Flèche d'or

Flèche d'or / Flèche d'or européenne
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 1970
Disparition 1990
Éditions 21
Type / Format contre-la-montre en duo
Périodicité annuel (octobre)
Lieu(x) Drapeau de la France France
Bourgogne

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Pologne Slawomir Krawczyck
Drapeau : France Bertrand Ziegler
Plus titré(s) Drapeau : France Christian Lefèbvre
Drapeau : France Jean-Paul Letourneur
(3 victoires)

La Flèche d'or (Flèche d'or européenne à partir de 1982) est une course cycliste française, disputée sous forme de contre-la-montre par équipes de deux coureurs. La course parcourait le vignoble nord-bourguignon de Chablis, entre Lignières et Auxerre (Yonne).

Histoire de la courseModifier

Créée en 1970, elle est réservée aux coureurs amateurs[1].

Seule course "amateurs" de ce genre en 1970, elle subit ensuite la concurrence du Duo normand, créé en 1984. Rebaptisée Flèche d'or européenne en 1982, l'épreuve ne connut plus d'autre édition après 1990. Longue de 75 kilomètres en 1970, la distance à parcourir augmente ensuite, pour atteindre plus de 88,5 km en 1984[2]. La Flèche d'or était disputée en clôture de saison cycliste, fin octobre, voire début novembre. En 1970, la 1re Flèche d'or est disputée le . En 1990, la 21e Flèche d'or est courue le , sur un parcours Lignières-Tonnerre, long de 85 kilomètres[3].
Le duo français Christian Lefèbvre - Jean-Paul Letourneur détient le record de victoire, avec trois succès obtenus sans discontinuité.
La moyenne horaire de l'équipe victorieuse oscillait entre 40,890 km/h en 1970 et 44,434 km/h en 1979.

La première Flèche d'or[4]. est remportée par l'équipe Yves Hézard - Joël Millard. Elle défend les couleurs du Club CSM Puteaux. L'écart avec l'équipe classée deuxième, le Groupe sportif Méral, n'est que de 14 secondes. L'équipe classée troisième porte le maillot de l'UC Saint-Pourçain. Parmi les douze équipes au départ, on note la présence d'une équipe belge. Elle termine en 8e position. Les organisateurs ont drainé les clubs français au-delà des limites régionales : trois sont de région Ile-de-France (AS Corbeil-Essonne, CSM Puteaux, le VC 12e), un autre est de Marseille, un autre est une sélection des "Bleuets de France". Le groupe sportif Méral regroupe 19 clubs. Le bassin régional fournit les quatre autres équipes : VC auxerrois, UC Saint-Pourçain, UV Aube. Les premiers lauréats ne sont des inconnus.
Yves Hézard est le numéro 1 des coureurs amateurs français[5], remportant le Mérite Veldor. Il est professionnel l'année suivante. Son coéquipier Joël Millard passe lui aussi dans la catégorie supérieure en 1971, mais est un ton en dessous : la Flèche d'or est sa principale victoire de l'année 70[6].

