Ouvrir le menu principal

Fiona Lazaar

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lazaar.

Fiona Lazaar
Illustration.
Fiona Lazaar au palais Bourbon en 2017.
Fonctions
Députée de la 5e circonscription du Val d'Oise
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 1 jour)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Philippe Doucet
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Diplômée de Essec
Profession Cadre d'entreprise
Site web fionalazaar.fr

Fiona Lazaar, née le , est une femme politique française.

Membre de La République en marche (LREM), elle est élue députée dans la cinquième circonscription du Val-d'Oise lors des élections législatives de 2017. Depuis 2018, elle est vice-présidente du groupe LREM.

Sommaire

BiographieModifier

Famille et parcours professionnelModifier

Née en 1985 dans le Val d'Oise, Fiona Lazaar suit ses études à l’université de Cergy-Pontoise puis à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), où elle est diplômée en 2009 en management[1],[2].

Elle a été cadre privé dans des entreprises de services à l’environnement[évasif][2], ainsi qu'apprentie dans une communauté Emmaüs du Val d'Oise[réf. nécessaire].

Fiona Lazaar est mère de deux enfants et vit à Argenteuil[1].

Députée LREM de la XVe législatureModifier

Fiona Lazaar est élue députée de la cinquième circonscription du Val-d'Oise lors des élections législatives de 2017 sous les couleurs de La République en marche ![3]. Issue de la société civile, c’est son premier engagement partisan.

Elle est membre de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale, et vice-présidente de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité entre les hommes et les femmes.

Fiona Lazaar est également membre titulaire du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale.

Dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté lancée par Agnès Buzyn, elle préside aux côtés d'Antoine Dulin - vice-président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), un groupe de travail sur l'insertion des jeunes[évasif]. C'est notamment à l'issue de ses recommandations qu'Emmanuel Macron annonce sa volonté d'instaurer une obligation de formation[4] pour les jeunes de 16 à 18 ans.

Elle a également travaillé particulièrement sur le volet intégration[5] de la loi asile immigration intégration[Laquelle ?] en tant que rapporteure pour avis ainsi que sur le budget alloué aux droits des femmes.

À la suite d'un travail avec des acteurs associatifs, les députés Olivier Véran et Mustapha Laabid et le gouvernement, elle fait adopter un amendement qui va permettre aux 330 000 chibanis de bénéficier d’un accès à la sécurité sociale sans condition de résidence et avec tout titre de séjour, une revendication portée par ceux-ci depuis très longtemps[6].

En circonscription, elle met en place le « Plan 1 000 Jeunes »[7] : une expérimentation pour accompagner les entreprises dans le recrutement de jeunes aux profils trop souvent discriminés.

En octobre 2018, après l'élection de Gilles Le Gendre comme président du groupe La République en marche, elle devient vice-présidente du groupe chargée de l'animation politique et de l'innovation[8]. A l'occasion de la remise en jeu des postes au sein du groupe LREM, en juillet 2019, elle se porte candidate à la présidence de la commission des Affaires sociales ; elle est battue au second tour par la présidente sortante, Brigitte Bourguignon[9].

Au sein des députés LREM, elle figure parmi les partisans d'une « laïcité ouverte » et « libérale » inspirée du modèle anglo-saxon, et prend notamment la parole pour dénoncer les pressions subies par Décathlon lors de sa mise en vente d'un hijab[10],[11]. Elle s'en prend également à la décision de François de Rugy, président de l'Assemblée nationale, d'interdire les signes religieux dans l'enceinte de l'Hémicycle[12].

Elle est vice-présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale et a siégé en mars 2019 au sein de la Commission de l'ONU sur la condition de la femme (en)[13]. Le Parisien indique qu'elle est « activement engagée en faveur de l'égalité professionnelle et salariale » et qu'elle entend agir « pour revoir le congé parental et notamment renforcer le congé paternité »[13]. Elle porte également des mesures de protection des femmes victimes de violences conjugales et milite pour la mise en place du bracelet anti-rapprochement.[14]

RéférencesModifier

  1. a et b « Quelqu'un qui vous ressemble à l'Assemblée nationale - Fiona Lazaar », sur www.fionalazaar.fr (consulté le 24 octobre 2017)
  2. a et b Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  3. Marjorie Lenhardt, « Législatives 2017 : Lazaar (REM) met en échec Doucet (PS) dans la 5e circonscription », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  4. « Plan de lutte contre la pauvreté : espoirs et zones de flou autour de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018).
  5. « "Faut-il interdire la présence de mineurs dans les centres de rétention ?" : Fiona Lazaar, députée LREM », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018).
  6. [1]
  7. « Emploi à Argenteuil : « On veut aider les jeunes à traverser la rue » », leparisien.fr,‎ 2018-09-19cest18:55:30+02:00 (lire en ligne, consulté le 10 octobre 2018).
  8. « Groupe En marche à l'Assemblée : Gilles Le Gendre a choisi ses 5 vice-présidents », sur lejdd.fr, (consulté le 9 octobre 2018).
  9. https://www.nouvelobs.com/politique/20190724.AFP1236/remaniement-des-postes-lrem-a-l-assemblee-large-prime-aux-sortants.html
  10. Geoffroy Clavel, « Le hijab Decathlon réveille la fracture de la laïcité chez LREM », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 13 mars 2019).
  11. François Kraus, « Les macronistes et la laïcité : un électorat plus proche de la ligne Bouvet que de la ligne Bianco », sur ifop.com, (consulté le 29 juillet 2019).
  12. Jean-Baptiste Daoulas, « La laïcité déchire les macronistes », sur lexpress.fr, (consulté le 29 juillet 2019).
  13. a et b « Val-d’Oise : Fiona Lazaar, ambassadrice de l’égalité hommes-femmes dans le monde », sur leparisien.fr, (consulté le 29 juillet 2019)
  14. « Val-d'Oise. Violences conjugales : les parlementaires font adopter le bracelet électronique », sur actu.fr (consulté le 2 août 2019)

Liens externesModifier