Finale de la Coupe des clubs champions européens 1990-1991

Finale de la Coupe des clubs champions européens 1990-1991
Image illustrative de l’article Finale de la Coupe des clubs champions européens 1990-1991
Le Stadio San Nicola, hôte de la finale.
Contexte
Compétition Coupe des clubs champions 1990-1991
Date
Stade Stadio San Nicola
Lieu Drapeau : Italie Bari, Italie
Affluence 56 000 spectateurs
Résultat
Étoile rouge de Belgrade Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie 0 – 0 Drapeau : France Olympique de Marseille
Tirs au but 5 - 3 0
Temps réglementaire 0 - 0 0
Mi-temps 0 – 0 0
Acteurs majeurs
Arbitrage Drapeau : Italie Tullio Lanese

La finale de la Coupe des clubs champions européens 1990-1991 voit l'Étoile rouge de Belgrade décrocher son premier titre de champion d'Europe aux dépens de l'Olympique de Marseille. C'est la centième finale toutes compétitions européennes confondues (C1,C2 et C3). Un score nul et vierge, après le temps réglementaire et les prolongations, conduit à une séance aux tirs au but dans laquelle le club yougoslave tire son épingle du jeu (5-3)[1]. Dans le palmarès de la compétition par pays, l'UEFA attribue le trophée 1991 également à la Serbie désignée comme héritière du palmarès de la Yougoslavie[2].

Au lendemain de la défaite phocéenne, le journal L'Équipe titrera : Le rêve brisé. L'équipe marseillaise aura connu durant la saison un changement d’entraîneur; en effet les tensions avec son président Bernard Tapie oblige Franz Beckenbauer à partir, il est remplacé par le technicien belge Raymond Goethals à partir des quarts de finale. L'Étoile rouge de Belgrade compte des joueurs de talents issus des différentes provinces de Yougoslavie, une association pluri-provinciale venue de Croatie, de Serbie, de Macédoine et du Monténégro.

À noter que cette finale est marquée par une anecdote peu commune. Le défenseur de l'Étoile rouge Miodrag Belodedici a remporté la Coupe des clubs champions européens 1985-1986 avec le club du FC Steaua Bucarest, fuyant illicitement la Roumanie en 1988 et remporte une deuxième coupe aux grandes oreilles avec l'Étoile rouge.

Parcours des finalistesModifier

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du finaliste est toujours donné en premier (D : domicile ; E : extérieur).

  Étoile rouge de Belgrade   Olympique de Marseille
Adversaire Total Aller Retour Tour Adversaire Total Aller Retour
  Grasshopper Zurich 5 - 2 1 - 1 (D) 4 - 1 (E) Premier tour   Dinamo Tirana 5 - 1 5 - 1 (D) 0 - 0 (E)
  Glasgow Rangers 4 - 1 3 - 0 (D) 1 - 1 (E) Huitièmes de finale   Lech Poznań 8 - 4 2 - 3 (E) 6 - 1 (D)
  Dynamo Dresde 6 - 0 3 - 0 (D) 3 - 0[3] (E) Quarts de finale   AC Milan 4 - 1 1 - 1 (E) 3 - 0[4] (D)
  Bayern Munich 4 - 3 2 - 1 (E) 2 - 2 (D) Demi-finales   Spartak Moscou 5 - 2 3 - 1 (E) 2 - 1 (D)

La défense prend le pas sur l'attaqueModifier

Durant toute la rencontre les deux équipes vont se neutraliser mutuellement. L'Étoile rouge par une organisation tactique étouffe la formation phocéenne qui ne peut que rarement s'exprimer, Jean-Pierre Papin notamment sera sevré de ballons pendant pratiquement toute la partie. En prolongation, les yougoslaves exténués tiennent le choc et arrivent à leur objectif initial « la séance de tirs au but ». Manuel Amoros, le premier tireur, manquera sa réalisation devant le portier adverse. Darko Pancev lui, marquera le dernier des tirs au but, celui qui offre à l'Étoile Rouge son premier sacre européen. C'est une victoire tactique pour l'entraîneur Ljupko Petrovic, qui la veille de ce match avait fait travailler à ses joueurs les séances de pénaltys à l'entraînement[5]

Feuille de matchModifier

Étoile rouge de Belgrade   0 – 0 a. p.   Olympique de Marseille Stadio San Nicola, Bari
(0 - 0, 0 - 0) Spectateurs : 56 000
Arbitrage :
  Tullio Lanese
Arbitres assistants :   Castello Buonocore
  Roberto Calabassi
Quatrième arbitre :   Pierluigi Magni
Binić   26e
Mihajlović   40e
Marović   61e
Rapport   28e Boli
Robert Prosinečki  
Dragiša Binić  
Miodrag Belodedici  
Siniša Mihajlović  
Darko Pančev  
Tirs au but
5 – 3
  Manuel Amoros
  Bernard Casoni
  Jean-Pierre Papin
  Carlos Mozer


Titulaires :
1   Stevan Stojanović    
2   Vladimir Jugović
3   Slobodan Marović
4   Refik Šabanadžović
5   Miodrag Belodedici
6   Ilija Najdoski
7   Robert Prosinečki
8   Siniša Mihajlović
9   Darko Pančev
10   Dejan Savićević   84e
11   Dragiša Binić

Remplaçants :
12   Milić Jovanović  
13   Ivica Momčilović
14   Rade Tošić
15   Vlada Stošić   84e 
16   Vladan Lukić

Entraîneur :
  Ljupko Petrović

Titulaires :
1   Pascal Olmeta  
2   Manuel Amoros
3   Éric Di Meco   112e
4   Basile Boli
5   Carlos Mozer
6   Bruno Germain
7   Bernard Casoni
8   Chris Waddle
9   Jean-Pierre Papin  
10   Abedi Pele
11   Laurent Fournier   75e

Remplaçants :
16   Alain Casanova  
15   Éric Mura
12   Dragan Stojković   112e 
13   Philippe Vercruysse   75e 
14   Jean Tigana

Entraîneur :
  Raymond Goethals

BibliographieModifier

  • L'Équipe, 50 ans de coupes d'Europe, 2005

RéférencesModifier

  1. L'Equipe, 50 ans de coupes d'Europe, Hachette, , 384 p. (ISBN 295196059X), pages 140,141 L'étoile fend le cœur de l'OM
  2. UEFA CHAMPIONS LEAGUE STATISTICS HANDBOOK 2013/14. Consulté le 27 juillet 2015.
  3. Le match retour est interrompu à la 78e minute pour cause de bagarres alors que l'Étoile rouge mène 2-1. Ils remportent finalement le match par forfait.
  4. Le match retour est interrompu à la 88e minute par l'arbitre Bo Karlsson à cause d'une panne d'éclairage alors que l'Olympique de Marseille mène 1-0. Les milanais refusent de reprendre le jeu lorsque le courant est rétabli et les Marseillais l'emportent par forfait.
  5. Poussières d'étoiles rouges de Belgrade, sofoot.com, consulté le 28/07/2015