PalmarèsModifier

Année Distance Vainqueur âge Deuxième Troisième
1970 75 km   Yves Hézard[7]
  Joël Millard
22 ans
24 ans
  François Coquery
  Métayer
  Noël Geneste
  Simonet
1971 69 km   Jean-Pierre Guitard
  Claude Aigueparses
23 ans
22 ans
  Alain Cigana
  Guy Frosio
  André Corbeau
  Christian Poissenot
1972 73 km   Jean-Claude Misac
  Christian Poissenot
24 ans
22 ans
  Henri-Paul Fin
  Patrick Perret
  Noël Geneste
  Lamon
1973 73 km   Alain Cigana
  Guy Frosio
23 ans
22 ans[8]
  Patrick Chardon
  Jean-Claude Meunier
  Rachel Dard (en)
  Robert Jankowski
1974 73 km   David Wells
  Jean-Pierre Biderre
23 ans
24 ans
  Patrick Chardon
  Michel Laurent
  Michel Kuhn
  René Ravasi
1975 80 km   André Gevers
  Alfons van Katwijk
23 ans
24 ans
  Patrick Mauvilly
  Michel Charlier
  Jean-Marie Vasseur
  Jean-Michel Avril
1976 78 km   Christian Lefèbvre
  Jean-Paul Letourneur
25 ans
19 ans
  Daniel Gisiger
  Hans Känel
  Andrzej Kaczmarek
  Jan Backowski
1977 78 km   Christian Lefèbvre
  Jean-Paul Letourneur
26 ans
20 ans
  Johny De Nul
  Dirk Heirweg
  Robert Dill-Bundi
  Hans Känel
1978 83 km   Christian Lefèbvre
  Jean-Paul Letourneur
28 ans
21 ans
  Jean-Pierre Cabare
  Gérard Le Dain
  Alain Vidalie
  Alain Hivert
1979 83 km   Maurizio Bidinost
  Raniero Gradi
20 ans
19 ans
  Michel Charlier
  Herbert Palmace
  Christophe Cabot
  François Cabot
1980 83 km   Michael Wilson
  Jeffrey Leslie
20 ans
28 ans[9]
  Francis Ankidowicz
  Stanislaw Czaja
  Michel Charlier
  Herbert Palmace
1981 88 km   Ryszard Szurkowski
  Tadeusz Mytnik
35 ans
32 ans
  Sean Yates
  Piet Hoekstra
  Alex De Bremaecker
  Daniel Rossel
1982 87 km   Alain Renaud
  Denis Roux
21 ans[10]
21 ans
  Marc Somers
  Luc Branckaerts
  Zbigniew Krasniak
  Régis Simon
1983 87,5 km   Jean-François Bernard
  Philippe Magnien[11]
21 ans
23 ans
  Frank Marcelis
  Rolf Overakker
  Éric Dudoit
  Philippe Glowacz
1984 88,5 km   Patrice Esnault
  Bruno Huger
23 ans
22 ans
  Patrick Janin
  R. Michaud
  Joël Pelier
  Nicolas
1985 87,5 km   Jean-Marc Manfrin
  Jonas Tägstrôm
22 ans
20 ans
  Peter Roes
  Willems
  Philippe Magnien
  Pascal Maniey
1986 86 km   Mariusz Bartkowiak
  Pavel Bartkowiak
?
24 ans[12]
  Peter Roes
  Peter Schroen
  Jach Arvid Olsen
  Peter Gylling
1987 87 km   José Marquès
  Laurent Masson
21 ans[13]
23 ans[14]
  Dominique Celle
  Patrick Vallet
  Andre Pozak
  Ryszard Szoztak
1988 86,5 km   Pascal Lance
  Jean-Michel Lance
24 ans
21 ans
  Jean-Louis Harel
  Hartmann
  Danny Peeters
  Kurt Van Nuffel
1989 86,5 km   Marko Jeletich
  Jörg Müller
22 ans
22 ans
  Jaap ten Kortenaar
  Twan Poels
  Pascal Chavant
  David Spears
1990 85 km   Sławomir Krawczyk
  Bertrand Ziegler[15]
27 ans
24 ans
  André Bayenet
  Olivier Dulon
  Andrzej Polkosnik
  Dariusz Zakrzewski

Les vainqueurs recordmenModifier

Deux coureurs, Christian Lefèbvre et Jean-Paul Letourneur ont remporté trois éditions consécutives de la course iconnaise : 1976, 1977 et 1978. Tous deux sont normands, sociétaires de l'AC Sotteville (Seine-Maritime), un club rendu célèbre par un styliste des épreuves contre-la-montre, Jacques Anquetil. La comparaison s'arrête là.
Le , le duo Lefèbvre/Letourneur parcourt le 78 kilomètres de la course en 1 h 44 min 9 s. Ils réalisent la moyenne de 44,934 km/h[16]. Pourtant les chiffres bruts pourraient laisser croire qu'ils sont talonnés par les suisses Gisiger-Känel, qui terminent seconds à 4 secondes. C'est en fait l'inverse. À mi-course le duo normand a 3 secondes de retard (53 min 30 s, contre 53 min 27 s) et il construit son succès en grignotant les kilomètres de la deuxième part du parcours plus vite que ses adversaires. L'équipe polonaise classée à la troisième place pointe à près de 4 minutes (3 min 57 s). Quant aux quatrièmes, ils sont à plus de 5 minutes et demies. Mais l'un d'eux, promis à d'autres victoires, Gilbert Duclos-Lassalle sort du Tour de l'Avenir, où il a remporté ... l'étape contre-la-montre[17]. 15 équipes étaient inscrites sur la feuille d'engagement, 14 prennent le départ, et les 14 terminent l'épreuve. L'équipe classée 14e met 15 minutes de plus que les vainqueurs à parcourir la distance.
Christian Lefèbvre, né le vient de remporter le le Grand Prix de France. Il a été en 1974 champion de France par équipes, avec l'équipe du Comité régional de Normandie. Puis il a participé au championnat du monde des 100 km contre-la-montre par équipes à Montréal. Il terminait 14e. Outre les deux autres "Flèche d'or", son palmarès enregistre deux autres titres de Champion de France des comités, en 1977 et en 1978. Ces deux titres, avec le comité de Normandie, il les gagne en compagnie notamment de son jeune coéquipier.
Jean-Paul Letourneur, né le , a un palmarès identique à celui de son coéquipier à partir de cette première victoire. En 1977, ils sont tous deux sélectionnés dans l'équipe de France pour le Championnat du monde des 100 km contre-la-montre. À La Fria au Venezuela, l'équipe de France termine à plus de 14 minutes de l'équipe soviétique, championne du monde, avant d'être disqualifiée pour non port du casque réglementaire[18]
Le succès qu'ils obtiennent dans l'édition 1977 de la Flèche d'or est plus large que le précédent. Ils parcourent les 78 kilomètres auxerrois à la moyenne de 43,531 km/h[19], mais ils distancient le duo second de 57 secondes. La paire suisse Dill-Bundi-Känel est à 1 min 9 s. En 1978, ce sont des écarts semblables (43 s et 1 min 25 s) qui les séparent de leurs suivants. Sur 83 kilomètres la moyenne est de 41,593 km/h[20].

