Ouvrir le menu principal

Final Straw

troisième album studio de Snow Patrol
Final Straw

Album de Snow Patrol
Sortie (UK)
(États-Unis)
Enregistré février 2003
Studios Britannia Row
Durée 44:00
50:10 (bonus)
Genre Rock indépendant, power pop
Producteur Jacknife Lee
Label Fiction Records

Albums de Snow Patrol

Singles

Final Straw est le nom du troisième album studio du groupe anglais Snow Patrol. Sorti en 2003, cet album a été le premier franc succès du groupe. L'album est ressorti au Royaume-Uni en 2004 avec deux nouvelles pistes supplémentaires, puis importé aux États-Unis, cette fois-ci sans pistes supplémentaires. Le nom de l'album apparait dans le texte du single Chocolate.

HistoriqueModifier

Jim Chancellor, un dénicheur de talents de Fiction Records, a fait signer Snow Patrol avec ce label. Il souhaite que leur nouvel album sonne moins rock indépendant et plus pop-rock que les deux précédents et les fait travailler avec le producteur Garret « Jacknife » Lee pour que celui-ci les aide à y parvenir. Le groupe, Chancellor et Lee sélectionnent quinze chansons sur lesquelles travailler parmi un choix de 24 au départ et douze sont finalement retenues. Les deux premières semaines d'enregistrement sont difficiles pour le groupe, le temps que ses membres s'habituent à ce changement de cap musical, mais ils se montrent très réceptifs aux conseils prodigués par Lee pour simplifier et intensifier leur musique[1].

L'album est enregistré aux studios Britannia Row en février 2003. C'est le premier album du guitariste Nathan Connolly avec le groupe. Le chanteur Gary Lightbody affirmera plus tard que la clé du succès de l'album est qu'il a « enfin fini par apprendre à écrire un refrain »[2]. Les chansons écrites par Lightbody sont assez sombres et traitent majoritairement de relations ratées et de ruptures, Lightbody s'appuyant sur son expérience personnelle[3].

Final Straw TourModifier

 
Snow Patrol en concert au Roseland Ballroom de New York le 20 mai 2005.

Le groupe joue plus de 200 concerts entre 2003 et 2005. La tournée promotionnelle de l'album débute le 10 août 2003 à Peterborough et le groupe se produit uniquement au Royaume-Uni et en Irlande en 2003. En février 2004, le groupe fait cinq dates aux États-Unis, leurs premiers concerts dans ce pays, avant de retourner en Amérique du Nord aux mois d'avril et mai pour 17 autres concerts (dont deux au Canada)[4] et à nouveau en septembre et octobre de la même année puis en avril et mai 2005. Le groupe joue un concert en France, à la Boule Noire, le 30 mars 2004[5]. En juillet 2004, le groupe joue ses deux premiers concerts en Australie[6] et son premier concert au Japon à l'occasion du Fuji Rock Festival. En mars 2005, le groupe se sépare de son bassiste, Mark McClelland[7], et engage Paul Wilson pour le remplacer alors que, dans le même temps, Tom Simpson devient un membre du groupe à part entière[8]. Le groupe termine sa série de mini-tournées en assurant la première partie du Vertigo Tour de U2 pour huit concerts, dont deux au Stade de France, en juin et juillet 2005.

AccueilModifier

Une édition limitée à 20 000 exemplaires de l'album sort en août 2003, suivi du single Spitting Games en septembre. Mais c'est seulement lors de la réédition de l'album, en février 2004, que celui-ci connaît le succès, aidé en cela par celui rencontré par le single Run[9]. L'album se classe alors à la première place des charts en Irlande et à la troisième au Royaume-Uni[10]. L'album est six fois disque de platine au Royaume-Uni[11], six fois disque de platine en Irlande[12], disque de platine en Australie[13] et disque d'or aux États-Unis[14].

