Filles de Saint Camille

Filles de Saint Camille
Image illustrative de l’article Filles de Saint Camille
Ordre de droit pontifical
Approbation diocésaine 21 juin 1909
par Pietro Respighi
Approbation pontificale 25 février 1922
par Pie XI
Institut congrégation religieuse
Type apostolique
But soins des malades
Structure et histoire
Fondation 2 février 1892
Rome
Fondateur Joséphine Vannini & Louis Tezza
Abréviation F.S.C
Patron saint Camille de Lellis
Site web (it) site officiel
Liste des ordres religieux

Les filles de Saint Camille (en latin : Congregatio Filiarum Sancti Camilli) sont une congrégation religieuse féminine hospitalière de droit pontifical.

HistoriqueModifier

Le 12 février 1891, l'ordre des Clercs réguliers pour les malades confie au Père Louis Tezza (1841-1923) la tâche de fonder une congrégation féminine qui serait le pendant des camilliens. Pour la réalisation du projet, Tezza profite de la collaboration de Joséphine Vannini (1859-1911). Le 2 février 1892, le Père Tezza remet aux trois postulantes le scapulaire du Tiers-Ordre camilliens lors d'une cérémonie se déroulant dans l'ancienne cellule de saint Camille de Lellis, transformée en chapelle, dans l'église sainte Marie Madeleine[1].

Le 21 juin 1909, le cardinal-vicaire Pietro Respighi reconnaît la congrégation comme institut de droit diocésain, approuve ses constitutions religieuses et nomme Vannini première supérieure générale ; l'institut reçoit le décret de louange le 25 février 1922 et définitivement approuvé par le Saint-Siège le 17 juin 1931.

Activités et diffusionModifier

Les filles de Saint Camille se consacrent aux soins des malades et à la gestion de diverses institutions socio-sanitaires (hôpitaux, cliniques, maison de retraite, léproserie) et d'écoles d'infirmières.

Elles sont présentes en :

La maison généralice est à Grottaferrata.

En 2017, la congrégation comptait 821 sœurs dans 76 maisons[2].

Notes et référencesModifier

(it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Figlie di San Camillo » (voir la liste des auteurs).