Ouvrir le menu principal

Florence Granjus

personnalité politique française

Florence Granjus
Illustration.
Florence Granjus en 2017.
Fonctions
Députée de la 12e circonscription des Yvelines
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 28 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Prédécesseur David Douillet
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Nanterre, Seine, France
Nationalité française
Parti politique REM
Profession cadre dans le domaine de l'emploi
Site web florencegranjus2017.fr

Florence Granjus est une femme politique française née le à Nanterre.

Investie par La République en marche, elle est élue députée dans la douzième circonscription des Yvelines le 18 juin 2017.

BiographieModifier

Parcours professionnelModifier

Florence Granjus travaille pendant une trentaine d'années à l’Agence nationale pour l'emploi (ANPE) qui devient ensuite Pôle emploi, occupant diverses fonctions de directrice d’agence à la direction générale[1] : elle est à l'origine des sessions de recrutement éclair, et a mis en place les entretiens par internet[2].

Députée de la XVe législatureModifier

Elle rejoint le parti En Marche ! début 2016, expliquant qu'elle a été séduite par le discours « de droite et de gauche » d'Emmanuel Macron et inquiète de la montée de l'extrême droite. Début 2017, apprenant que les candidats à la députation de son parti pourront être issus de la société civile, elle décide se présenter[1]. Le , lors du deuxième tour des élections législatives, elle devance le député sortant David Douillet et est élue députée avec 56,63 % des voix[3].

Son suppléant est Émeric Vallespi[4], président de Wikimédia France jusqu'à l'élection de Florence Granjus[5] ; il devient ensuite son assistant parlementaire. À partir de septembre 2017, Nathalie Martin, compagne d'Émeric Vallespi[6], jusqu'alors directrice exécutive de Wikimédia France, est également son assistante parlementaire[7]. Ils sont tous deux licenciés pour faute le 22 juin 2018[8],[9] et quittent tous deux LREM[10]. Le couple l'attaque pour harcèlement devant le conseil de prud'hommes de Paris[6]. Une ancienne salariée de Florence Granjus à Pôle emploi annonce en 2018 témoigner en faveur du couple, affirmant elle aussi avoir été harcelée moralement[11]. Au moins six autres témoignages spontanés[12] suivront, provenant de salariées de Pôle Emploi ayant travaillé avec Florence Granjus dans des établissements différents et l'accusant à leur tour de harcèlement moral, avec mains courantes et arrêts maladie comme preuve[13]. Une plainte en diffamation a été déposée par la Députée auprès du Greffe du Tribunal de Grande Instance de Paris en Mai 2019[14].

Le 20 septembre 2017, François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, annonce sa nomination dans l'un des groupes de travail visant à réformer l'Assemblée nationale et portant sur « la démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne »[15] .

Début 2018, elle fait partie d'une centaine de députés LREM qui s'opposent à une proposition de loi souhaitée par le gouvernement et portant sur les conditions du placement en centre de rétention des étrangers soumis au règlement européen sur l’asile : elle met ainsi en cause le « danger de banaliser l’enfermement »[16]. Elle fait aussi partie d'une trentaine de députés de la majorité qui réclament une inflexion politique plus sociale[17]. Elle vote contre l'augmentation de la durée maximale de séjour en centre de rétention des étrangers, rejoignant ainsi l'ensemble de la gauche qui a voté contre[18].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Jérôme Bertolus, « Florence Granjus, de Pôle emploi au Palais Bourbon », sur L'Opinion.fr, (consulté le 8 mars 2018).
  2. Législatives 2017 : qui est Florence Granjus la nouvelle députée REM des Yvelines ? France bleu, 19 juin 2017
  3. Yvelines (78) - 12ème circonscription résultats de la circonscription au 2d tour
  4. Thomas Richardson, « Législatives. Florence Granjus : "Il va falloir rassembler pour le second tour" », sur 78actu.fr, .
  5. Morgane Tual et Damien Leloup, « Démissions, subvention amputée, gouvernance mise en cause : crise ouverte chez Wikimédia France », sur Le Monde.fr, (consulté le 29 juillet 2017).
  6. a et b « Accusée de harcèlement, une députée LREM en marche pour les prud'hommes », sur LExpress.fr, (consulté le 19 avril 2019)
  7. Damien Leloup, « Vers une sortie de crise à Wikimédia France », sur lemonde.fr, (consulté le 11 septembre 2017).
  8. « Yvelines : la députée LREM voulait exclure ses deux collaborateurs », sur Le Parisen,
  9. « Florence Granjus - Projet Arcadie »
  10. http://www.leparisien.fr/amp/yvelines-78/poissy-le-suppleant-et-l-assistante-de-la-deputee-claquent-la-porte-d-en-marche-06-12-2018-7962438.php.
  11. Barthélémy Philippe, « La députée LREM Florence Granjus visée par de nouvelles accusations de harcèlement », sur Capital.fr, (consulté le 19 avril 2019)
  12. Lucas Barbara, « Yvelines - Les accusations de harcèlement au travail pleuvent sur la députée », sur La Gazette en Yvelines, (consulté le 30 juin 2019)
  13. Barthélémy Philippe, « Les accusations de harcèlement s’accumulent contre la députée LREM Florence Granjus », sur Capital.fr, (consulté le 30 juin 2019)
  14. « Harcèlement et coups tordus au Palais-Bourbon : la drôle de guerre entre une députée LREM et ses ex-collaborateurs », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2019)
  15. Lucas Barbara, « Orgeval - Un atelier LREM pour aider la députée (et ses collègues) », sur La Gazette en Yvelines, (consulté le 19 avril 2019)
  16. Manon Rescan, « Asile : la fronde anti-Collomb gronde au sein de la majorité », sur lemonde.fr, (consulté le 16 février 2018).
  17. « Chez les députés LRM, la grogne, pas encore la fronde », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019)
  18. « Aide aux migrants : l’Assemblée assouplit les règles du « délit de solidarité » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 19 avril 2019)

Liens externesModifier