Classements et certificationsModifier

ClassementsModifier

Meilleures positions de Final Straw dans les classements musicaux
Classement musical Meilleure
position
  États-Unis (Billboard 200)[15] 91
  Irlande (IRMA)[16] 1
  Pays-Bas (Mega Album Top 100)[17] 49
  Royaume-Uni (UK Albums Chart)[18] 3

CertificationsModifier

Certifications de Final Straw
Pays Ventes Certifications
  Australie 70 000 +   Platine[13]
  États-Unis 500 000 +   Or[14]
  Irlande 90 000 +   6 × Platine[12]
  Royaume-Uni 1 800 000 +   6 × Platine[11]

Accueil critiqueModifier

Notation des critiques

Score cumulé
SiteNote
Metacritic73/100[19]
Compilation des critiques
PériodiqueNote
AllMusic [20]
Drowned in Sound8/10[21]
The Guardian [22]
Music Story [23]
Pitchfork6,7/10[24]
PopMatters5/10[25]
Rolling Stone [26]
Slant [27]
Sputnikmusic [28]
Uncut [29]

L'album a recueilli dans l'ensemble de bonnes critiques musicales, obtenant un score de 73100, sur la base de 21 critiques collectées, sur Metacritic[19].

Tim DiGravina, d'AllMusic, évoque un « puissant pavé d'émotions et d'énergie revigorante provenant d'un groupe solide qui mélange ses influences dans une enivrante débauche sonore »[20]. Pour Adie Nunn, de Drowned in Sound, l'album est un « triomphe de ballades percutantes » de haute qualité, particulièrement Run, Spitting Games, Tiny Little Fractures et Same[21]. Sophie Rosemont, de Music Story, estime que l'album « porté par son excellent Run, qui sera le tube de la consécration, est un savant mélange dosé au gramme près de rock, de pop basique et de ballade romantique »[23]. Le magazine Uncut affirme que le groupe effectue « un retour remarquable » avec cet album de « power pop irrésistible » dont les grands moments sont Run et Somewhere a Clock is Ticking[29]. Sal Cinquemani, de Slant, évoque « une œuvre agréablement cohérente et sobre » « à laquelle il est difficile de résister » car, même si la musique est parfois « à la limite du précieux » et les paroles « souvent trop faciles », l'album « est empli de moments exceptionnellement poétiques »[27]. Et pour le site Sputnikmusic, « la composition est sophistiquée, les paroles imaginatives, la musique sincère et le chant superbe », même si le groupe a « négligé d'injecter suffisamment de variété dans chaque chanson »[28].

Plus mitigé, Stephen Deusner, de Pitchfork, a particulièrement apprécié la première moitié de l'album avant de trouver qu'il s’essoufflait[24]. Caroline Sullivan, du Guardian, estime que c'est « un bon départ pour le deuxième chapitre » de l'histoire du groupe[22].

Parmi les critiques négatives, Devon Powers, de PopMatters, évoque un « curieux mélange d'effronterie et de réserve » avec un son « terriblement maladroit quand le groupe joue fort et rapidement » mais qui « prend une bien meilleure tournure dans le milieu de l'album » (entre Chocolate et Ways and Means)[25]. Et Douglas Wolk, de Rolling Stone, estime que « la production majestueuse et complexe » masque le fait que « la plupart des chansons sont insuffisamment développées » avec des « mélodies qui ne mènent nulle part »[26].

Liste des chansonsModifier

Toutes les paroles sont écrites par Gary Lightbody, toutes les chansons composées par Gary Lightbody, Jonny Quinn, Nathan Connolly et Mark McClelland.

No Titre Durée
1. How to Be Dead 3:23
2. Wow 4:06
3. Gleaming Auction 2:06
4. Whatever's Left 2:41
5. Spitting Games 3:48
6. Chocolate 3:11
7. Run 5:37
8. Grazed Knees 2:56
9. Ways and Means 4:49
10. Tiny Little Fractures 2:28
11. Somewhere a Clock is Ticking 4:34
12. Same 3:55
13. We Can Run Away Now They're All Dead and Gone (seulement dans la version rééditée) 3:15
14. Half the Fun (seulement dans la version rééditée) 2:54

SinglesModifier

Le single Run est celui qui a eu le plus de succès, se classant à la 5e place de l'UK Singles Chart[18].

