Fondation Partage et Vie

Fondation Partage et Vie
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Fondation reconnue d'utilité publique
But « Répondre aux grands défis sociétaux que sont le vieillissement de la population, l’allongement de la durée de vie et la nécessité de répondre toujours mieux aux besoins des plus fragiles ».
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2001 (Fondation Caisses d'Épargne)
Origine Drapeau de la France France
Identité
Siège 11, rue de la Vanne, 92120 Montrouge
Structure Fondation
Président Dominique Monneron, Président du Directoire
Financement Dons, legs et donations
Site web http://www.fondationpartageetvie.org/

La Fondation Partage et vie (anciennement Fondation Caisses d'Épargne pour la Solidarité) est une fondation française reconnue d’utilité publique.

Son but est la lutte contre les exclusions sociales, principalement dans le domaine de la dépendance qu'elle soit liée à l’âge, à la maladie ou au handicap. Elle est, à ce titre, gestionnaire d’un réseau de plus d'une centaine d'établissements et services répartis dans toute la France, y compris les départements d'outre-mer[1].

HistoriqueModifier

Créé en 2001, La Fondation Caisses d’Épargne pour la solidarité (FCEs) —elle-même créée en prenant la suite de l’association nationale seniors services Ecureuil (ANSSE) dans les années 1990— est devenue en 2016, la Fondation Partage et Vie[2],[3]. Celle-ci est déclarée comme établissement d'utilité publique par l'État[4].

Afin de marquer la séparation avec la direction du groupe bancaire, une nouvelle gouvernance, composée d’un conseil de surveillance et d’un directoire est mise en place le [5].

En 2017, la fondation, en collaboration avec un cabinet d'architectes, a instauré une démarche afin de diminuer la durée et le coût de ses opérations de restructuration et de construction pour son parc de maisons de retraites dont certaines sont vieillissantes et se mettre aux nouvelles normes d'accessibilité[6].

GouvernanceModifier

Le conseil de surveillance veille à la mise en place du plan d'action de la fondation à son objet statutaire est présidé par Dominique Coudreau, ancien directeur de la Caisse nationale d'assurance maladie[7].

Le directoire assure l’administration de la fondation sous l'autorité du conseil de surveillance. Celui-ci est présidé par Dominique Monneron[8].

Partenaires institutionnelsModifier

Dans la page de présentation de son site web, la fondation présente ses principaux partenaires sur le terrain médico-social.

  • La Fondation d’entreprise AG2R La Mondiale, créée en 2004
  • La Fondation Médéric Alzheimer, créée en 1999
  • Le Groupement Militaire de Prévoyance des Armées (Mutuelle GMPA), créé en 2015
  • L’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux (UNIOPSS), créée en 1947[9].

But et missionsModifier

 
Véhicule de la fondation dans une rue de Grenoble

Selon la page d'accueil de Partage et Vie,

«  L’objet de la Fondation est la lutte contre toutes les formes de dépendance par le soutien aux personnes dont la perte d’autonomie est la conséquence de l’âge, de la maladie ou du handicap. Ce choix a placé la Fondation Partage et Vie au cœur des secteurs médico-social et sanitaire où les besoins de la société sont croissants.  »

Action socialeModifier

 
Site de deux établissements médico-sociaux « Le Moulin » et « Les Quatre Jardins » de la fondation à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs (Isère)

Cette fondation a créé en quinze ans (entre 2001 et 2016) une offre de service de 118 établissements et services répartis dans toute la France, ainsi qu'un centre de formation. Il s'agit de maisons de retraite médicalisées, de résidences autonomie, de service d'accueils de jour, d'établissements pour adultes handicapés, et des services à domicile (garantissant le maintien à domicile de personnes âgées dépendantes). La majorité des établissements sont habilités à l’aide sociale.

Les différents établissements de la Fondation proposent des formules d’hébergement modulables tels que l'hébergement permanent, des unités de vie pour personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, des pôles d’activités et de soins adaptés (PASA), des accueils de jour et des hébergements temporaires[10].

Chiffres clésModifier

Ces chiffres avancés de la Fondation en date du sont évoqués sur le site de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap)[11]

  • 124 établissements et services dont un établissement hospitalier[12].
  • 7 427 places d’accueil dans le médico-social
  • 3 937 patients accueillis dans quatre établissements sanitaires
  • 17 298 personnes soutenues à domicile,
  • 6 393 agents et collaborateurs
  • 429 millions d’euros reçus par les fondations sous égide par leurs fondateurs et autres donateurs

Répartition géographique des établissements de la fondationModifier

Ce tableau présente les établissements d'hébergement (Résidence, accueil de jour et les établissements sanitaires) mais aussi les services d'aide à domicile (y compris le maintien à domicile), les services de téléassistance et le centre de formation pour aides-soignantes de Lyon, soit 126 structures réparties dans 118 établissements, chiffre confirmé par le site infogreffe[13].

Tableau des répartitions par régions

Source : Partage et Vie[14]

Régions française Nombre d'établissements
Auvergne-Rhône-Alpes 20
Nouvelle Aquitaine 22
Bourgogne-Franche-Comté 4
Bretagne 3
Centre-Val-de-Loire 2
Grand Est 4
Île-de-France 13
Occitanie 11
Hauts-de-France 18
Normandie 7
Pays-de-la-Loire 3
PACA 6
Guadeloupe 2
Martinique 3

L'hôpital Arthur Gardiner de DinardModifier

La fondation, qui gère l’hôpital local Arthur Gardiner, établissement sanitaire pluridisciplinaire présenté comme le plus important du bassin de Dinard (situé en Ille-et-Vilaine)[15], a pris la décision de réhabiliter l'établissement avec l'accord et le soutien du maire de la petit ville bretonne. L'hôpital qui sera selon les responsables de l'association, « plus adapté et plus fonctionnel, centré sur le patient », sera agrandi avec une plus grande superficie et l'ajout d'un étage. L’hôpital restera en fonctionnement pendant la durée des travaux qui devront durer jusqu'en 2022 ou 2023[16].

Notes et référencesModifier

RéférencesModifier

  1. Site Linkedin, page sur la fondation Partage et Vie, consulté le 23 février 2019
  2. Site EHPA, page "La Fondation Caisses d’épargne pour la solidarité devient la Fondation Partage et Vie", consulté le 23 février 2019
  3. Site lavoixdunord, article "la fondation Partage et Vie", consulté le 20 mai 2020
  4. Site legifrance.com, Liste des associations et fondations reconnues comme établissements d'utilité publique, consulté le 20 mai 2020.
  5. Site du CFF, article "La Fondation Caisses d’épargne pour la solidarité devient la Fondation Partage et Vie, consulté le 23 février 2019
  6. Site Clubster santé, page "Architecture: la Fondation Partage et vie a réduit les frais et les délais", consulté le 23 février 2019
  7. Site de l'institut Montaigne, page sur Dominique Coudreau, consultée le 23 février 2019.
  8. Site de la fodnation Partage et vie, page sur la gouvernance de la fondation, consulté le 5 mars 2019.
  9. Site du réseau psppaca "plaquette Alzheimer Étude CNSA", consulté le 23 février 2019.
  10. Site du CFF, page sur le dossier presse de l'association, consulté le 23 février 2019
  11. Site de la Fehap page "offre d'emplois", consultée le 25 février 2019
  12. Site du journal le télégramme, article "Partage et Vie. Le nouvel hôpital se dessine", consulté le 25 février 2019
  13. Site infogreffe, fiche sur la fondation "Partage et vie", consulté le 23 février 2019
  14. [1] Carte des établissements
  15. Site ville-dinard.fr, page sur l'hôpital Arthur Gardiner, consulté le 20 mai 2020
  16. Site ouest-france.fr, article de Pierre Momboise "Dinard. L’hôpital Gardiner va rester sur place et sera réhabilité", consulté le 20 mai 2020.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier