Ouvrir le menu principal
Fondmetal F1

Présentation
Équipe Drapeau : Italie Fondmetal F1
Constructeur Fondmetal
Année du modèle 1991
Concepteurs Robin Herd
Tim Holloway
Tino Belli
Spécifications techniques
Châssis Monocoque moulée en fibre de carbone
Suspension avant Poussoirs, amortisseurs Koni
Suspension arrière Poussoirs, amortisseurs Koni
Nom du moteur Ford Cosworth HBA5
Cylindrée 3 494 cm³
660 ch à 12 000 tr/min
Configuration V8 à 75°
Nombre de rapports 6 + marche arrière
Système de freinage Disques Carbone Industrie et étriers Brembo
Poids 505 kg
Dimensions Empattement : 2875 mm
Voie avant : 1800 mm
Voie arrière : 1680 mm
Carburant Agip
Pneumatiques Goodyear
Histoire en compétition
Pilotes 14. Drapeau : France Olivier Grouillard
14. Drapeau : Italie Gabriele Tarquini
Début Grand Prix automobile de Saint-Marin 1991
CoursesVictoiresPoleMeilleur tour
6000
Championnat constructeur 14e avec aucun point

Chronologie des modèles (1991)

La Fondmetal F1, appelée également Fomet, est une monoplace de Formule 1 engagée par l'écurie Fondmetal lors de la saison 1991 de Formule 1. Elle est pilotée par le Français Olivier Grouillard puis par l'Italien Gabriele Tarquini. Il s'agit d'une légère évolution du châssis Fondmetal FA1M-E utilisées lors des deux premières manches de la saison.

HistoriqueModifier

La Fondmetal F1 est engagée pour la première fois lors du Grand Prix de Saint-Marin, troisième manche de la saison. La nouvelle monoplace a été fabriquée dans le moule qui a servi à la conception de la Osella FA1M-E, et ses formes anguleuses laissent présager des performances en fond de grille. Olivier Grouillard, qui ne parvient pas à se préqualifier pour cette épreuve, se plaint d'être mal installé dans son cockpit et déplore un manque d'efficacité du train arrière[1].

Il faut attendre la sixième manche de la saison, disputée au Mexique, pour voir une Fondmetal F1 se qualifier pour la course. Grouillard, huitième provisoire à l'issue de la séance de qualification du vendredi après-midi, prend la dixième place sur la grille de départ au terme de deux journées d'essais menés sous la pluie[2]. Le Français est cependant relégué en fond de grille, puisque le directeur de course, Roland Bruynseraede, pense qu'il a calé lors du tour de formation, le confondant avec Mark Blundell, placé juste devant Grouillard sur la grille. Il remonte cependant en dix-neuvième position avant d'abandonner au quatorzième tour à la suite d'une chute de pression d'essence[3].

En France, Grouillard se qualifie en vingt-et-unième position mais sa monoplace se fait remarquer en répandant de l'huile sur la piste : de nombreux pilotes partent en tête-à-queue à son contact, dont Ayrton Senna, qui réalisait un tour rapide[4]. En course, il abandonne à la suite d'une fuite d'huile au quarante-huitième tour[5].

Le moteur Ford n'étant plus fonctionnel, Brian Hart, qui sous-traite le bloc américain, fournit à Fondmetal un moteur datant de dont la vétusté ne permet pas à Grouillard de se préqualifier pour le Grand Prix de Grande-Bretagne[6]. En Allemagne, Grouillard échoue encore en préqualifications, puisque le nouveau moteur sous-traité par Hart casse au bout de seulement deux tours[7].

En Belgique, Grouillard réussit à se qualifier pour la course après trois échecs successifs lors des Grands Prix précédents. Élancé depuis la vingt-troisième place sur la grille, il termine dixième à un tour de Senna[8],[9]. Peu avant le Italie, Fondmetal conçoit un nouveau châssis, mais Grouillard le détruit dans un accident lors d'essais privés. C'est donc au volant de la première Fomet qu'il se qualifie en vingt-sixième et dernière position, malgré la casse de deux moteurs Ford. Une nouvelle casse moteur le contraint à abandonner en course[10],[11]. Enfin, au Portugal, un problème de boîte de vitesses l'empêche de se préqualifier[12].

Une semaine avant la manche espagnole, Grouillard est licencié par Gabriele Rumi, le patron de Fondmetal, en raison de ses piètres performances. Il est remplacé par Gabriele Tarquini, qui vient de quitter l'écurie AGS que rejoint Grouillard[13]. L'Italien se qualifie en vingt-deuxième position, et termine douzième, à deux tours de Nigel Mansell[14],[15].

Au Japon, Tarquini se qualifie en vingt-quatrième place, malgré une douleur au genou survenue à la suite d'un accident lors des essais libres du vendredi matin, au cours duquel il détruit sa voiture-mulet[16]. En course, il franchit l’arrivée en onzième et dernière position, à trois tours du pilote McLaren Gerhard Berger[17]. Enfin, pour le dernier Grand Prix de la saison, en Australie, l'Italien, victime d'un accident, échoue à se préqualifier[18].

À l'issue du championnat, Fondmetal termine quatorzième du championnat du monde des constructeurs, sans avoir marqué de point.

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Résultats détaillés de la Fondmetal F1 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneumatiques Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1991 Fondmetal F1 Ford-Cosworth
V8 HBA5
Goodyear USA BRÉ SMR MON CAN MEX FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 0 14e
Olivier Grouillard Npq Npq Npq Abd Abd Npq Npq Nq 10e Abd Npq
Gabriele Tarquini 12e 11e Npq

Légende : ici

Notes et référencesModifier

  1. « Grand Prix de Saint-Marin 1991 : Quatre nouveaux modèles », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  2. « Grand Prix du Mexique 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  3. « Grand Prix du Mexique 1991 : Le Grand Prix », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  4. « Grand Prix de France 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  5. « Classement du Grand Prix de France 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  6. « Grand Prix de Grande-Bretagne 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  7. « Grand Prix d'Allemagne 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  8. « Qualifications du Grand Prix de Belgique 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  9. « Classement du Grand Prix de Belgique 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  10. « Qualifications du Grand Prix d'Italie 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  11. « Classement du Grand Prix d'Italie 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  12. « Grand Prix du Portugal 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  13. « Grand Prix du Portugal 1991 - Valse des pilotes : Tarquini, Grouillard et Chaves », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  14. « Qualifications du Grand Prix d'Espagne1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  15. « Classement du Grand Prix d'Espagne 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  16. « Grand Prix du Japon 1991 - Valse des pilotes : Tarquini, Grouillard et Chaves », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  17. « Classement du Grand Prix du Japon 1991 », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)
  18. « Grand Prix d'Australie 1991 : Essais et qualifications », sur statsf1.com (consulté le 27 novembre 2019)