Florian de Lorch

saint chrétien

Florian de Lorch
Image illustrative de l’article Florian de Lorch
L'Arrestation de saint Florian,
par Albrecht Altdorfer (1520),
Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg.
Saint, martyr
Naissance v. 250
Aelium Cetium (aujourd'hui Sankt Pölten), province romaine de Noricum
Décès v. 304 
Lauriacum (aujourd'hui Lorch à Enns), province romaine de Noricum
Vénéré à abbaye de Saint-Florian
Vénéré par Église catholique, Église orthodoxe
Fête 4 mai
Attributs habillé en soldat romain avec un vexillum, versant de l'eau sur un bâtiment en feu (ou un ange le fait à sa place), meule.
Saint patron ramoneurs, pompiers, maître brasseurs, (bavarois et autrichiens) ; royaume de Pologne, Haute-Autriche, Linz

Florian de Lorch ou Florian de Lorsch ou saint Florian (Florianus en latin), né vers 250 et mort vers 304, était un officier de l'armée romaine, administrateur militaire d'une ville de la province romaine de Noricum. Il était chrétien, mais gardait sa foi cachée. On dit qu'il a sauvé un village d'un incendie en priant et en se voyant symboliquement jeter un seau d'eau pour l'éteindre ; c'est pourquoi il est associé aux pompiers et à tous ceux qui protègent du feu, y compris les ramoneurs. Quand durant les persécutions de Dioclétien, chargé d'exécuter un groupe de chrétiens, il a refusé, il a été tué par noyade dans la rivière Enns avec une pierre autour du cou. Il est fêté le 4 mai[1]en tant que saint et martyr par les catholiques et les orthodoxes[2].

Vie de saint FlorianModifier

Florian vivait du temps de l'empereur Dioclétien et occupait de hautes fonctions dans l'armée impériale basée dans la province du Noricum. Il était aussi responsable des brigades de pompiers.

Les Romains luttaient alors contre l'expansion du christianisme, et envoyèrent le consul Aquilinus à Lauriacum (aujourd'hui Enns en Autriche) pour accélérer la persécution envers les chrétiens.

Quand Aquilinus demanda à Florian d'exécuter un groupe et qu'il refusa, il lui demanda d'offrir un sacrifice à une divinité romaine. Florian, qui était devenu chrétien, refusa. Il fut alors battu puis torturé, mais sans résultat. Enfin, il fut jeté dans l'Enns avec une grosse pierre autour du cou.

Plus tard, une femme nommée Valeria eut une vision où elle vit Florian lui demandant de l'enterrer dans un lieu plus digne. Son corps aurait alors été inhumé à l'abbaye de Saint-Florian, près de Linz. Selon la tradition, sa dépouille mortelle aurait ensuite été transférée à Rome en 1138. Puis le pape Lucius III les envoya en Pologne au duc Casimir II qui fit construire une église à Cracovie en son honneur.

Le pape Jean-Paul II a été prêtre à la paroisse Saint-Florian de Cracovie.

Saint Florian est fêté le 4 mai. Il est devenu populaire en Bavière et dans la région des Trois Venise ; il est également le saint patron de la Haute-Autriche et de la Pologne en tant que royaume historique.

Légende de saint FlorianModifier

Il est dit que saint Florian de Lorch était le frère de saint Florent d'Anjou, et qu'ils auraient grandi ensemble sur les rives du Danube.

Après avoir été condamnés à mort par le préfet Aquilien, Florent est sauvé miraculeusement. Il part et laisse son frère, Florian, à son martyre, après lui avoir dit au revoir[3].

Saint Florian aurait également éteint un incendie en jetant sur les flammes un simple seau d'eau. C'est pourquoi il est souvent représenté en compagnie d'un ange qui déverse de l'eau sur un brasier.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Nominis : Saint Florian
  2. Claude Laporte, Tous les saints de l'orthodoxie, Vevey, Éditions Xenia, , 749 p. (ISBN 978-2-88892-025-0), Page 227
  3. Personnage légendaire de saint Florent

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier