Ouvrir le menu principal

Florian Leopold Gassmann

compositeur autrichien
(Redirigé depuis Florian Leopold Gassman)
Florian Leopold Gassmann
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait par Heinrich Eduard von Wintter, d'après Anton Hickel.

Naissance
Brüx, Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême
Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Décès (à 44 ans)
Vienne, Drapeau de l'Autriche Archiduché d'Autriche
Activité principale Compositeur
Élèves Antonio Salieri

Florian Leopold Gassmann est un compositeur autrichien originaire de Bohême, né à Brüx le [1] et mort à Vienne le [1].

BiographieModifier

De 1757 à 1762, il écrit un opéra chaque année pour le carnaval de Venise[1], tout en dirigeant le chœur féminin du conservatoire de Venise en 1757.

En 1763, il succède à Gluck comme compositeur de ballets de la Cour à Vienne[2], où l'empereur Joseph II d'Autriche le prend d'affection. En 1764, il s'occupe de la musique de chambre, avant de devenir le chef d'orchestre de la Cour en 1772.

En 1766, Gassmann rencontre le jeune Antonio Salieri à Venise[2] et l'invite à le rejoindre à Vienne afin de suivre des cours de composition basés sur le Gradus ad Parnassum de Johann Joseph Fux. En 1771, Gassmann fonde la Tonkünstlersozietät[2] (Société musicale des artistes) et compose son oratorio La Betulia liberata pour l'occasion[2].

Les deux filles de Gassmann, Anna Fux et Therese Rosenbaum, ont été des chanteuses qui ont reçu l'enseignement de Salieri. Therese Rosembaum s'est particulièrement illustrée comme interprète de la musique de Mozart.

ŒuvresModifier

OpérasModifier

  • Merope (1757)
  • Issipile (1758)
  • Gli uccellatori (1759)
  • Filosofia ed amore (1760)
  • Ezio (1761, révisé en 1770)
  • Catone in Utica (1761)
  • Un pazzo ne fà cento (1762)
  • L'Olimpiade (1764)
  • Il trionfo d'amore (1765)
  • Achille in Sciro (1766)
  • Il viaggatore ridicolo (1767)
  • Amore, e Psiche (1767)
  • L'amore artigiano (1767)
  • La notte critica (1768)
  • L’Opera seria (1769)
  • La contessina (1770)
  • Il filosofo innamorato (1771)
  • Le pescatrici (1771)
  • I rovinati (1772)
  • La casa di campagna (1773)

Autre œuvres vocalesModifier

  • Cantates Amore, e venere (1768) et L’amor timido
  • Oratorio La Betulia Liberata (1772)
  • 5 messes

Autres compositionsModifier

  • Environ 50 symphonies
  • Six quatuors à cordes
  • Deux trios pour flûte, violon et alto.

RéférencesModifier

  1. a b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas, , 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 393
  2. a b c et d Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse, , 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 563.

Liens externesModifier