Florence Malgoire

violoniste, pédagogue et chef d'orchestre française
Florence Malgoire

Naissance (61 ans)
Dugny, France
Activité principale Violoniste, pédagogue,
chef d'orchestre
Style Musique de chambre
Collaborations La Chapelle royale,
Les Talens Lyriques,
Les Arts florissants,
Ensemble « Les Dominos »,
La Grande Écurie et la Chambre du Roy
Maîtres Sigiswald Kuijken,
Jean-Claude Malgoire

Florence Malgoire est une violoniste, pédagogue et chef d'orchestre française née le à Dugny.

BiographieModifier

Issue d’une famille de musiciens, Florence Malgoire commence sa carrière sous la houlette de son père Jean-Claude Malgoire au sein de La Grande Écurie et la Chambre du Roy et de son professeur Sigiswald Kuijken avec La Petite Bande. Elle occupe depuis 1987, les postes de violon solo dans des ensembles baroques tels La Chapelle royale de Philippe Herreweghe, (La Grande Écurie et La Chambre du roy),Les Talens Lyriques de Christophe Rousset, Les Arts florissants de William Christie.

Elle fonde « Les Dominos » en 2003, ensemble à géométrie variable, spécialisé dans les musiques des XVIIe et XVIIIe siècles,qui s'est produit à Naples, Beaune, Genève, Lille, etc. Pour approfondir le travail en sonate notamment, Florence Malgoire cofonde « Les Nièces de Rameau », ensemble orienté vers le répertoire camériste[1].

Parallèlement à sa carrière de soliste, Florence Malgoire s’intéresse à la direction musicale : après la radio suisse romande pour laquelle est invitée à diriger les motets de Jean-Philippe Rameau au festival Agapé, elle dirige Jean-Féry Rebel, Georg Friedrich Haendel et Bach, mais aussi Mozart (Requiem) ou Heinrich Biber.

Spécialiste européenne du violon ancien, Florence Malgoire a été invitée pour des master classes à Sablé-sur-Sarthe, Tokyo, la Fondation Royaumont, la Juilliard School de New York, à Rio de Janeiro, à l'université McGill à Montréal. Depuis 2000, elle enseigne le violon ancien et la musique de chambre au Conservatoire supérieur de Genève, Haute École de musique.

Discographie sélectiveModifier

Notes et référencesModifier

  1. Site de France Musique (16 mars 2011)

Liens externesModifier