Notes et référencesModifier

  1. Le tableau-palmarès établit pour le Flèche d'or est établi en suivant les résultats annuels publiés dans L'Année du cyclisme (auteur : Pierre Chany) et les annuaires Velo (auteurs : Jacobs, Van den Bremt et alii). Les sites Internet sont muets ou peu renseignés sur la Flèche d'or, comme pour la majorité des courses du cyclisme amateur, avant 1995. L'âge des vainqueurs prend en compte l'année civile. Les sources sont le site Mémoire du cyclisme, ou Pascal Sergent, Encyclopédie illustrée des coureurs français depuis 1869, Eeklo, Editions de Eecloonaar, , 768 p. (ISBN 9074128157).
  2. L'antépénultienne "Flèche d'or européenne", disputée le 22 octobre 1989 avait un parcours long de 86,500 km. cf. Velo 90, Jacobs & Vanden Bremt, p. 234.
  3. Les résultats de cette édition ne figurent ni dans les "années du cyclisme", ni dans l'annuaire "Velo", mais ils figurent parmi les résultats mensuels, page 55, dans le n° 260, de novembre 1990 du magazine Vélo sprint 2000
  4. Résultats dans Miroir du cyclisme, n° 137, décembre 1970, page 42.
  5. Le palmarès d'Yves Hézard pour l'année 1970 est étonnant avec un cumul de 24 victoires : dans les compétitions de type "classiques", Paris-Vailly, Paris Auxerre, Paris-Rouen, dans les courses à étapes Paris-Saint-Pourçain, Tour de l'Aude (y remportant deux étapes)
  6. Le palmarès des 22 néo-pros français de l'année 1971 est dans Miroir du cyclisme, n° 138- février 1971. Millard cumule places d'honneur et bons classements
  7. Bien que les deux vainqueurs de la première édition de la Flèche d'or portent les couleurs du club de la banlieue parisienne, le CSM Puteaux, tous les deux sont bourguignons de naissance, Yves Hézard est originaire de la Nièvre, Joël Millard est né à Mâcon.
  8. Guy Frosio est né le 1er novembre 1951
  9. Jeffrey Leslie, né le 11 décembre 1952, participe en 1984 aux Jeux olympiques des Los Angeles. Dans l'épreuve contre-la-montre par équipes, avec l'équipe d'Australie, il se classe à la 15e place. Cf site "sports-reference.com
  10. Alain Renaud est né le 17 août 1961, à Bourges (Cher).Cf Forum de Mémoire du cyclisme.
  11. Philippe Magnien ne figure pas dans l' Encyclopédie des coureurs français, et n'est pas listé dans les bases cyclistes du net. Vainqueur d'un Flèche d'or avec Jean-François Bernard, vainqueur du Circuit de Saône-et-Loire (en 1988), du Tour du Roussillon (en 1983), il court jusqu'en 1990, terminant à 30 ans dans la Flèche d'or, sa carrière cycliste amateurs. Cf Vélo sprint 2000, n° 260-nov. 1990, article de J-P. Vespini, p. 40 : "Magnien arrête". Il est né à Tonnerre le 18 juillet 1960. Cf Musée du vélo.
  12. Pavel Bartkowiak, né le 21 juillet 1962. Ibid.
  13. José Marquès est né le 10 octobre 1966
  14. Laurent Masson, né le 2 mars 1964, à Courbevoie, Cf Encyclopédie illustrée des coureurs français.
  15. Le duo vainqueur est licencié à l'AS Corbeil-Essonnes, club de la banlieue sud de Paris, qui termine cette année 1990 à la seconde place de la Coupe de France "Mavic".
  16. Miroir du cyclisme, n° 224-nov. 1976, rubrique "résultats".
  17. Guide historique du Tour de l'Avenir, société du Tour de France, 2009.
  18. L'année du cyclisme 1977, Pierre Chany, résultats des championnats.
  19. L'année du cyclisme 1978
  20. L'année du cyclisme 1979, Pierre Chany.

Lien externeModifier