fontaine source n. f : (fontaine), eau qui jaillit du sol voir: source source n. f : (origine, principe), origine voir: source 3 siècle après J.C.CYPRIANUS (saint Cyprien) fonts baptismaux voir: fonts
  7. H Lepage
  8. « French-adress.com : Fontenoy-sur-Moselle LA JUSTICE 540 202 B027 G toutes les adresses certifiées de France », sur adresse-francaise.com (consulté le 18 mars 2019) : « Les informations du fichier FANTOIR proviennent de l'application MAJIC »
  9. a et b Jules (18-1921) Auteur du texte Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes , par le Cte J. Beaupré,..., (lire en ligne), p. 63
  10. a et b « Gallica - », sur visualiseur.bnf.fr (consulté le 18 mars 2019) : « Type :PERIODIQUE Auteur :Société d'archéologie lorraine Titre(s) :Mémoires de la Société d'archéologie lorraine Publication :A. Lepage (Nancy) Cote : NUMM-33691 »
  11. Grâce à la « Vita Johannis Gorziensis » écrite à partir de 974 par l’abbé de Saint-Arnoul du diocèse de Metz, la vie de Jean de Gorze est connue avec précision.(https://www.etudes-touloises.fr/archives/128/art1.pdf)
  12. Monographie page 15
  13. Destruction du pont de Fontenoy le 22 janvier 1871
  14. https://www.etudes-touloises.fr/archives/128/art4.pdf NOTICE SUR FONTENOY -SUR-MOSELLE Par Lucien GEINDRE
  15. https://www.etudes-touloises.fr/archives/128/art5.pdf (DESTRUCTION DU PONT DE FONTENOY , 22 JANVIER JANVIER 1871)
  16. « Ouvrage de Fontenoy - FortiffSéré », sur www.fortiffsere.fr (consulté le 18 mars 2019)
  17. L'Union républicaine de la Marne N°12 246 du 12 mai 1914, page 2.
  18. Témoin sur l'acte de mariage (notarié 3E349) de sa sœur Elisabeth avec GEORGE Nicolas le 29 octobre 1643 à Toul
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  23. E. Grosse, Dictionnaire statistique du departement de la meurthe : contenant une introduction historique ..., Nabu Press (réimpr. 2012) (1re éd. 1836) (ISBN 1278248951 et 9781278248950, OCLC 936241814, lire en ligne), p. 34
  24. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 28 novembre 2019) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip »
  25. Gaston de (1845-1925) Photographe Landreville, « [Paysages et châteaux de Lorraine, de Picardie et de Haute-Saône. Propriétés des familles de Landreville et de Meixmoron] », sur Gallica, 1885-1890 (consulté le 19 mars 2019), Fig 37 photo de 1885-1890
  26. André Schontz, Arsène Felten, Marcel Gournot, Le chemin de fer en Lorraine, p. 20, Éditions Serpenoise, Metz, 1999 (ISBN 2-87692-414-5)
  27. André Schontz, op. cité, p.92-93
  28. .La reconstruction des ouvrages d'art du chemin de fer. L'œuvre des services de la SNCF et des entreprises françaises. Juillet 1940 - juillet 1942, p. 201-203, Draeger Frères
  29. Structurae : Pont de Fontenoy-sur-Moselle