Flavien Brenier

journaliste et militant d'extrême droite français
Flavien Brenier
Image illustrative de l’article Flavien Brenier
Photographie publiée en 1903 dans l'Almanach de La Libre Parole.

Surnom Brenier de Saint-Christo, Salluste, Eugène Gâtebois
Naissance
Constantine
Décès
Châtenay-Malabry
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Journaliste
Autres activités Secrétaire général de la Ligue française antimaçonnique
Années d'activité 1897-1932
Médias
Presse écrite Le Courrier du Havre, La Libre Parole, La Gazette de France, La Bastille, L'Ami du Peuple, Le Figaro

Flavien Brenier, dit Brenier de Saint-Christo, né à Constantine (Algérie française) le et mort à Châtenay-Malabry le [1],[2], est un journaliste, polémiste et militant d'extrême droite français.

Évoluant du royalisme à l'anticommunisme, il a appartenu à la plupart des mouvements nationalistes, antisémites et antimaçonniques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Il est suspecté d'avoir été un agent infiltré au service des autorités.

BiographieModifier

Fils d'un colon, Flavien Brenier est né le à Constantine[3],[4]. Il est le neveu de Jean « Joannès » Brenier (v.1840-1905), directeur d'un journal royaliste normand, Le Courrier du Havre[5], où le jeune garçon fait ses débuts dans le journalisme. D'une taille et d'une corpulence imposantes dès l'adolescence, Flavien souffre d'une forte claudication causée par un accident[6].

Militant extrémiste ou agent provocateur ?Modifier

Journaliste au Courrier du Havre et rédacteur en chef du Tocsin normand[7], Flavien fréquente déjà les milieux d'extrême droite locaux locaux à l'âge de seize ans. Tout d'abord membre de la Jeunesse royaliste de Seine-Inférieure, il en démissionne pour fonder, le [8], la Fédération nationaliste normande, une ligue nationaliste, antidreyfusarde, antimaçonnique et antisémite. Présidée par Brenier, cette formation extrémiste est proche de la Jeunesse antisémitique de Dubuc[9].

Au début de l'année 1899, Brenier semble également appartenir à une mystérieuse société secrète, les « Frères de la Mort ». Il adresse alors à l'un de ses camarades, Édouard Brunet, des lettres où il est question d'une conspiration visant à prendre le contrôle de la préfecture et de la mairie de Caen. À la suite de perquisitions, Brunet et deux autres jeunes nationalistes sont arrêtés en août lors du grand coup de filet décidé par le gouvernement Waldeck-Rousseau à l'encontre des meneurs antidreyfusards qu'il accuse de comploter contre la République[10]. Lors du procès devant la Haute Cour (-), Brenier est seulement appelé à témoigner, alors que ses trois camarades sont au banc des accusés avant d'être finalement acquittés[9]. C'est donc à partir de ce moment que Brenier est suspecté d'être un agent provocateur ou un indicateur de police infiltré dans les milieux extrémistes par les services de la Sûreté générale[11]. En 1932, à l'occasion de la polémique qui l'oppose à l'Action française, Brenier affirme que les « Frères de la Mort » n'étaient que le surnom que Brunet donnait aux membres de la Fédération nationaliste normande et que ce-dernier était en fait un agent provocateur[12].

Les 5 et , Flavien Brenier participe au Congrès antijuif de Paris, où Dubuc lance son Parti national antijuif, dont le comité directeur accueille Brenier[8]. La même année, il représente la Fédération nationaliste normande au banquet organisé à Saint-Sébastien (Espagne), lieu d'exil de Paul Déroulède, président de la Ligue des patriotes[13]. L'année suivante, il se rapproche de La Libre Parole d’Édouard Drumont. Ce dernier l'intègre en 1903 au comité exécutif de sa Fédération nationale antijuive, où le jeune homme côtoie notamment Léon Daudet[14]. Il finit cependant par être écarté de la rédaction de La Libre Parole par Albert Monniot, qui se méfie de lui. Il devient ensuite l'archiviste du Comité havrais d'études historiques et sociales, fondé en 1905[15], qui n'est autre qu'une section de la Ligue d'Action française[16]. Mais la méfiance des dirigeants de la ligue entraîne à nouveau la mise à l'écart de Brenier, dont la Fédération nationaliste normande est dissoute à la fin de l'année 1906[8].