Run peut être entendue dans Les Frères Scott (saison 1, épisode 22), Jericho (saison 1, épisode 1) et Cold Case (saison 3, épisode 2). Chocolate peut être entendue dans Cold Case (saison 4, épisode 2). Elle fait partie de la bande originale de Last Kiss (2006). Spitting Games peut être entendue dans Les Frères Scott (saison 1, épisode 19) et Torchwood (saison 1, épisode 7). How to Be Dead peut être entendue dans Six Feet Under (saison 4, épisode 9) et Les Frères Scott (saison 2, épisode 10). Elle fait partie de la bande originale de Rencontre à Wicker Park (2004) et American Pie : No Limit ! (2005). Somewhere a Clock is Ticking peut être entendue dans Grey's Anatomy (saison 2, épisode 25) et Bones (saison 1, épisode 14). Tiny Little Fractures peut être entendue dans Les Frères Scott (saison 1, épisode 16) et Entourage (saison 1, épisode 6)[30].

RéférencesModifier

  1. (en) « Interview with Jim Chancellor », sur hitquarters.com (consulté le 22 juin 2012)
  2. (en) Sophie Heawood, « Snow Patrol: ‘We’re not ready for greatest hits’ », The Times,‎
  3. (en) (en) « That's Snow business », The Age,‎
  4. (en) Jonathan Cohen, « Snow Patrol storms U.S. Shores », Billboard magazine, no 116,‎
  5. (en) « Snow Patrol Confirm One-Off Paris Show », sur jeepster.co.uk (consulté le 22 juin 212)
  6. (en) « Snow Patrol Confirm Australian Mini Tour », sur jeepster.co.uk (consulté le 22 juin 212)
  7. (en) « Snow Patrol Fire Bandmember », sur afm.co.uk (consulté le 22 juin 212)
  8. (en) « new Patrol Member », sur snowpatrol.com (consulté le 22 juin 212)
  9. (en) Steve Jelbert, « The flaky success of Snow Patrol », The Times,‎
  10. (en) « Snow Patrol - Final Straw », sur acharts.us (consulté le 11 avril 2011)
  11. a et b (en) « Certified Awards Search - Snow Patrol », sur BPI (consulté le 14 janvier 2019)
  12. a et b (en) « 2005 Certification Awards », sur irishcharts.ie (consulté le 22 juin 2012)
  13. a et b (en) « ARIA Charts - Accreditations - 2007 Albums », Australian Recording Industry Association (consulté le 22 juin 2012)
  14. a et b (en) « Gold & Platinum - Snow Patrol », RIAA (consulté le 22 juin 2012)
  15. (en) « Snow Patrol Awards », AllMusic (consulté le 28 novembre 2013)
  16. (en) GfK Chart-Track. Irish Albums Chart. Irish Recorded Music Association.
  17. (nl) Dutchcharts.nl – Snow Patrol – Final Straw. Mega Album Top 100. Hung Medien.
  18. a et b (en) « Snow Patrol - Top 75 Releases », sur theofficialcharts.com (consulté le 28 novembre 2013)
  19. a et b (en) « Final Straw », sur Metacritic (consulté le 29 mai 2012)
  20. a et b (en) Tim DiGravina, « Final Straw », AllMusic (consulté le 11 avril 2011)
  21. a et b (en) Adie Nunn, « Snow Patrol - Final Straw », Drowned in Sound, (consulté le 28 novembre 2013)
  22. a et b (en) Caroline Sullivan, « Final Straw », sur The Guardian, (consulté le 22 juin 2012)
  23. a et b Sophie Rosemont, « Chronique de Final Straw », Music Story (consulté le 29 mai 2013)
  24. a et b (en) Stephen Deusner, « Final Straw », Pitchfork, (consulté le 11 avril 2011)
  25. a et b (en) Devon Powers, « Snow Patrol: Final Straw », PopMatters, (consulté le 28 novembre 2013)
  26. a et b (en) Douglas Wolk, « Final Straw », Rolling Stone, (consulté le 28 novembre 2013)
  27. a et b (en) Sal Cinquemani, « Snow Patrol: Final Straw », Slant, (consulté le 28 novembre 2013)
  28. a et b (en) « Snow Patrol - Final Straw », Sputnikmusic, (consulté le 28 novembre 2013)
  29. a et b (en) « Snow Patrol - Final Straw », Uncut (consulté le 28 novembre 2013)
  30. « Bande son - Snow Patrol », sur Internet Movie Database (consulté le 22 juin 2012)