Secrétaire général de la Ligue française antimaçonniqueModifier

En 1907, alors qu'il travaille pour la Gazette de France de Janicot, Brenier est recruté comme secrétaire général par Paul Copin-Albancelli, qui codirige, avec le commandant Louis Cuignet, la Ligue française antimaçonnique, dont l'organe est l'hebdomadaire La Bastille. En 1910, Brenier contribue à semer la discorde dans le mouvement antimaçonnique, en attisant la rivalité de sa ligue avec l'Association antimaçonnique de France de l'abbé Tourmentin et, surtout, en œuvrant à l'éviction de Copin-Albancelli, ce qui provoque une scission. Trois ans plus tard, ses attaques contre Charles Nicoullaud et Jean Bidegain font échouer un projet de fédération antimaçonnique imaginé par Mgr Jouin, directeur de la Revue internationale des sociétés secrètes.

Brenier collabore avec les monarchistes ibériques. Entre 1911 et 1912, il met ainsi la Ligue française antimaçonnique en contact avec des émigrés monarchistes portugais qui préparent une tentative de restauration, mais la réticence de Cuignet vient mettre un terme à ce projet[17]. En 1916, Brenier transmet aux autorités espagnoles des renseignements qui permettent plusieurs arrestations d'opposants au régime monarchique.

À la fin de la Première Guerre mondiale, il propose la création d'une « Garde blanche » française destinée à lutter contre les partisans du communisme, mais ce nouveau projet restera lettre morte.

Au début des années 1920, Brenier devient le gérant d'une société vendant du vin en Belgique, pays d'origine de son épouse. Cependant l'échec de cette entreprise le ramène à Paris.

C'est à cette époque que Brenier aurait, selon ses détracteurs, collaboré à une nouvelle publication antimaçonnique, Les Cahiers de l'Ordre de l'abbé Duperron[18]. Il conteste cependant ce dernier point et affirme au contraire avoir alerté le maréchal Foch (par l'intermédiaire du général Desticker) sur le financement de cette feuille par les nazis[19].

Salluste et GâteboisModifier

À la fin des années 1920, Brenier est l'un des administrateurs avec le duc Joseph Pozzo di Borgo, son président[20], de l'Institut antimarxiste de Paris, dont il se dira encore secrétaire général en 1932[18]. En 1927, il y prononce plusieurs conférences dans lesquelles il développe la thèse d'un complot judéo-bolchévique. Relayée, sous le pseudonyme de Salluste, sous la forme d'articles parus dans la Revue de Paris puis dans un ouvrage publié en 1930, cette thèse prétend que Karl Marx aurait été aidé par une société secrète juive par l'intermédiaire d'Henri Heine[21]. En 1929, il apporte l'adhésion de l'institut au bureau politique international, organisme de l'Internationale contre-révolutionnaire qui fédère des anticommunistes de différents pays[22].

Malgré cette active propagande anticommuniste, Brenier est persona non grata aux Jeunesses patriotes, dont les cadres ont été mis en garde par Copin-Albancelli dès 1929[18].

Embauché par François Coty, propriétaire du Figaro et de L'Ami du Peuple, Brenier écrit dans ces deux journaux des articles virulents qu'il signe du pseudonyme d'Eugène Gâtebois[23]. Coty et ses journaux appuient alors l'Institut antimarxiste[24].

En , quelques semaines après la mort de Mgr Jouin, il publie un papier critiquant celui-ci, et s'attire ainsi les foudres de l'Action française[17],[18]. Il s'ensuit une polémique de presse : les zones d'ombre de son passé sont dévoilées par Léon Daudet et plus encore Maurice Pujo - pour qui Brenier est « une bourrique » -, qui l'accusent d'être un policier depuis 1899, tandis que Brenier défend son honneur[25]. Chacun cherche à déconsidérer l'autre; Brenier, qui se déclare royaliste et catholique[26], et ancien membre de l'AF ( 1905 à 1907 ), publie ainsi une série d'articles intitulés « la vérité sur l'Action française », mettant en cause les méthodes habituelles de la ligue et du quotidien royaliste, les attaches de Pujo avec la préfecture de police, les liens de l'AF avec la Sapinière[27]. Cette polémique se double d'une autre entre les dirigeants de l'AF et Coty, que Brenier défend contre Charles Maurras: il annonce que Coty a financé l'AF avant 1928, souligne la vantardise et la faible combativité de son leader contre le communisme, évoque sa « déliquescence mentale », et écrit: « Le chantage au patriotisme ne réussissant plus, le chantage à la calomnie et à la violence commençait »[28]. Et puis, de manière surprenante puisqu'il annonçait la veille vouloir répondre à une lettre de Maurras, Brenier quitte la rédaction du Figaro le [29]. Il semble être mort peu de temps après[2].

RéférencesModifier

  1. Acte de décès à Châtenay-Malabry sur Filae
  2. a et b En 1933 selon L'Année Céline 2003, Éditions du Lérot, 2004, p. 109.
  3. Jean Azaïs (dir.), Annuaire international des lettres et des arts, 2e année, Carcassonne, 1922, p. 50.
  4. Il serait né à Alger selon le dossier Levé (cf. liens externes).
  5. Journal des papetiers, 1er février 1905, p. 70.
  6. Jarrige (cf. bibliographie), p. 104-105.
  7. Le Figaro, 30 août 1899, p. 5.
  8. a b et c Le Figaro, 28 septembre 1932, p. 3.
  9. a et b La Bastille, 22 octobre 1910, p. 4-5.
  10. Bertrand Joly, Histoire politique de l'affaire Dreyfus, Paris, Fayard, 2014, p. 522
  11. Jules Guérin, Les Trafiquants de l'antisémitisme : la maison Drumont and Co, Paris, Juven, 1905, p. 488.
  12. Le Figaro, 15 septembre 1932, "Une lettre à l'Action française"
  13. L'Action française, 26 septembre 1932, p. 1.
  14. Almanach de la Libre Parole 1904, Paris, 1903, p. 21-30.
  15. Almanach de l'Action française, année 1914, Paris, 1913, p. 110.
  16. L'Action française, revue bimensuelle, no 205, 1er janvier 1908, p. 52.
  17. a et b L'Action française, 2 septembre 1932, p. 1.
  18. a b c et d L'Action française, 4 septembre 1932, p. 1.
  19. Le Figaro, 5 septembre 1932, p. 2.
  20. Le Figaro, 16 juin 1927
  21. La Quinzaine critique des livres et des revues, 25 mars 1930, p. 485.
  22. Le Figaro, 28 janvier 1929, "La lutte contre le communisme"
  23. Le Figaro, 3 septembre 1932, Lettre de Brenier/Gâtenois, Réponse à une grandissime infâmie
  24. Le Figaro, 29 janvier 1931, "La croisade contre-révolutionnaire", Ibid., 29 avril 1931
  25. Le Figaro, 5 septembre 1932, Ibid., 11 septembre 1932, Ibid., 15 septembre 1932, Ibid., 17 septembre 1932, Ibid., 28 septembre 1932, F. Brenier, "Tactique de salopards", Ibid., 9 octobre 1932, L'Action française, M. Pujo, 2 septembre 1932, "Dernière incarnation d'une bourrique", L'Action française, 12 septembre 1932, "La bourrique aux abois", L'Action française, 14 septembre 1932, Ibid., 16 septembre 1932, M. Pujo, "La bourrique au pied du mur", Ibid., 21 septembre 1932, Ibid., 18 octobre 1932
  26. Le Figaro, 6 octobre 1932
  27. Le Figaro, 6 septembre 1932, 1er article de la série, Ibid., 8 septembre 1932, Ibid., 10 septembre 1932, Ibid., 12 septembre 1932, Ibid., 16 septembre 1932, Ibid., 21 septembre 1932, Ibid., 24 septembre 1932, Ibid., 26 septembre 1932
  28. Le Figaro, 30 septembre 1932, E. Gatebois, "Pour M. Charles Maurras", Ibid., 2 octobre 1932, "Un demi-dieu bien embêté", Ibid., 4 octobre 1932, "Tartarin sur les épines", Ibid., 6 octobre 1932, "Une lettre de M. Charles Maurras", Ibid., 7 octobre 1932, "Une lettre de M. Georges Valois", Ibid., 11 octobre 1932, "M. Maurras maître chanteur"
  29. Le Figaro, 13 octobre 1932, Lettre de Brenier

ŒuvresModifier

  • Billets d'un inconnu, 1906.
  • Don Sanche, 1907.
  • L’Écolier d'Alcala, 1908.
  • Les Juifs et la Réforme, 1910.
  • La Franc-maçonnerie et la révolution de Portugal, 1911.
  • Les Juifs et le Talmud, Paris, 1913.
  • L'Allemagne occulte : le vieux Dieu allemand (préface de Maurice Barrès), Paris, 1915.
  • (Sous le pseudonyme de Salluste) Les Origines secrètes du bolchévisme, Paris, Tallandier, 1930.

BibliographieModifier

  • Michel Jarrige, L’Anti-maçonnerie en France à la Belle Époque, Milan, Éditions Archè, 2006, p. 104 sq.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :